Magazine Culture

Les Demoiselles du K-barré

Par A Bride Abattue @abrideabattue
Les Demoiselles du K-barréJe n'ai pas pu voir ces Demoiselles du K-barré à Paris, et pourtant elles ont fait briller les yeux des spectateurs du Théâtre des Blancs-Manteaux et des Feux de la Rampe.
Alors quand j'ai appris qu'elles avaient pris leurs quartiers d'été en Avignon, pile au moment où je m'y trouvais,  je me suis débrouillée pour leur trouver un moment dans mon agenda. Fastoche en réalité car elles jouaient très tard en soirée, au moment où la concurrence relâche un peu ses griffes.
Leur spectacle m'a réjouie parce qu'il est cohérent avec la triple promesse de conjuguer humour, espiègleries et coquetteries. Il est "déjanté" en ce sens qu'il dépoussière l'imaginaire sans perdre le coté glamour et sensuel de la situation. On en ressort comme shooté à la dopamine et ça fait du bien.
Leur cheffe de file est Pauline Uzan, alias Poupoupidou. Passionnée de spectacle vivant, elle semble avoir depuis toujours été fascinée par les paillettes. Elle a commencé la danse dès l’âge de 5 ans, a touché à divers styles et monté ses propres tableaux chorégraphiques dès ses 15 ans. Sa spécificité est qu'étant diplômée du Celsa et psychologue de formation, elle réussit à décortiquer les relations humaines et les petits travers de la vie pour les mettre en scène, non sans une sacrée dose d’autodérision. C'est toute la différence entre ce K-barré et ce qu'on pourrait (mais qui ne tente pas) voir dans les quartiers parisiens un peu "chauds".
L'humour est constant et infuse chaque page du site qui est complet comme la carte d'un restaurant. Car les demoiselles ont lancé un workshop "on stage" qui se veut être un travail intensif sur le jeu, l'attitude et bien entendu une chorégraphie d'effeuillage de groupe... que les participants sont invités à mettre en pratique sur une scène. Elles assurent des ateliers et diverses actions qui ont pour but (ce sont elles qui le disent) de faire graouter leurs fans.
Elles renouvellent constamment leur prestation scénique depuis déjà 7 ans, si bien que je suis certaine que leur public trouve toujours matière à être heureux de revenir les voir sur scène. Elles associent régulièrement de nouvelles danseuses, et le plateau n'est pas nécessairement à 100% féminin puisque en Avignon un digne représentant du sexe mâle les accompagnait ... et il n'a pas assuré que des tâches "ménagères". 
L'homme assume qu'il aurait voulu être un artiste (et il démontre qu'il chante très bien ce titre de Balavoine). La bande son de la soirée nous a permis de réentendre le désormais culte "You can leave your hat on", associé à la scène de striptease de Kim Basinger dans le film "Neuf semaines et demi" d'Adrian Lyne, toujours aussi intéressant malgré sa trentaine d'années. Mais aussi Ma Benz de NTM. C'est un peu le grand écart artistique avec Lara Fabian dont on a juste avant entendu le Tout est fini entre nous mais ce soir ça brille, comme le chantait Joe Starr. Logique pour un spectacle chorégraphié.
Nos oreilles ont aussi été chatouillées par Like a virgin de Madonna et par la musique de Blanche Neige. Sans oublier It had to be you de Harry Cover. Mais l'on n'oubliera pas les paroles (fortement applaudies) de la comédienne exhortant les femmes à apprendre à ne pas être passives et à assumer ce qu'elles veulent. Parce que ces demoiselles ne font pas que dans les paillettes. Il y a un du fond derrière leurs formes.Vous les retrouverez sur Paris dès le 26 octobre autour du thème Monstres et burlesqueries, sans doute raccord avec Halloween. Ces infatigables partiront ensuite en tournée.
Les Demoiselles du K-barré 
Ecrit et mis en scène et chorégraphié par Pauline Uzan
Avec Vanessa Ghersinick, Roxane Merlin, Harold Simon et Pauline Uzan
Du 6 au 29 Juillet 2018 à 22h 20
(Relâche les 18 et 25 Juillet)
A l’Arrache Cœur • 13 rue du 58ème R.I (Porte Limbert) • 84000 Avignon • Tél : 04 86 81 76 97

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


A Bride Abattue 10028 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines