Magazine Beaux Arts

Exposition Didier Demozay | Galerie Al/ma Montpellier

Publié le 07 septembre 2018 par Philippe Cadu @ContempodeLArt

Du 07 septembre au 20 octobre 2018. 2018 - Vernissage vendredi 7 septembre 2018 à 18h

http://www.galeriealma.com

Depuis de nombreuses années, le protocole utilisé par Didier Demozay est quasiment le même : une couleur pure posée sur une toile enduite de blanc et la brosse qui dessine une ou deux formes, simples, " presque " géométriques. Cet adverbe a son importance, il rappelle que le terme de géométrique n'est pas ici approprié tant les formes peintes semblent étrangères à toute détermination a priori, à toute construction structurée par la ligne et la mesuré. C'est dans l'espace même de la toile qu'elles cherchent, par les tensions qu'elles sus-citent entre elles et avec leur support, leur équilibre et leur mouvement. À la fois en suspension dans l'espace, comme en apesanteur, et parfois si proches du bord, qu'elles semblent fuir au-delà des limites de la toile ou du papier.

Depuis ces dernières années, cette recherche s'exprime de façon plus synthétique encore : couleur(s) et formes se simplifient, se densifient : " La peinture de Demozay procède d'un dépouillement qui ne laisse subsister que l'évidente immédiateté de la perception physique de la couleur et de son espace ".1 Si cette peinture est traversée d'une tension entre équilibre et mouvement, entre achèvement et inquiétude, elle en fait naître une couleur lumineuse, vibrante, active. " Je ne donne pas de signification à mes peintures... ce que je donne à voir c'est " la peinture ", des surfaces peintes qui se confrontent dans un espace. C'est la couleur qui découpe le blanc de la toile dans un équilibre précaire. Ma peinture ne se regarde pas comme un tableau terminé, fini, auquel il n'y a plus rien à ajouter, non, mais comme une peinture en train de se faire. Laisser la peinture dans l'état du faire, du peindre et poursuivre, continuer à explorer les limites. Rechercher, douter, provoquer, détruire, recommencer son travail, ne pas le figer, laisser la peinture, la couleur, là où cela devient impossible. "2 disait le peintre de son travail.

1)Romain Mathieu, in Didier Demozay : Affrontement, Art press, avril 2016
2)Didier Demozay


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Philippe Cadu 34619 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte