Magazine Cinéma

[critique] les Valeurs de la Famille Addams

Par Vance @Great_Wenceslas
[critique] les Valeurs de la Famille Addams

La suite de la bonne surprise qu'avait représenté le premier film adaptant les aventures de cette famille singulière s'avère encore bien meilleure : Gomez et Morticia attendent cette fois un heureux événement, ce qui va perturber la famille, au point que les parents vont demander l'aide d'une nounou. Celle-ci va finalement s'avérer bien plus dangereuse que prévu, et l'oncle Fétide tombera irrésistiblement dans ses filets...

[critique] les Valeurs de la Famille Addams

Un film entier, un régal d'humour noir, ponctué de situations loufoques et de plaisanteries grinçantes dans des décors absolument remarquables. Le rythme est trépidant et l'action se situe désormais sur plusieurs fronts, donnant la part belle aux enfants - Wednesday en tête, avec son interprète ( Christina Ricci) qui joue à la perfection de son charisme naissant. On ne peut que regretter la disparition de Raul Julia, qui dressait un Gomez fascinant, à la fois doux-dingue et passionné. Les amateurs de Twin Peaks retrouveront avec bonheur l'interprète du Géant qui intervenait dans les rêves de l'agent Dale Cooper ( Carel Struycken) dont le physique particulier a été réutilisé par Barry Sonnenfeld pour

A noter une petite surprise en reconnaissant Peter McNichol (le fameux "biscuit" de la série Ally McBeal) aux côtés de Christine Baranski ( the Good Wife) mais surtout son compère de la série Numbers, David Krumbholz (jouant ici un ado malingre et allergique à tout).

[critique] les Valeurs de la Famille Addams

Gomez : He has my father's eyes.
Morticia : Gomez, take those out of his mouth.

"les Valeurs de la Famille Addams", quand la famille, extatique, se penche sur le berceau du bébé.

Visionné en VOST 5.1. Quelques bonnes lignes de basses mais surtout un grand plaisir

[critique] les Valeurs de la Famille Addams

d'entendre les jeux de mots en VO, qui rendent hommages à des dialogues truculents.

L'image est moins bien lotie, malgré une définition correcte : on aperçoit, surtout au début, quelques spots et de minuscules rayures alors que les couleurs manquent de netteté. Le DVD Paramount proposait en outre deux bandes-annonce en bonus, soulageant d'un menu inexistant (le film démarre sans passer par lui).


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vance 6006 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines