Magazine Cinéma

Mademoiselle de Joncquières

Par Marymalo

Mademoiselle de JoncquièresMademoiselle de JoncquièresLes deux interprètes choisis par Emmanuel Mouret, Cécile de France et Edouard Baer, nous permettent vraiment de « déguster » cette adaptation d'un passage du roman de Diderot Jacques le Fataliste.Le réalisateur réussit à mettre en valeur à la fois la modernité et l'écriture du philosophe, en lui gardant son élégance et sa liberté de ton ( ce roman comme La Religieuse ne fut publié dans son intégralité que 12 ans après sa mort). Mais à la différence de Jacques Rivette, considéré oh combien scandaleux à l'époque, cette adaptation de Madame de la Pommeray ( qui avait été aussi adapté en 1945 par Robert Bresson sous le titre Les Dames du Bois de Boulogne avec Maria Casares dans le rôle phare), la mise en scène se fait légère, poétique pour en accentuer le côté marivaudage.
La grâce de Cécile de France ne peut absolument pas nous la faire assimiler à Madame de Merteuil, même si les situations sont souvent parallèles (et le thème social absolument identique sur la place de la femme dans la société du XVIIIème siècle). Choderlos de Laclos avait-il-lu des épisodes du roman de Diderot paru en feuilleton dès 1778 (Les Liaisons Dangereuses sont publiées en 1782) ?
On retrouve le même plaisir que dans les meilleures versions des adaptation de ce fameux roman. Merci donc à Emmanuel Mouret pour avoir osé et une nouvelle fois réussi  à nous faire entrer dans son interprétation actuelle du marivaudage!


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Marymalo 1 partage Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines