Magazine Culture

14-18, Albert Londres : «Ils s’obstinent, nous les brisons.»

Par Pmalgachie @pmalgachie
14-18, Albert Londres : «Ils s’obstinent, nous les brisons.»
Leurs alliés capitulent Eux se font battre À sept kilomètres de Gand et Valenciennes débordé
(De notre correspondant de guerre accrédité aux armées.) Front britannique, 1er novembre. Ce n’est pas qu’ils soient lâches, ce n’est pas qu’ils s’abandonnent au destin, ce n’est pas qu’ils ne savent plus s’accrocher, se relever, se sacrifier, c’est que nous les dominons. Ils s’obstinent, nous les brisons. Dans les Flandres, les Britanniques ont avancé depuis hier d’environ quatorze kilomètres, Audenarde est pris, le canal d’Eclo, une des plus fortes lignes que leur ait données la retraite, est franchi et au bout de sept kilomètres nous entrerons dans Gand. Plus bas, même spectacle : Valenciennes va tomber, Valenciennes ne va pas choir d’elle-même des mains allemandes ; ils pressaient si fort contre eux cette dernière ville du Nord qu’il a fallu, ce matin, leur asséner sur les doigts un formidable coup. Ils ont accueilli notre attaque par une concentration d’artillerie plus puissante que toutes celles déchaînées depuis quatre ans. Non, les Allemands ne s’abandonnent pas. Le précipice où ils plongent leur fait peur. Au pied du trou, pour ne pas y être précipités, ils luttent férocement. Nous sentons bien que les nouvelles du front n’ont plus aujourd’hui pour nos pays victorieux l’intérêt de naguère. Ce n’est pas quand la Bulgarie, la Turquie, l’Autriche tombent d’un coup que la chute d’une ligne de tranchées, voire d’un canal, va vous émouvoir. D’autant que vous entrevoyez d’avance le résultat de ces combats derniers. Tout leur déroulement n’est plus pour vous qu’incidents. Nos soldats demeurent les ouvriers du coup final Mais nous qui les vivons et qui voyons sous nos yeux s’en dégager le sens, nous devons, pour la gloire des combattants, vous signaler ce qu’ils veulent dire. Ils signifient que l’Allemand ne se résout pas à être vaincu et que nos soldats, dont la ténacité a permis cet hallali, demeurent, par une juste nécessité, les indispensables ouvriers du coup final. Sans eux, les Allemands, assis sur des positions, sur n’importe quelles positions, se croyaient diminués, mais debout, oseraient nous parler d’égal à égal, or sitôt qu’ils s’assoient les nôtres les délogent. Ils veulent posséder des gages pour se présenter devant le tribunal, nous les leur arrachons. Si les messages du docteur Solf révèlent de plus en plus une écriture mal assurée, c’est que depuis qu’il a pris la plume le canon du front ne cesse de lui faire trembler la main. Ils s’écroulent dans la rage et la cupidité Et quoique la note approche, leurs fantaisies ne cessent point. Nous avons trouvé vers Audenarde quatre ambulances chargées de butin : tableaux, tapis, cuivres, fauteuils, et cette nuit entre eux et nous flambaient villages et hameaux. Ils s’écroulent dans la rage et la cupidité.

Le Petit Journal

, 2 novembre 1918.

14-18, Albert Londres : «Ils s’obstinent, nous les brisons.»
Dans la même collection
Jean Giraudoux Lectures pour une ombre Edith Wharton Voyages au front de Dunkerque à Belfort Georges Ohnet Journal d’un bourgeois de Paris pendant la guerre de 1914. Intégrale ou tous les fascicules (de 1 à 17) en autant de volumes Isabelle Rimbaud Dans les remous de la bataille

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pmalgachie 8645 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines