Magazine Culture

Anouk d’Olivia QUÉTIER

Par Fildediane @fildediane

Titre : AnoukAnouk d’Olivia QUÉTIER

Auteure : Olivia QUÉTIER

Éditeur : Autoédité

Genre : Contemporain, psychologie

Format : Epub

Nombre de pages : 220 (PDF)

Fiche Bibliomania

Résumé de l’auteure :

« On en a tous rêvé. Elle l’a fait. Disparaître. Anouk, mariée, deux enfants, part comme chaque matin au travail. Mais elle ne s’y arrêtera pas. Elle poursuivra sa route. Ce livre est l’histoire de sa disparition. Elle quittera tout, son mari, ses enfants, son amant, ses amis, elle se délestera de ses papiers, de son argent, de sa vie. Elle fuit, se fuit, change de nom, de métier, de relations. Ses démons intérieurs ne la quittent cependant pas.
Son mari, Pierrick, la cherche, la poursuit, tente de retracer son chemin, il questionne leur entourage et peu à peu se dévoile la véritable histoire d’Anouk.
Un récit à double voix où Anouk et Pierrick livrent chacun leur expérience de cette disparition volontaire. »

Mon  avis :

Merci beaucoup à l’auteure Olivia QUÉTIER pour m’avoir à nouveau fait confiance avec son nouveau roman poignant et douloureux ! MERCI !

L’histoire :

Anouk est à bout, elle ne supporte plus sa vie, son travail et sa famille… elle se sent usée, plus apte à compenser. Un matin en partant comme d’habitude au travail; elle ne s’y arrête pas… elle continue, elle s’échappe de cette vie qui l’étouffe ou tout au moins elle croit y réchapper mais n’est-ce pas une pure illusion…

Anouk et Pierrick nous raconte, cette longue descente aux enfers pour elle, cette attente insoutenable pour lui. Si Anouk veut effacer celle qu’elle est, Pierrick la recherche ardemment; il veut y croire, il veut encore la sauver, la ramener dans sa maison près de ses enfants… Il ne comprend pas, il échafaude des scénarios, du plus obscur au plus optimiste... en vain.

Parcourt d’un couple à la dérive, d’enfants embarqués dans ce tumultueux mouvement à jamais marqués.

Les personnages :

Anouk : c’est d’abord une jeune femme presque comme les autres, écrasé par un travail qui l’a déçoit, qu’elle finit par détester, une famille comme les autres où le mari attend sagement son retour pour préparer à manger, des enfants qui bougent, qui crient, qui n’obéissent pas… Une vie presque normale. Mais ce soir c’est le soir de trop. Elle est pleine de paradoxe, elle aime son mari, ses enfants mais ne les supporte plus… Elles les abandonne pour qu’ils vivent mieux sans elle… mais elle choisit de disparaître pas juste de les quitter… juste disparaître sans un mot...

Pierrick : C’est le mari, gentil et attentif qui pense faire de son mieux pour soutenir sa femme en plein désarroi. Il pense savoir ce qui est bien pour elle. Elle la recherche ardemment sans s’être vraiment posé la question : »veut-elle rentrer ? » …tout au moins au départ… malgré tout ce qu’il subit il s’accroche veut ramener sa femme, la maman à ses enfants. Il est courageux, car il décide de prendre sa famille à bras le corps, il est déchiré entre son travail, ses enfants et les recherches qu’il fait pour retrouver son épouse. Tout un tas de sentiments le traverse, il s’use, il se refuse d’entendre ce que ses amis et proches essaient de lui faire comprendre; il y croit, il va ramener son Anouk !

La Plume, le Scénario :

Olivia Quétier, l’auteure, nous amène dans la vie d’Anouk à ce moment charnière, plutôt à ce moment critique où tout bascule. Anouk est au bout du rouleau, et l’auteure nous le fait sentir avec ses mots. J’avoue m’être retrouvée dans ses mots le ras le bol d’un travail non valorisant, de rentrer à la maison éreintée et finalement il faut entamer sa deuxième journée et faire à manger pour sa petite famille… ce ras le bol d’être sollicitée à un moment où on aimerait être dans une bulle et ne rien entendre ni voir… L’envie soudaine de tout quitter et d’aller loin sur une île ou au plus profond des bois…

Quel drame, de suivre Anouk dans sa descente aux enfers. Je l’ai détesté de se tuer à petit feu, de laisser ses proches sans savoir si elle va bien alors qu’elle se perdait dans une autre vie. j’étais agacée de cette perdition dont on apprend au fur et à mesure des pages les raisons au début vagues puis plus précises. Et d’un autre côté l’envie de la prendre dans mes bras et lui dire de tenir que la vie vaut le coup !

Anouk n’était pas la seule à m’énerver, son mari qui tentait tout, malgré le mal qu’elle faisait à leur famille… Mais finalement il essayait juste de maintenir ce qu’il perdait comme un pull en laine que l’on détricote dont on retient le dernier fil … Son sursaut m’a fait comprendre que oui c’était le mieux qu’il avait à faire pour sauver sa famille, ses enfants et ça passait par le sacrifice d’Anouk.

On sent dès les premières lignes qu’Anouk n’est pas une simple femme fatiguée qui lâche prise… malheureusement on finit par toucher un sujet très sérieux lié à l’enfance et aux secrets qui font plus de mal qu’ils ne protègent… mais pas que… si vous voulez savoir ce qui pousse Anouk à rejeter plus loin son existence, il faudra lire le livre d’Olivia Quétier, je ne vais pas tout dire quand même !

Que c’était douloureux de la suivre, de la sentir se perdre et d’entraîner quiconque pouvait s’attacher à son bateau…

Quand on est parent, ce livre pousse à la réflexion, est-ce qu’on est assez présent dans la vie de l’enfant ? est-ce qu’on a pas loupé quelque chose ? est ce qu’on est trop présent? faut-il privilégier ses enfants au détriment de sa vie personnelle ? Est-ce égoïste d’essayer de refaire sa vie après un divorce ? Faut-il tout dire aux enfants ? Bref, finalement ce livre torture les esprits hypersensibles peut-être...

En Bref :

Une lecture importante, percutante et douloureuse. Voilà en trois mots ce que je peux dire d’Anouk d’Olivia Quétier.

Merci pour ce moment de lecture spécial, douloureux certes mais qui amène à la réflexion que finalement sa vie n’est pas si mal et surtout qu’il faut être attentif à l’autre tout autant qu’à soi.

Anouk d’Olivia QUÉTIER


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Fildediane 807 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines