Magazine Culture

RocknSTYLE – Alex Turner

Publié le 23 septembre 2018 par Rocknrank
RocknSTYLE – Alex Turner

Deuxième volet stylistique de RocknRank, nous nous attaquons aujourd'hui au caméléon Alex Turner, leader emblématique des Arctic Monkeys. De l'adolescent génial au bouc rétro vintage, en passant par le crooner à minettes, chaque album s'est soldé d'un essai de style. L'homme a aujourd'hui plusieurs visages, telles les multiples cordes de son arc musical.

Jeans, polo, sneakers blanches. "One of the Strokes". L'histoire commence ainsi en 2006. Un adolescent britannique dans le plus simple appareil. Peu scénique, en retrait. Un Fender Strat noire en guise de compagne. En quête de quelque chose en plus. Puis les cheveux s'allongent, le perfecto, le teddy et l'attitude approchent. L'air poète qui se comprend lui-même. Mais toujours un brin de timidité. Quoi de mieux qu'une Jazzmaster pour l'illustrer ?

2008 sonne son époque mods avec son compère Miles Kane et le premier album des Last Shadow Puppets. Une once d'élégance et de raffinement. Costumes ceintrés, coupe au bol, chelsea boots. Un choix éprouvé de réussite, à en croire leurs cousins Beatles.

Suck It and See en 2011 est sa seconde collaboration avec Josh Homme, déjà entamée via Humbug deux années auparavant. Et l'homme se transforme en crooner 50s, toute banane gominée dehors. Les RayBan Aviator font leur apparition sous les sourcils. Les loafers en veau glacé englobent les pieds. Un air retro méchant. Une Gibson custom noire. La planète fashion adore.

Si Alex Turner s'est depuis laissé pousser le bouc, a évasé ses pantalons et sorti des chemises blanches col pelle à tarte, gageons qu'il vogue ponctuellement sur le revival retro 70 et la guccimania associée. Bientôt, un retour à la raison ?

Parti d'une solide base classique indémodable, Alex Turner a remonté le temps du Rock. S'il fallait synthétiser le personnage, arrêtons nous un instant sur ce qui lui sied le mieux. En un moodboard.

Tout ceci n'est pas gratuit. Je cherchais à mettre l'accent sur un autre accessoire indispensable et incongru. Qui l'aura suivi tout au long de son évolution vestimentaire. L'accessoire vintage ringard par excellence ; j'ai nommé : la ceinture plaque de cow-boy.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Rocknrank 187 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte