Magazine Cinéma

[Critique] SEARCHING – PORTÉE DISPARUE

Par Onrembobine @OnRembobinefr

[Critique] SEARCHING – PORTÉE DISPARUE

[Critique] SEARCHING – PORTÉE DISPARUE

Partager la publication "[Critique] SEARCHING – PORTÉE DISPARUE"

Titre original : Searching

Note: ★★★½☆
Origine : États-Unis
Réalisateur : Aneesh Chaganty
Distribution : John Cho, Debra Messing, Michelle La, Joseph Lee, Sara Sohn, Dominic Hoffmann, Erica Jenkins, Steven Michael Eich…
Genre : Thriller/Drame
Date de sortie : 12 septembre 2018

Le Pitch :
David, père de la jeune Margot, s’aperçoit que celle-ci a disparu. La police piétine et David perd patience. Ainsi commence l’enquête d’un père qui ne souhaite qu’une seule chose : que sa fille rentre à la maison…

La Critique de Searching – Portée Disparue :

Rompu à la technologie informatique après avoir travaillé pour Google, Aneesh Chaganty s’est associé à Sev Ohanian pour réaliser son premier long-métrage : Searching – Portée disparue, un thriller porté par un John Cho étonnant ainsi que par une mise en scène saluée dans plusieurs festivals…

Searching-Jon-Cho

Buzz numérique

Sur le papier, Searching ne possède rien de transcendant ni même de fondamentalement original. Un père de famille se lance à la recherche de son enfant disparu mystérieusement. Du déjà-vu. On peut entre-autres films citer Denis Villeneuve et son brillant Prisoners, ou encore Pierre Morel, auteur de l’explosif Taken. Le premier étant un thriller psychologique extrêmement malsain, tandis que le second est un film d’action mettant à l’honneur les muscles de Liam Neeson. Mais là où le film d’Aneesh Chaganty se démarque, c’est au niveau de la mise en scène puisqu’il se déroule exclusivement par le biais d’écrans d’ordinateurs. Le début du film est très immersif puisque l’histoire de la famille nous est contée à travers une série de documents numériques. L’introduction rappelle la très belle ouverture du film Là-haut, ce qui permet de créer un lien émotionnel entre des personnages uniquement fait de fichiers informatiques, et le spectateur.
En effet, les acteurs ne sont vus que par des photos de profils, des appels-visios ou encore des vidéos en ligne. Certains sont même présents uniquement grâce à des enregistrements sonores. Le message du film est alors clair : les nouvelles technologies ont un impact très fort sur nos vies. On pourrait se demander si un tel procédé présente un véritable intérêt sachant qu’il a déjà été utilisé pour le film d’horreur Unfriended produit par le même Timur Bekmambetov. La réponse est oui. Quand Unfriended tentait de masquer ses faiblesses scénaristiques par des séquences de meurtre aussi improbables que sordides, Searching raconte une histoire vraie. Pas vraie au sens où le film serait tiré de faits réels (ce n’est pas le cas), mais vraie par l’interprétation de ses acteurs et par la simplicité de l’histoire qui peut faire dire à n’importe quel spectateur « ça pourrait nous arriver ». Car oui, John Cho tient parfaitement son rôle de père meurtri par la disparition de son enfant et désarmé face à l’incapacité de la police à résoudre cette cyber-énigme. Le spectateur l’observe minute après minute en train de mener son enquête par le biais d’internet, comme s’il le surveillait par l’intermédiaire d’une webcam.

Le danger du buzz

La mise en scène impressionne donc car on passe chaque minute à se demander si la crédibilité va tenir jusqu’au bout, et c’est le cas. Si le dénouement peut laisser perplexe sur certains aspects, on reste admiratif devant le choix du réalisateur de ne pas passer en prise de vue classique dans la dernière partie du film. Au contraire, il conserve la même ligne de conduite en exploitant les différentes technologies d’aujourd’hui. Une façon de faire qui ne relève pas uniquement de l’exercice de style, mais qui sert le propos de l’histoire en appuyant bien le fait que les différents réseaux sociaux à la disposition des internautes peuvent aussi bien être sources de créativité, que de danger…

En Bref…
Searching – Portée disparue n’est pas le thriller le plus abouti jamais réalisé, mais il dispose d’une pâte numérique bien maîtrisée, qui positionne le spectateur au côté d’un homme simple, pas un héros, juste un père de famille, remuant toutes les applications et les bizarreries du web pour retrouver sa fille !

@ Kévin Lefebvre

[Critique] SEARCHING – PORTÉE DISPARUE   Crédits photos : Sony Pictures Releasing France


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Onrembobine 57561 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines