Magazine Culture

Hannah Arendt – Pas un mot ne perce l’obscurcissement…

Par Stéphane Chabrières @schabrieres

Hannah Arendt – Pas un mot ne perce l’obscurcissement…Pas un mot ne perce l’obscurcissement –
Pas un dieu ne lève la main –
Où que par ailleurs je regarde
La terre qui s’amoncèle.
Nulle forme qui se détache,
Nulle ombre en suspens.
Et sans cesse j’entends :
Trop tard, trop tard.

*

Kein Wort bricht ins Dunkel –
Kein Gott hebt die Hand –
Wohin ich auch blicke
Sich türmendes Land.
Keine Form, die sich löset,
Kein Schatten, der schwebt.
Und immer noch hör ich’s:
Zu spät, zu spät.

*

No word breaks the dark—
No God lifts his hand—
And wherever I look
The land rises up.
No form dissolving.
No Shadow floating.
And still I hear it:
Too late, too late.

***

Hannah Arendt (1906-1975)Heureux celui qui n’a pas de patrie : Poèmes de pensée (Payot, 2015) – Traduit de l’allemand par François Mathieu.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Stéphane Chabrières 13365 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines