Magazine Concerts & Festivals

Interview : Comment le label Talitres s’est associé aux Bières du Carrelet

Publié le 11 janvier 2019 par Dookiz @merseysideband

Sean : Lorsque l'on gère un label indépendant, on recherche en permanence une certaine forme de démarcation et d'originalité. J'ai le sentiment que nos sorties parlent d'elles-même mais un label c'est une image, une éthique, un tout qui peut brasser un peu plus large qu'une édition discographique. Auparavant, nous avons pressé des vinyles en éditions limitées, offert un 45 tours exclusif (Flotation Toy Warning), imprimé un livre de photos, tenter d'orner les têtes des nageurs à la piscine... et donc désormais une bière.

Cela fait quelques années que je réfléchis à ce projet. Les brasseries artisanales fleurissent, les caves à bières aussi. Visitant régulièrement un magasin à Bordeaux ( Malt & co), j'ai sympathisé avec le gérant, évoqué avec lui cette idée. Il connaissait bien Romain des Bières du Carrelet. En outre je tenais à ce que la brasserie avec laquelle nous allions collaboré soit proche de Bordeaux, et celle-ci était particulièrement adaptée car elle offrait la possibilité de faire un micro-brassin, et donc une quantité raisonnable de bouteilles.

Sean, aurais-tu imaginé cette association avec un autre artiste de ton catalogue ?

Oui bien sûr, je pense que cette association aurait pu tout à fait fonctionner avec de nombreux artistes du catalogue de Talitres. Motorama pourrait très bien s'y prêter d'autant que l'un des musiciens tenait un magasin de bières à Rostov. Mais avec Raoul Vignal nous avions la possibilité de créer des événements (Bordeaux, Paris) plus facilement. Il est beaucoup plus aisé d'organiser des showcases avec un artiste français et qui de surcroît soit à même de se produire en solo.

Sean, quel est ton rapport à la bière (artisanale) dans une région où le vin est une seconde (voire première) nature ?

Les quelques événements qui associent vignoble et musique sont plus axés autour de la musique classique & du jazz. Aucune volonté en ce qui me concerne de me démarquer radicalement de la culture et de la tradition bordelaise. Il reste qu'il me semblait plus logique et très sûrement plus simple de collaborer avec une micro-brasserie artisanale plutôt qu'avec une propriété viticole.

J'essaie d'écarter de ma consommation toutes les bières industrielles, fades et trop riches en sucres. On a désormais la chance d'avoir une offre artisanale très vaste, avec la possibilité d'explorer différents types de bières et différentes brasseries. Profitons-en ! Avec conscience et modération mais profitons-en.

Romain, comment s'est faite la composition de la recette ?
Sean m'a décrit le style de bière qu'il aimait, type session IPA légère, houblonnée et très fruitée, d'où l'utilisation du southern passion. Tout simplement.

Qu'écoutes-tu comme musique ? Ecoutes-tu des choses différentes quand tu brasses par rapport à quand tu es chez toi ?
J'écoute absolument de tout. Je n'écoute pas vraiment de musiques différentes en fonction de ce que je fais. En fin de brassage, pour le nettoyage, un bon hard rock c'est toujours motivant ! Ou bien ça par exemple :

Si tu pouvais brasser une bière pour ton artiste préféré, ce serait quel type de bière et pour qui ?
Je n'ai pas d'artiste préféré, mais disons que si j'en avais l'occasion, je brasserais un Imperial Stout pour The Rumjack ,
un Robuste Porter pour François and the Atlas Mountains,
et une variété de Rauchbier pour Beth Hart.

Sean, si tu pouvais travailler avec une autre brasserie, locale ou non, laquelle ce serait ?
Pour leur proximité (même si ils sont un peu plus loin) le Père l'amer ( https://leperelamer.fr/) et Crak, une brasserie italienne.

comments


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Dookiz 5513 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte