Magazine Entreprise

Pourquoi Bouygues Construction investit dans l’assistance vocale

Publié le 05 septembre 2018 par Franckbaty @Bouygues_C

« Ok Google ! Hey Siri ! »… Ces phrases vous sont familières ? Pas étonnant ! Selon une étude menée par Mindshare et MPanel, plus de 50% des français se disent intéressés par les assistants vocaux.
Grâce à cette technologie, vous pouvez lancer votre playlist préférée, connaître la météo ou programmer un itinéraire uniquement grâce à votre voix. Certaines projections prévoient que 50% des recherches d’information sur internet se feront ainsi en 2020, et 30% sans même la présence d’un écran.
A l’instar des réseaux sociaux, qui se sont d’abord développés dans la sphère personnelle avant d’intégrer le monde professionnel, les assistants vocaux sont une innovation qui commence à intéresser le secteur industriel. Et plus précisément, celui de la construction.

Un nouvel outil au service de la productivité

Dédiée à un métier ou à un processus, l’assistance vocale a pour mission d’apporter une aide opérationnelle à un technicien, lors de la réalisation de ses tâches. Son rôle est de permettre l’interaction avec une machine dans un langage naturel au plus près du contexte, tout en libérant les mains de l’opérateur. Il existe trois manières de l’utiliser…

infographie assistance vocale


Et pour quels usages ?
Contrôle qualité, auto-contrôle, relevé intensif de mesures, vérification des règles de sécurité sur site, installation de matériels, retours d’expérience, réglage d’équipement ou de machine, rapport d’intervention… Les applications de l’assistance vocale au monde de la construction ne manquent pas ! C’est sur ce créneau que l’entreprise Simsoft Industry a décidé de se lancer en 2013.

Coup de projecteur

Simsoft Industry fait partie de ces startups discrètes, qui ne feront pas le 20h de TF1 mais pour lesquelles les acteurs industriels français se passionnent. Ses valeurs et ses innovations ont séduit Bouygues Construction. Via son fond d’investissement Construction Venture, le Groupe a donc décidé de prendre une participation minoritaire au capital de cette pousse toulousaine. A ses côtés sur cette levée de fonds, le fond régional IRDI, ainsi qu’un prêt BPI.
Présent lors de l’édition 2018 de Vivatech aux côtés du Groupe, Simsoft Industry semble aujourd’hui en bonne voie pour atteindre son objectif : inventer un dialogue opérationnel entre l’homme et la machine dans un contexte industriel. A suivre !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Franckbaty 17028 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte