Magazine Culture

Jovonn i meet the house legend

Publié le 02 novembre 2018 par Le Limonadier @LeLimonadier

Dans l'histoire de la House Music du New York 90's, le nom de Jovonn n'est pas toujours le premier mis en avant, ombragé par les gigantesques figures de Kerri Chandler, Joe Claussel ou Louie Vega. Il occupe pourtant une place primordiale sur la scène de la grande pomme à laquelle il prend part dés le milieu des années 80.

Issu d'une famille de musiciens, il est initié dès le plus jeune âge à la guitare, son instrument de prédilection, mais aussi à la batterie et au piano. Mais c'est bien pour la musique Dance et House qu'il s'éprend au début des années 80, fréquentant les soirées légendaires du Sapphire, du Loft ou du Zanzibar. Son apprentissage se fait aussi derrière les decks, lors des mythiques block party qui parsèment alors le macadam New-Yorkais, de Brooklyn à Manhattan. Il s'en souvient comme l'une des périodes les plus stimulantes de sa carrière.
Malgré des talents de DJs remarqués, c'est bien la production qui le poussera sur le devant de la scène. Compositeur hyperactif, c'est en 1990 qu'il sortira son premier maxi sur un petit label New Yorkais. Mais c'est véritablement un an plus tard, à la fin de la même année que l'artiste new-yorkais se révèle avec la signature d'un maxi sur Warner Bros. Nous attribuons cependant le vrai tournant de sa carrière à la création de son propre label en 1991, Goldstone Records. Il y façonne l'esthétique NY House que nous lui connaissons aujourd'hui : bassline rondelette et généreux accords de piano.
Avec près d'une centaine de sorties à son actif, la discographie de Jovonn est l'une des plus abouties de la production électronique américaine dont il s'affirme comme une figure essentielle. Quel House lover digne de ce nom ne s'est-il jamais déhanché sur des morceaux tels que "Back In the Dark", "Garage Shelter", "I Can't Make Up My Mind", "I Wanna Go To A Club" et tellement d'autres...

A l'occasion de sa venue ce vendredi 2 novembre à la Machine du Moulin rouge sur une invitation de Make it deep qui met les petits plats dans les grands, nous sommes allés poser quelques questions à la légende de New York pour vous en dévoiler plus sur lui et son parcours.

Raconte-nous comment ta carrière de producteur a commencé ?comment en es-tu arrivéà dédier ta vie a la house?

JOVONN : Tout a débuté à Brooklyn le jour ou j'ai aperçu une annonce à la recherche de djs, producteurs et lyricistes, j'étais curieux alors j'y suis allé. La personne que j'ai rencontré était un producteur qui travaillait sur un morceau, j'étais intrigué car il jouait de tous les instruments, il avait une boite à rythme Roland TR606, un synthétiseur Roland 202 et quelques claviers, je me suis dit : " J'aimerais pouvoir faire ça ". Je venais d'une famille de musiciens, mon père m'avait appris la guitare, mon oncle la basse, ma mère m'a appris à jouer du clavier mais à l'époque c'était sur un orgue électronique... J'ai économisé pour investir et apprendre à composer, je regardais un programme chaque dimanche à la télé, présenté par Herbie Hancock. On y découvrait tous les nouveaux claviers, les boites à rythme, on y apprenait la synchronisation, comment utiliser les machines midi, comment devenir un grand producteur. J'ai suivi cette émission chaque semaine et elle m'a beaucoup aidé a composer.

J'ai toujours collecté les morceaux et j'avais l'habitude d'écouter le mix du samedi soir de Timmy Regisford et Tony Humphries, qui passaient de la House, je copiais et imitais certains de leurs sons jusqu'à apprendre la formule de la house, j'ai réalisé que je pouvais y arriver, j'ai pratiqué et développé mon propre style, c'est ainsi qu'est né Jovonn.

Qu'est-ce qui te manque le plus des années 80 et de la scène house de cette époque?

Ce qui me manque c'est la façon dont on produisait la musique au milieu des années 80, chacun avait un style, une vibe différente et on pouvait ressentir l'émotion dans chaque morceau qui sortait, surtout lorsque le dj interrompait le vinyle pour promouvoir un son, il devenait le premier qui l'avait passé, tous les sons étaient frais, nouveaux, aucune musique ne se ressemblait.

Quelle est ta vision de la scène House aujourd'hui?

Je pense que c'est énorme avec les festivals estivaux et tous les autres événements qui arrivent, les nouveaux djs sont jeunes mais nous sommes toujours la pour leur apprendre les rudiments.

Que dirais-tu a ceux qui souhaitent démarrer une carrière dans l'industrie?

Apprends ton art et le business, sois original.

Quels sont les artistes que tu respectes le plus sur la nouvelle scène House et les personnes que tu respectes le plus dans cette industrie?

Apollonia, Mathias Kaden, Cassy, Cinthie, Pronk, Jamie Jones et bien sûr Dennis Ferrer, Kerri Chandler... entre autres.

Parlons au dj, si tu avais quinze minutes pour mettre le feu à un dancefloor, quels morceaux jouerais-tu?

" Back in the Dark " - Jovonn

" Atmosphere " - Kerri chandler

" Vital Sounds " - Jovonn

Pour conclure, voici la question du Limonadier, si tu étais une boisson laquelle serais-tu et pourquoi ?

Une Grey Goose parce que c'est doux, ça ne te rend pas tout de suite saoul et c'est classe.

Merci Monsieur. on vous dit à ce soir 😉 On a bien hâte !

↓TENTEZ DE GAGNER VOS PLACES PAR ICI ↓

Make It Deep * Paul Johnson ⌁ Jovonn ⌁ Playin' 4 The City (Live)

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Le Limonadier 23814 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines