Magazine Beaux Arts

Pan Yuliang, la première artiste femme occi­den­tale de Chine

Publié le 21 septembre 2018 par Jigece
1945, Pan Yuliang : Autoportrait

Pān Yùliáng, née le 14 juin 1895 à Yángzhōu, province du Jiangsu (Chine), et morte le 13 juin 1977 à Paris, est une peintre, sculptrice et graveuse chinoise.
Nombre de ses œuvres, dont une majorité de linogravures, quelques peintures à l’huile et quelques sculptures, sont conservées au Musée Cernuschi et au Musée national d’Art moderne, à Paris. La plus grande partie des huiles et dessins – plusieurs centaines – sont retournées en Chine, dans la province du Anhui où elle a grandi, par le biais d’interventions efficaces et discrètes.

Née Chen Xiuqing, elle est tôt orpheline, son père mourant un an après sa naissance et sa mère lorsqu’elle à huit ans. Adoptée par son oncle, elle devient Zhang Yùliáng. Mais en 1908, celui-ci la vend à une maison close de Wúhú, province de Anhui. Elle est alors âgée de 13 ans. En 1913, elle rencontre Pān Zànhuà, riche fonctionnaire des douanes qui la rachète et la prend comme seconde épouse. Elle lui emprunte son nom par reconnaissance et devient Pān Yùliáng.
En 1917, elle commence les cours de peinture de Hóng Yě à Shanghai. En 1918, elle réussit le concours d’entrée de l’École des beaux-arts de Shanghai, qui, sous la direc­tion auda­cieuse de son fon­da­teur Liu Haisu, accueillait son pre­mier contin­gent d’étudiantes. Cette école était réputée pour son avant-gardisme : on y enseignait les techniques occidentales, et notamment le dessin d’après le modèle vivant. S’intéressant en particulier à la représentation du nu, alors sujet tabou en Chine, elle se rend dans les établissements de bains publics pour réaliser des études, s’attirant ainsi des hostilités. Elle se prend aussi pour modèle, peignant son propre nu, ce qui va à l’encontre des conventions et du conservatisme ambiant (dans le contexte patriarcal chinois de l’époque où les femmes n’ont que peu accès à la culture et à l’éducation). Mais grâce à ses excel­lents résul­tats à l’Académie, Pan devint la pre­mière femme artiste de la République de Chine à obte­nir une bourse d’étude offi­cielle pour étudier en France.

1921, Bulletin d'inscription de Pan Yuliang à l'Institut Franco-chinois

En 1921, elle fait donc partie de la première vague de Chinois qui viennent en France en remportant le concours d’entrée du programme de Lyon dédié aux étudiants chinois (Institut franco-chinois de Lyon), puis le concours d’entrée aux Beaux-arts de Lyon. En 1923, elle entre aux Beaux-arts de Paris et y a comme compagnon d’étude Xu Beihong (l’un des peintres chinois les plus renommés du XXe siècle). Elle y obtient en 1925 une bourse du prix de Rome et part donc à l’Académie de France à Rome. Elle expose en 1926 dans la capitale italienne.
En 1928 elle retourne en Chine où est organisée sa première exposition en solo d’huiles, comportant des autoportraits et des œuvres de jeunesse, et inti­tu­lée La Première artiste femme occi­den­tale de Chine. En 1929 elle part à Shanghai et enseigne à l’Académie des beaux-arts de Shanghai où elle est nommée doyenne de la section art occidental. En 1931, Pan décida d’accep­ter l’invi­ta­tion de l’artiste Xu Beihong à ensei­gner à plein temps dans le dépar­te­ment d’art de l’Université natio­nale cen­trale de Nankin.
Déçue par l’accueil de ses œuvres dans son pays (particulièrement ses nus), Pan Yuliang retourne en France en 1938. Ce second séjour en France, jusqu’à sa mort en 1977, est marqué par un cheminement plus éloigné des institutions artistiques qui s’accompagne de la création d’une œuvre très personnelle, centrée autour de quelques thèmes : le nu féminin, le couple, l’enfance, qui mettent en avant la diversité du répertoire technique de Pan Yuliang, autant que l’unité de son langage artistique.
Pan est morte quelques mois après l’expo­si­tion inti­tu­lée Quatre artis­tes chi­noi­ses contem­po­rai­nes (Pan Yuliang, Lam Oi, Ou Seu-Tan, Shing Wai), mon­trée du 26 mars au 30 avril 1977 au Musée Cernuschi à Paris, lais­sant der­rière elle des mil­liers d’œuvres qui furent alors trans­por­tées et tem­po­rai­re­ment sto­ckées dans la cave de l’ambas­sade chi­noise à Paris jusqu’à ce qu’elles soient ren­voyées en Chine en 1984.

Née à la fin du XIXème siècle, Pan Yuliang a connu la fin de la période impériale et débuté son parcours artistique dans le Shanghai cosmopolite de 1920 avant de gagner Paris, répondant à l’impératif de modernisation des arts qui animait nombre de jeunes artistes de sa génération. À son retour en Chine, en 1928, elle participa activement à une scène culturelle marquée par la refondation de l’enseignement artistique. « Pan est une artiste qui a beau­coup innové et, à ce titre, elle n’a rien à envier à ses condis­ci­ples mas­cu­lins, dont Xu Beihong et Liu Haisu. »
Un temps oubliée du grand public, elle a été redécouverte grâce à la littérature et au cinéma (en 1984 parait Pan Yuliang artiste peintre, un livre de Shi Nan, qui devient un film, en 1994, La peintre, réalisé par Huang Shuqin et Zhang Yimou avec Gong Li dans le rôle titre), une « fièvre Pan Yuliang » s’étant pro­pa­gée dans la pop culture et les médias grand public depuis les années 1990. Mais, au final, on sait très peu de choses sur elle, le fait que la classe popu­laire dont était issue Pan Yuliang et son manque d’éducation dans les pre­miè­res années de sa vie ne lui ayant sans doute pas permis d’acqué­rir les com­pé­ten­ces néces­sai­res pour écrire sur ses pro­pres idées et sa pra­ti­que artis­ti­que. Contrairement à Xu Beihong, Liu Haisu ou Zao Wou-Ki issu d’un milieu aisé et qui « aimait citer des expres­sions direc­te­ment en fran­çais, par­fois sans tra­duc­tion, dans ses textes cri­ti­ques et même dans les ins­crip­tions ornant ses des­sins », Pan Yuliang, orphe­line, femme et Chinoise, affronta une situa­tion de double alté­rité qui la rédui­sit dou­ble­ment au silence. Elle consa­cra les qua­rante der­niè­res années de sa vie à pein­dre, res­tant rela­ti­ve­ment isolée et nos­tal­gi­que, et vivant dans un très grand dénuement, proche de celui qu’elle a connu dans sa prime jeunesse. Elle repose au cimetière de Montparnasse avec Wang Shouyi, celui qui lui a apporté son appui durant leurs dernières années dans la capitale française.

Pan Yuliang : Trois nus sur la plage (non daté), vendu 2,1 millions de $ en 2014 1924, Pan Yuliang : Autoportrait 1930s, Pan Yuliang : Danse et musique au bord de l'eau 1930, Pan Yuliang : Danse et musique au bord de l'eau 1931, Pan Yuliang : Ma famille 1931, Pan Yuliang : Nu à l'éventail 1934, Pan Yuliang : Nature morte à l'éventail 1935, Pan Yuliang : Temple 1936, Pan Yuliang : Autoportrait 1938, Pan Yuliang : Femme devant le miroir 1939, Pan Yuliang : Autoportrait 1939, Pan Yuliang : Autoportrait 1939, Pan Yuliang : Nature morte 1939, Pan Yuliang : Portrait de Mme Yuan Shunzen 1940s, Pan Yuliang : Bouquet 1940, Pan Yuliang : Autoportrait en noir 1940, Pan Yuliang : Femme devant la fenêtre 1942, Pan Yuliang : Femme à la robe bleue 1942, Pan Yuliang : Femme à l'éventail 1942, Pan Yuliang : Nu allongé 1940-43, Pan Yuliang : Vue d'Honfleur, vendu 73 000 $ en 2015 1943, Pan Yuliang : Nu allongé 1943, Pan Yuliang : Nu avec un chat 1943, Pan Yuliang : Nu de dos 1944, Pan Yuliang : Bouquet de chrysanthèmes roses 1944, Pan Yuliang : Deux chats 1944, Pan Yuliang : Femme devant la fenêtre 1944, Pan Yuliang : Fleurs 1944, Pan Yuliang : Nature morte 1944, Pan Yuliang : Nu de dos 1944, Pan Yuliang : Pommes, poires et bouquet 1945, Pan Yuliang : Autoportrait 1945, Pan Yuliang : Autoportrait 1945, Pan Yuliang : Bouquet dans un vase 1945, Pan Yuliang : Bouquet et coupe de fruits 1945, Pan Yuliang : Autoportrait devant la fenêtre 1946, Pan Yuliang : Aux courses 1946, Pan Yuliang : Femme assise devant la fenêtre 1946, Pan Yuliang : Nu à la fenêtre 1946, Pan Yuliang : Pivoines et masque 1947, Pan Yuliang : Repas 1947, Pan Yuliang : Femmes aux jambes croisées 1947, Pan Yuliang : Nu assis sur une chaise de dos 1947, Pan Yuliang : Portrait de Zhou Xiaoyan 1939-48, Pan Yuliang : Deux femmes nues 1948, Pan Yuliang : Nu de dos et chrysanthèmes 1949, Pan Yuliang : Autoportrait, vendu 1,2 million de $ fin 1950, Pan Yuliang : Chrysanthèmes dans un vas vert, vendu 2,2 millions de $ 1951, Pan Yuliang : Nu rouge, vendu 444 000 $ en 2006 1951, Pan Yuliang : Paysage 1952_Pan Yuliang_Après le bain 1952_Pan Yuliang_Nude_375 000 $ en 2010 1953_Pan Yuliang_Nu assis 1953_Pan Yuliang_Nu 1954_Pan Yuliang_Danse des éventails 1954_Pan Yuliang_Le miroir 1955_Pan Yuliang_Dance of the Mask_290 000 $ en 2006 1955_Pan Yuliang_Danse des manches doubles 1955_Pan Yuliang_Fan Dancing 1955_Pan Yuliang_La rêveuse_407 000 $ en 2012 1955_Pan Yuliang_Nu au peignoir rouge 1955_Pan Yuliang_Quatre beauté après le bain (Autoportrait)_1,14 m$ en 2007 1956_Pan Yuliang_Nus et masques 1957_Pan Yuliang_Récital familial 1957_Pan Yuliang_Rêve 1958_Pan Yuliang_Conversation entre femmes 1959_Pan Yuliang_Deux femmes 1959_Pan Yuliang_Vase de fleurs_705 000 $ en 2014 1960_Pan Yuliang_Nu assis 1961_Pan Yuliang_Chrysanthèmes dans une cruche_310 000 $ 1964_Pan Yuliang_Les deux péniches (after Derain) 1966_Pan Yuliang_Nu et tulipes 1966_Pan Yuliang_Purple flower in a vase 1972_Pan Yuliang_Femme africaine_1,2 m$ en 2012 1 personne a aimé cet article

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jigece 192 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines