Magazine Beaux Arts

Katrin Koenning photographie de la présence

Publié le 03 novembre 2018 par Thierry Grizard @Artefields

Katrin Koenning, les états non significatifs


Katrin Koenning, photographie, The Crossing, Indefinitely, East Wing Gallery | Publié par Thierry Grizard le 3 novembre 2018 pour artefields.net

Photographie sensorielle et présence

Katrin Koenning (née en Allemagne, 1978, elle vit et travaille en Australie) pratique une photographie sensorielle qui tente, dans le périmètre limité de l’intime, de faire apparaitre à l’image la singularité irréductible de moments ordinaires.

katrin-koenning_photography_indefinitely_the-crossing

© Katrin Koenning

Une démarche, par certains aspects, très proche de Sally Mann ou Emmet Gowin. A l’instar de ses deux prédécesseurs sa démarche ne relève ni du témoignage (Diane Arbus, Nan Goldin), ni réellement de l’autobiographique, et encore moins de l’instant décisif, son approche étant plutôt « phénoménologique ». La photographie semble être pour elle une forme de dévoilement d’états de choses qui outrepasse la capture photographique. Le cliché préserve de la disparition temporelle tout en dévoilant, parfois a posteriori ce qui est ou était intimement inscrit, en puissance, présent là comme serti au sein de ce « moment ». A l’instar de Sally Mann ou Emmet Gowin on y retrouve une manière de photographique heuristique.

Emmet Gowin décrit fréquemment son travail autour de Danville comme une prière, notamment quand il s’efforçait de fixer sa subjugation pour Edith représentée (mise en présence), révélée et non pas photographiée, tel un acte de dévotion envers une Magna Mater. Comme ces deux photographes Katrin Koenning œuvre au fil du temps (voir le film de Win Wenders) en abordant les précipitations, condensations et dilations du cour anodin des choses et des êtres, sans les subordonner à une quelconque finalité, un temps non reproductible, hors du labeur, un courant temporel à la durée fluide et improductif.

katrin-koenning_photography_indefinitely_the-crossing

© Katrin Koenning

Instants et rétrospection

La photographe allemande fait d’états singuliers sans qualité (téléologique) la matière de sa photographie. Pour autant, elle ne se cantonne pas à fixer des singularités, tout au contraire, dans bien des cas, elle les suscite. En effet, nombre des séries de l’artiste font l’objet de retouches et retraitements photographiques très importants.

Elle déréalise par exemple des clichés de famille ordinaires en les désaturant. Elle les blanchit, instillant un effet de dissipation, d’éloignement. Le geste d’un homme âgé qui bricole devient alors un événement particulier, l’intersubjectivité, le lien (empathique, sensoriel, mnésique) de l’état de chose capturé, comme le travail rétrospectif de mémoire, prennent possession de l’instantané qui, précisément, n’a plus rien d’un instantané. Le travail de laboratoire (numérique) n’est pas pour autant un artifice. Il faut le considérer comme une manière de modeler (à travers la manipulation de la lumière et les valeurs) une ambiance, autant dire un état de chose spatio-temporel. C’est une gestation de ce qui habite, en puissance, le temps révolu de la capture, mais encore et toujours présent grâce à la photographie. La post-production est une introspection et non un quelconque trucage. Il y a dans le travail de Katrin Koenning à la fois une posture devant le fil du temps qui se déroule et qu’elle s’efforce de fixer, et un effort rétrospectif phénoménologique de méditation/médiation sur le contenu potentiel de l’image qui exige, voire réclame, attend, un labeur de dévoilement. C’est une expérience sensorielle en deux temps, immergé dans le devenir et en rétrospection.

katrin-koenning_photography_indefinitely_the-crossing

© Katrin Koenning

Corrélations et hyperbates

Une image n’est jamais seule. Aucune image n’est isolée, le simple fait de la voir, de la distinguer et de la regarder comme une image signifie que tout un réseau lui sert de terreau. On ne voit jamais à proprement parler l’image photographique comme un fait, un objet unique. Le tirage photographique appartient non seulement à un ensemble plus large qui le fait signifier, mais lorsqu’on le regarde on voit aussi plus que ce qui y est fixé. Dans sa recherche de ce qu’il y a entre les états de choses, Katrin Koenning cherche à évoquer ce « milieu » qui nourrit l’image.

Il y a des images qui néanmoins s’isolent plus aisément que d’autres, et certaines qui seules ne sont rien. Les images de Katrin Koenning relèvent fréquemment de ce second registre. A vrai dire elle proclame vouloir donner à ses séries photographiques un caractère général de récit, mais allusif, plutôt une collection de singularités gravitant autour d’une préoccupation centrale. Le récit est de l’ordre de la documentation, de la recherche documentaire mais sous la forme d’un pointillisme aux accents existentialistes, à l’image de mythe personnels, c’est-à-dire une « explication » par généalogie, histoires familiales, et quelque fois à l’opposé, à travers de grands principes (la Nature, la Mort, la solitude, etc.) incarnés dans le singulier, le particulier, la maladie d’un être cher, l’éloignement physique, et ainsi de suite.

Dans « Indefinitely » (2007 – 2018) Katrin Koenning corrèle des événements séparés par le temps et la distance pour exhiber que ce qu’il a « entre » n’est pas vide, que l’absence physique n’est pas un non-être, une absence de présence. La narration rétrospective agit à l’instar d’une dialectique du contingent et du singulier qui s’efforce de faire poindre la conscience d’une présence à la fois particulière et plus fondamentale, susceptible d’être montrée et partagée de manière significative.

katrin-koenning_photography_indefinitely_the-crossing

© Katrin Koenning

La narration de Katrin Koenning n’est donc pas une fiction, les articulations discursives qu’elle développe sont comme des hyperbates, elles prolongent ce qui derait être considéré comme clos

Momentum et punctum

En réalité, Katrin Koenning ne fait pas de la photographie, elle travaille le temps et l’intersubjectivité. On peut considérer son approche de photographe comme une expérience, éventuellement une performance, dans tous les cas une action qui exige bien plus que l’instantané pressé de fixer un moment jugé cocasse, important, etc. qui se réduira finalement à une anecdote. Ce qui intéresse la photographe c’est le momentum (le temps comme élan, flux) pour essayer de parvenir au punctum de Roland Barthes, une fulguration qui outrepasse l’image en dehors de toute finalité précise.

katrin-koenning_photography_indefinitely_the-crossing

© Katrin Koenning

La photographie de Katrin de Koenning élude donc l’acuité visuelle, elle recherche les écarts, l’indéfini, les filés flous, ce qui par-delà l’effet onirique ou surréaliste de mystère propre à une forme de récit mythographique est propice aux ouvertures vers quelque chose d’extérieur au cadre. Elle ne veut pas montrer, démontrer ou déclarer, mais suggérer de manière participative. C’est bien une photographie phénoménologique du hors cadre, sensorielle qui tente de rendre visible la présence des lieux, de l’intersubjectivité, de la mémoire et l’espace, une sorte de manifestation dans l’accident et la contingence qu’il y a une forme de mystère et d’évidence.

katrin-koenning_photography_indefinitely_the-crossing

© Katrin Koenning

“Much of my work rotates around the idea of returning to things ; it’s through immersion that I can be part of something. The return enables me to know, the knowing makes me love, the loving authors me.” _ Katrin Koenning (Fotoroom.co)

katrin-koenning_photography_indefinitely_the-crossing

© Katrin Koenning


Quelques séries photographiques de Katrin Koenning :

Rausch (2016-2018) : Série à propos du bruit.

Midnight in Prahran (2012-) : Série sur son lieu de résidence en Australie.

Four Lakes (2017-) : Résidence en Inde, série traitant du réalisme magique.

Indefinitely (2007-2018) : Série abordant la notion de distance, d’absence et de présence.

Pott (2012-2018) : Katrin Koenning ausculte son lieu de naissance dans la Ruhr.

The Crossing (2009-2017) : Impact de l’activité humaine sur la nature en Australie, une sorte d’enquête sur les états de la nature.

Lake Mountain (2010-2018) : Étude sur le réchauffement climatique.

Collisions & Successions (Glow) : Série sur la lumière.

Near (2005-) : Série sur l’ordinaire, le sans-qualité et la présence.

katrin-koenning_photography_indefinitely_the-crossing

© Katrin Koenning

TOUTES LES BIOS

Katrin Koenning

katrin-koenning_photographyThe Crossing
Du 22 octobre au 12 novembre 2018
Le Cloître ouvert – Couvent de l’Annonciation


A voir aussi


sally-mann,photography,immediate-family11 mars 2018/par

Sally Mann ou la vie dans les bois

Sally Mann est bien plus qu’une photographe, elle utilise ce médium comme un journal intime où se mêlent réflexions proches de la philosophie, l’introspection et toutes les émotions ordinaires mais parfois extatiques du quotidien, à l’image d’une révélation sensuelle, parfois mystique, qui dans le cas de la photographe américaine se rapporte constamment à la Nature entendue comme un cosmos où l’individu prend activement sa place.
emmet-gowin,photography,edith10 avril 2018/par Thierry Grizard

Emmet Gowin, la photographie intimiste

Emmet Gowin est un photographe assez singulier bien que son œuvre relève pour partie de la Photographie Objective dans sa vision américaine et de la Street Photography, pourtant en cultivant une photographie de l’intime il a ouvert une nouvelle voie que de très nombreux photographes ont depuis empruntée.
todd-hido,photography,house-hunting23 avril 2018/par Thierry Grizard

Todd Hido, une photographie atmosphérique

Todd Hido est un photographe américain qui maintient ensemble des lignes de forces apparemment contradictoires, le documentariste et l’onirisme, le dépouillement et la sophistication, l’autobiographique et l’ellipse, il fait de ces conflits, potentiellement déstructurant, des paradoxes visuels fascinants.
vivian-maier-street-photography-selfportraitVivian Maier12 juillet 2018/par Thierry Grizard

Vivian Maier entre ombres et miroirs

Vivian Maier, de manière posthume, est passée en quelques années de l'anonymat total à celui de figure centrale de la Street Photography, pourtant ce rattachement ne rend compte que d'une partie de son oeuvre très variée et souvent paradoxale, exactement telle qu'elle fut de son vivant.
cindy-sherman_photography_picture-generationCindy Sherman6 octobre 2018/par Thierry Grizard

Cindy Sherman The Picture Generation

Cindy Sherman, la représentante la plus fameuse de la Picture Generation avec Richard Prince, a fondé tout son travail sur le travestissement et les simulacres, en portant des masques parodiques elle tente de montrer ce qui se cache derrière eux.

Katrin Koenning : œuvres



katrin-koenning_photography_indefinitely_the-crossing
katrin-koenning_photography_indefinitely_the-crossing
katrin-koenning_photography_indefinitely_the-crossing
katrin-koenning_photography_indefinitely_the-crossing
katrin-koenning_photography_indefinitely_the-crossing
katrin-koenning_photography_indefinitely_the-crossing
katrin-koenning_photography_indefinitely_the-crossing
katrin-koenning_photography_indefinitely_the-crossing
katrin-koenning_photography_indefinitely_the-crossing
katrin-koenning_photography_indefinitely_the-crossing
katrin-koenning_photography_indefinitely_the-crossing
katrin-koenning_photography_indefinitely_the-crossing
katrin-koenning_photography_indefinitely_the-crossing
Partager cet article

L’article Katrin Koenning photographie de la présence est apparu en premier sur ARTEFIELDS.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Thierry Grizard 1659 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines