Magazine Concerts & Festivals

siiAn en showcase pour la sortie du nouvel album à la Citrouille - Saint-Brieuc le 15 novembre 2018

Publié le 16 novembre 2018 par Concerts-Review
siiAn en showcase pour la sortie du nouvel album à la Citrouille - Saint-Brieuc le 15 novembre 2018

siiAn en showcase pour la sortie du nouvel album à la Citrouille - Saint-Brieuc, le 15 novembre 2018

'Périples' le cinquième album de siiAn, enregistré au studio L'Astrolab et produit par RDD Prod, vient de voir le jour et, pour l'occasion, la maison de production, représentée par Aude Le Moigne (Hoa Queen) et Charlotte Le Calvez ( Talkie Walkie, Acoustic Ladyland) , propose un showcase, gratuit et arrosé, à La Citrouille de Saint-Brieuc.

Une bonne raison pour braver un brouillard dense, réduisant la visibilité à moins de dix mètres sur la D6.

19h, précisait facebook, ils/elles/tu savaient qu'il y aurait des retardataires et que l'heure prévue pour le kick off devrait en tenir compte.

Le mini-concert démarrera une 1664 plus tard, pendant son absorption, tu as observé les instruments, peu courants, somnolant sur scène, deux luths afghans, que Siian Gzh catalogue comme étant des rubâbs, une guitare trafiquée ( huit cordes), une flûte traversière et un kit de batterie exotique, formé de tambours marocains ( des t'bels) , d'une grosse caisse et de cymbales classiques.

Siian Gzh, déchaussée à la manière de Sandie Shaw, et Erwan Tassel ( vu aux côtés de Bob Gullotti à Plourivo) prennent place et entament leur odyssée par 'Bedel Choda Am', un chant d'amour ( I Lost My Heart, chez Shakespeare) originaire d'Afghanistan, basé sur un texte du poète mystique perse Mawlânâ Jalâl-o-Din-e-Balkhi.

La douceur des sonorités afghanes évoquent l'univers spirituel cher à Nusrat Fateh Ali Khan, la voix 'occidentale', harmonieuse, de la native des Côtes-d'Armor ne trahissant nullement le propos du philosophe du 13è siècle.

La flûte introduit en mode larghetto 'Jindagi Guzari Intazari Mai', un hymne en provenance du désert du Thar au Rajasthan, lorsque les cordes et la voix interviennent, la mélodie vire allegretto, la composition de l'aède itinérant cherchant désespérément l'amour s'envole vers la destination ultime où doit le mener sa quête amoureuse.

Le scénario adopté pour 'Beshnaw Az Nai' est similaire à celui du morceau précédent, flûte en éclaireur, la guitare la rejoignant pour confectionner une complainte empreinte de mystère et de nostalgie.

Un silence imposant règne dans le club, l'auditoire, subjugué, semble communier avec les artistes.

Changement radical avec le traditionnel irlandais 'Paddy's lament' que Jean Sabot et Nick Malika ( Late as Usual) avaient interprété au Centre Culturel Breton de Guingamp il y a un mois.

L'interprétation du duo se rapproche du freak folk cher à des artistes du calibre de Meg Baird ou

Tara Jane O'Neil.

Le chant sacré afghan ' Dar an Nafas' ( The Breath of God') précède la dernière pièce de la soirée, à nouveau issue du désert du Thar, 'Pundela'.

La plage la plus animée du récital, presque joyeuse, (que Titi Robin a enregistrée avec Gulabi Sapera) termine 40' musicales ayant captivé un public attentif.

Prochaine prestation de siiAn, le 8 décembre à Pordic, au Centre Culturel de la Ville Robert après un passage au Festival Migrant'Scène, à Paris, le premier décembre.

siiAn en showcase pour la sortie du nouvel album à la Citrouille - Saint-Brieuc le 15 novembre 2018

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Concerts-Review 35011 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte