Magazine Culture

Valérie Rouzeau – Ne plus tenir debout…

Par Stéphane Chabrières @schabrieres

Valérie Rouzeau – Ne plus tenir debout…Ne plus tenir debout quelquefois tu disais.
Depuis quoi j’ai rêvé que je te relevais que je te relevais et que tu retombais.
Dans la pièce la plus froide tu te serais cassé.
Quand bien même je t’aurais mis debout et tenu aux épaules et parlé à l’oreille apporté des lilas ça n’aurait pas marché.
D’ailleurs je t’ai pleuré dessus ça ne t’a pas remué ni quand j’ai pris ta main dans mes mains bonnes à rien ni rien.
Tu te serais cassé.
Trêve d’éternité.

*

Dead on my feet you sometimes said.
Since when I’ve dreamed you were getting up I was getting you up and you were falling back.
In the coldest room you would have got broken.
Even if I could have got you on your feet and held you by the shoulder and talked in your ear brought you lilacs it wouldn’t have worked.
What’s more I cried over you it didn’t move you nor when I took your hand in my hands that couldn’t do anything or anything.
You would have got broken.
Enough eternity.

***

Valérie Rouzeau (née en 1967 à Cosne-sur-Loire)Pas revoir (Le Dé bleu, 1999) – Cold Spring in Winter

(Arc, 2009) – Translated (from the French) by Susan Wicks.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Stéphane Chabrières 13365 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines