Magazine Bourse

Comment faire le jour où il ne sera plus possible de retirer son 2e pilier sous forme de capital?

Publié le 25 septembre 2018 par Chroom

Nos chers politiciens, bienveillants mais aussi futés que des protozoaires, pensent (un peu trop) à nos vieux jours.

C’est pourquoi, d’ici quelques années, nous serons probablement tous contraints de percevoir notre avoir de prévoyance obligatoire sous forme de rente.

Que peut-on faire pour pallier à ce drame programmé?

Une alternative est celle prônée par Jérôme: utiliser son 2e pilier pour acheter son propre logement. Le problème, c’est que tout le monde n’aspire pas forcément à devenir propriétaire... De plus, il est possible de retirer l’entièreté de son avoir de caisse de pension seulement jusqu’à 50 ans.

D’autres possibilités s’offrent à nous:
- se mettre à son compte
- partir définitivement à l’étranger.

Mais là aussi, tout le monde n’est pas fait pour devenir indépendant ou quitter la Suisse.

À force de retourner le problème dans tous les sens, j’ai fini par dénicher une autre faille du système qui peut être exploitée: le compte de libre passage.

C’est quoi le libre passage?

Un compte de libre passage est un compte sur lequel est versé le capital de prévoyance que vous avez accumulé en cas d’interruption provisoire (ou définitive) de l’activité lucrative.

Si vous quittez votre caisse de pension sans adhérer à une autre, la couverture de prévoyance doit absolument être maintenue en versant l'avoir de prévoyance à une institution de libre passage (il s’agit d’une obligation légale).

Les situations typiques sont le chômage, un séjour de longue durée à l’étranger, la reprise d’une formation, une pause bébé, etc.

Le compte de libre passage est exonéré d’impôts jusqu’au retrait. Lors du versement, le capital est imposé à un taux réduit (comme pour le retrait en capital de sa caisse de pension ou d’un compte de 3e pilier).

Procédure

Voilà en gros comment on peut s’y prendre pour retirer son 2e pilier (le jour où cela ne sera plus autorisé) via le libre passage:

Vous quittez votre travail peu avant l’âge légal de la retraite, par exemple à 58 ans (bien entendu sans en chercher de nouveau - votre serviteur n’est pas masochiste!).

Après avoir démissionné, vous transférez votre avoir de caisse de pension sur deux comptes de libre passage (c’est le maximum de comptes autorisés par la loi).

Attention: les deux comptes doivent être ouverts auprès de fondations ou de banques différentes, faute de quoi la procédure pourrait être considérée comme une soustraction fiscale!

Il est possible de retirer son avoir de libre passage au plus tôt 5 ans avant l'âge ordinaire de la retraite AVS, soit 60 ans pour les hommes et 59 pour les femmes.

Les possibilités de retrait préalable de l’avoir de libre passage sont les mêmes que pour le 2e pilier, à savoir:
- Accession à la propriété ou amortissement d’une hypothèque
- Départ définitif à l’étranger
- Devenir indépendant.

Ainsi, arrivé à 60 ans, vous retirez l’avoir de votre premier compte de libre passage et à 61 ans celui de votre deuxième compte.

Cette procédure s’appelle un retrait échelonné et permet d’économiser passablement d’impôts.

A partir de ce moment, vous pouvez disposer librement de votre avoir de prévoyance et l’investir vous-même dans des actions à dividendes croissants afin de vous créer votre propre rente.

Exemple d’économie d’impôts en cas d’échelonnement du retrait:

Calculateur utilisé:

https://www.postfinance.ch/fr/particuliers/assistance/outils-calculateurs/impots-capital-deuxieme-pilier.html

- Montant du capital: 800’000 CHF
- Domicile fiscal: 1000 Lausanne
- État civil: marié
- Sans enfants (signifie: les enfants sont majeurs)
- Religion: réformé

Résultat sans échelonnement: Impôts (fédéraux et cantonaux) = 101'191 CHF.

Résultat avec échelonnement: Impôts (fédéraux et cantonaux) = 86'078 CHF.

Soit une économie d’impôts de plus de 15’000 CHF grâce à l’échelonnement.

Conclusion

Je ne recommande la solution proposée que pour parquer votre avoir de prévoyance durant quelques années, étant donné la faiblesse des taux d’intérêts offerts sur les comptes de libre passage (actuellement 0.2% au maximum).

C’est pourquoi je n’envisagerais cette procédure qu’à partir d’environ 55 ans.

Avant cet âge, je favoriserais les autres solutions, à savoir accéder à la propriété ou devenir indépendant.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Chroom 366 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte