Magazine Culture

14-18, Albert Londres : «Le Boche ne détale pas, il étale»

Par Pmalgachie @pmalgachie

14-18, Albert Londres : «Le Boche ne détale pas, il étale»
L’attaque l’emporte sur la résistance On marche sur Gand
(De l’envoyé spécial du petit Journal.) Front britannique, 25 octobre. Et, ce matin, les attaques reprirent. Le Boche ne détale pas, il étale : ce qui, en langage militaire, signifie : il tient le coup. Il s’agit de bien comprendre ce qui se passe. C’est simple. Hésitant à se retirer sur la Meuse, d’abord parce qu’un tel recul lui donne le frisson, ensuite parce qu’il veut laisser le moins de plumes possible, l’ennemi avait fait halte à mi-chemin. Il avait là tout ce qui est utile pour s’accrocher, des forêts et des canaux. Au nord de Valenciennes, la forêt de Raismes, devant Condé, assez bas au sud de Valenciennes, la forêt de Mormal, devant Maubeuge et surtout, préservant Valenciennes, Condé et plus loin Mons, l’Escaut et son canal, et, préservant Avesnes et Maubeuge, le canal de la Sambre à l’Oise. Mais les canaux de l’Escaut et de Sambre à Oise à cet endroit étant presque parallèles laissent entre eux un large terrain ; au centre de ce terrain est Le Quesnoy. Si une percée était possible, c’était là, c’est là qu’on la tente. C’est là que nous avons franchi l’Écaillon, perpendiculaire aux deux canaux. Horne, 1re armée, est sur le canal de l’Escaut, autour de Valenciennes ; Byng, 3e armée, est entre les deux canaux, face au Quesnoy ; Rawlinson, 4e armée, à sa gauche, entre les deux mêmes canaux et le reste de ses forces sur le canal de Sambre-et-Oise. Or, aujourd’hui, tandis qu’au sud de Valenciennes, on traversait le canal de l’Escaut, on prenait Maing, ce qui fait Valenciennes de plus en plus menacée et qu’à l’autre aile, la bataille, près du canal de Sambre à Oise, s’approchant de Landrecies, nous donnions un coup entre les deux canaux dans le secteur du Quesnoy, dans le secteur de la trouée. C’est là qu’est le centre de la résistance ennemie ; c’est là qu’est le centre de l’attaque britannique.

L’attaque est entêtée, la résistance acharnée : l’attaque l’emporte, et dans les Flandres l’armée Plumer vient de se mettre en marche sur Gand

.

Le Petit Journal

, 26 octobre 1918.
14-18, Albert Londres : «Le Boche ne détale pas, il étale»

Dans la même collection
Jean Giraudoux Lectures pour une ombre Edith Wharton Voyages au front de Dunkerque à Belfort Georges Ohnet Journal d’un bourgeois de Paris pendant la guerre de 1914. Intégrale ou tous les fascicules (de 1 à 17) en autant de volumes Isabelle Rimbaud Dans les remous de la bataille

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pmalgachie 8645 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines