Magazine Amérique latine

A peine élu, Bolsonaro casse déjà tout [Actu]

Publié le 30 octobre 2018 par Jyj9icx6

A peine élu, Bolsonaro casse déjà tout [Actu]

"Avec le cœur regardant vers le nord"
la rédaction de Página/12 a choisi de citer le texte d'un tango de Eladía Blázquez
où elle regardait au sud, c'est-à-dire vers la patrie et vers les classes sociales modestes


Elu dimanche, Bolsonaro a annoncé dès hier que sa première visite à l'étranger, après sa prise de fonction le 1er janvier prochain, serait pour les Etats-Unis, puis Israël et le Chili. Les Etats-Unis pour son alter-ego, Donald Trump, aussi violent, raciste, sexiste, inculte et mal élevé que lui (et à peine plus subtil). Israël parce que Bibi Netanyahou n'est pas mal non plus dans son genre, violent, cynique, belliciste et traînant derrière lui une ribambelle de soupçons de corruption et de malversation. Enfin le Chili parce que les pinochettistes sont alliés à Sebastián Piñera pour former la nouvelle majorité. Ah ! ce bon vieux temps de la dictature militaire où l'on assassinait à plaisir les opposants, forcément communistes (1), après les avoir dûment torturés.

A peine élu, Bolsonaro casse déjà tout [Actu]

En haut : "Hommage à la démocratie", avec une cérémonie
que Macri a présidée dans le musée de la Casa Rosada
En bas : "Tournant le dos au Mercosur"
Cliquez sur l'image pour une haute résolution


Or la tradition diplomatique brésilienne veut que le premier voyage d'un nouveau mandataire soit pour l'Argentine, le pays voisin, le second de la région par son économie et son extension territoriale.

A peine élu, Bolsonaro casse déjà tout [Actu]

"Bolsonaro exclut l'Argentine de son premier voyage de président"
Cliquez sur l'image pour une haute résolutoin


A en croire la presse nationale, les Argentins, déjà assez mortifiés de n'avoir pas encore pu recevoir "leur" pape, se sentent humiliés par cette décision qui n'a pourtant rien de surprenant de la part de l'individu qui l'a prise. Ils sont d'autant plus humiliés que les deux pays sont les seuls Etats de la région à participer au G20, dont l'Argentine occupe cette année la présidence tournante. Et pourtant le président Macri et le ministre des Affaires étrangères Faurie n'ont hésité à transgresser leurs valeurs démocratiques d'abord pour conserver de bonnes relations avec le Brésil de Michel Temer et ensuite pour flatter son sulfureux futur successeur, Jorge Faurie n'hésitant même pas à taxer, de façon exagérément diplomatique, de "projet de centre-droit" le très malfaisant, très fumeux et passablement furibond programme de Bolsonaro... Et pour comble de malheur, ce premier incident diplomatique intervient alors que l'Argentine fête les 35 ans du retour du scrutin démocratique après les sept ans de suspension de la constitution par le coup d'Etat de 1976, ce vote libre qui allait porter Raúl Alfonsín à la Casa Rosada.
Pour en savoir plus : lire l'article de Página/12 lire l'article de Clarín lire l'article de La Nación.
(1) En fait, c'est une vue de l'esprit, un mantra de l'extrême-droite pro-impérialiste. Le communisme est presque inexistant dans l'éventail politique et idéologique d'Amérique du Sud. Même Fidel Castro n'était pas communiste. Il s'était juste déguisé en marxiste pour obtenir l'appui de l'URSS, indispensable pour neutraliser la puissance des Etats-Unis trop proches des côtes de son île.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jyj9icx6 2740 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte