Magazine Culture

Paul-Jean Toulet

Par Florence Trocmé

« Toulet, too late. ». Toulet aimait mettre en valeur cette homophonie rattachant son nom prononcé à l’occitane (qui fait sonner le t final) à un "trop tard" anglais qui tout naturellement, fait penser au célèbre propos de La Bruyère : "Tout est dit, et l’on vient trop tard depuis plus de sept mille ans qu’il y a des hommes, et qui pensent." Le poète ne pouvait qu’être d’accord avec l’auteur des Caractères, encore que, homme de grande culture, il comprît l’étonnante effervescence de ces années 1900 auxquelles il ne négligea pas de participer. Célérité, insouciance, ère (déjà) du spectacle, avant le chambardement de la Grande Guerre – les premières contrerimes datent de 1910. Alexandrin de la Belle Époque, inclassable classique, Toulet ne se recommanderait-il à la postérité que par l’ironie, celle que lui semblait mériter une modernité où il s’efforçait de se sentir à l’aise ?... (incipit de la présentation de Jean-Luc Steinmetz au livre Toulet, Contrerimes, nouvelles contrerimes, collection GF, Flammarion, 2008)

Jean Toulet est né le 5 juin 1867 à Pau d’un père planteur à l’île Maurice et d’une mère créole, qui meurt deux semaines après l’accouchement. Ancêtres béarnais ou créoles mais aussi une trisaïeule descendante de Corneille et proche parente de Charlotte Corday.
L’enfant est élevé par son grand-père et un oncle et une tante. Il fait ses études à Pau, à Bayonne, à Bordeaux et à Saintes. C’est en 1884-1885 qu’il adopte le prénom Paul-Jean. Il séjourne à l’île Maurice puis à Alger. En 1898 après maintes pérégrinations, il s’installe à Paris. Il publie très régulièrement livres et contributions nombreuses dans des journaux et revues. En 1912 il quitte Paris définitivement et s’installe au château de la Rafette, entre Bordeaux et Libourne où habite sa sœur Jane. A partir de 1913, il se préoccupe de plus en plus de sa poésie et il devient chef de file d’un groupe de poètes (Carco, Derème, Pellerin, Vérane, Bernard). Il met au point un premier manuscrit de ses contrerimes mais ce document est égaré. Il se marie en 1916 et s’installe à Guéthary. Il continue à donner de très nombreuses contributions à des revues. Il meurt d’une hémorragie cérébrale le 6 septembre 1920. Les Contrerimes seront publiées en février 1921 et l’ensemble de l’œuvre, en partie posthume, continuera d’être publiée par les soins d’Henri Martineau aux éditions du Divan.
(Ces informations sont extraites du livre Toulet, Les Contrerimes, nouvelles contrerimes, présentation Jean-Luc Steinmetz, collection GF, Flammarion, 2008.)

Eléments de bibliographie.
Œuvres complètes (poésies, romans, nouvelles et contes, théâtre, essais et notes, journaux et correspondance), édition présentée et annotée par Bernard Delvaille, Robert Laffont, « Bouqins », 1986, rééd. 2003.

Les Contrerimes (précédée d’une introduction méchante empruntée à Paul Léautaud)
sur le principe de la contrerime

 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Jean-Paul DUBOIS

    Biographie succinte Jean-Paul Dubois est né en 1950 à Toulouse où il vit actuellement. Journaliste, il commence par écrire des chroniques sportives dans... Lire la suite

    Par  Lecteur En Série
    CULTURE, LIVRES
  • Bref hommage à Jean-Paul Dethorey

    Jean-Paul Dethorey aurait eu 73 ans aujourd’hui. Il est disparu à 64 ans le 15 mai 1999. Le dessinateur lorrain diplômé des beaux-arts de Nancy sera l’auteur... Lire la suite

    Par  Manuel Picaud
    BD, CULTURE, LIVRES
  • Bref hommage à Jean-Paul Dethorey.

    Jean-Paul Dethorey est disparu à 64 ans le 15 mai 1999. Le dessinateur lorrain diplômé des beaux-arts de Nancy est l’auteur d’albums très variés de l’humour au... Lire la suite

    Par  Manuel Picaud
    BD, CULTURE, LIVRES
  • La Rosé blanche de Jean-Paul Malaval

    D'où vient le souffle rauque de ce roman enraciné dans la terre de Corrèze ? De l'honnêteté d'un écrivain qui refuse les anachronismes et les histoires à l'eau... Lire la suite

    Par  Grandlivredumois
    CULTURE, LIVRES
  • Vive le lundi !**/Jean-Paul Guedj (2008)

    Connaître le bonheur au travail Fable à méditer : A trois tailleurs de pierres, on demande : "Que faites-vous ?" Le premier répond : "Je taille une pierre." Le... Lire la suite

    Par  Essel
    CONSO, CULTURE, LIVRES
  • L'existentialisme est un humanisme*/Jean-Paul Sartre

    "L'homme est condamné à être libre." (p. 39) Chacun connait cette citation de Jean-Paul Sartre. Mais, privée de son contexte, elle était à l'époque mal perçue,... Lire la suite

    Par  Essel
    CONSO, CULTURE, LIVRES
  • L'homme qui rêvait d'un village de Jean-Paul Malaval

    Le bonheur est au village, cours-y vite... Constantin Méliès a réussi dans la vie. La chance lui a souri. Directeur d'une agence de publicité de renom, il... Lire la suite

    Par  Grandlivredumois
    CULTURE, LIVRES

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 14972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines