Magazine Cinéma

[Critique] SERENITY

Par Onrembobine @OnRembobinefr
[Critique] SERENITY

Partager la publication "[Critique] SERENITY"

Note: ★★½☆☆

Titre original : Serenity

Origine : États-Unis

Réalisateur : Steven Knight

Distribution : Matthew McConaughey, Anne Hathaway, Djimon Hounsou, Jason Clarke, Diane Lane, Jeremy Strong…

Genre : Drame/Thriller

Date de sortie : 8 mars 2019

Le Pitch :

Baker Dill gagne tant bien que mal sa vie en amenant des vacanciers à la pêche sur son bateau. Un jour, il est contacté par son ex-femme, qui lui propose de tuer son nouveau mari en échange d’une importante somme d’argent…

La Critique de Serenity :

Matthew McConaughey a opéré il y a quelques années un brutal virage à 180 degrés et enchaîné les performances mémorables dans des œuvres qui le sont tout autant. On pense à True Detective, à Dallas Buyers Club ou à Interstellar. L’ancien abonné aux comédies romantiques parfois gentiment à la ramasse devenu acteur à succès, clairvoyant dans ses choix et complètement investi à chaque fois… Pour autant, depuis quelques années, McConaughey a moins le nez creux. Et si il n’est jamais mauvais à proprement parler, les films dans lesquels il a tourné ne sont plus systématiquement bons. Tout ça pour dire que Serenity, son dernier projet en date, réalisé par Steven « Peaky Blinders » Knight est quand même un peu aux fraises…

Matthew McConaughey et Anne Hathaway sont sur un bateau…

Dans Serenity, Matthew McConaughey est impeccable. Le problème ne vient donc pas de lui mais de la partition qu’il a à jouer. Parce que si Serenity commence comme un thriller somme toute assez classique, évoquant un peu le Calme Blanc de Philip Noyce, il prend par la suite des détours pour le moins inattendus, qui ont pour conséquence de dangereusement fragiliser sa structure et d’en faire une sorte de drame inutilement alambiqué et, il faut le dire, foireux sur bien des points.

McConaughey campe donc un mec bien buriné, obsédé par un gros poisson tel le capitaine Achab dans Moby Dick. Entre deux parties de pêche, il retrouve le chat d’une femme avec laquelle il entretient une relation épisodique (Diane Lane, qui a l’air de se demander ce qu’elle fout là). Tout ça avant de revoir son ex-femme, qui veut lui faire tuer son nouveau mari pour protéger l’enfant qu’il ne voit plus. Car le nouveau mari est du genre violent. Une ordure campée par un Jason Clarke lui aussi très bien mais lui aussi parachuté au milieu d’une histoire dont on a du mal à saisir le sens. Et Anne Hathaway ? Elle apparaît à l’écran en femme fatale tout droit sortie d’un film d’Alfred Hitchock. Elle est belle, charismatique mais forcément limitée par le scénario, qui se mord rapidement la queue jusqu’au dénouement final profondément décevant et même, n’ayons pas peur des mots, ultra nébuleux.

Serenity-Hounsou-McConaughey

Partie de pêche

À la réalisation et au scénario, Steven Knight a déjà été plus inspiré. Si sa mise en scène contient quelques jolis plans et des idées plutôt intéressantes, son écriture n’est pas la hauteur. Pas à la hauteur des ambitions affichées en tout cas même si il est difficile de ne pas reconnaître une certaine originalité au récit. Cela dit, tout ceci manque d’unité. On comprend où Knight veut en venir mais l’exécution ne suit pas et lors de son derniers quart, Serenity s’effondre sous le poids de ses propres ambitions et d’un trop plein d’imperfections.

Mais au fond, cela aurait pu être pire. Au moins, Steven Knight essaye de proposer autre chose. Il ne parvient pas à imposer correctement sa vision et son film n’est pas réussi, mais il tente et ça, de nos jours, c’est plutôt rare. Il y a quelques bonnes idées, audacieuses, mais elles ne débouchent sur rien de grand. Dans ses bons moments, Serenity intrigue et se suit sans trop de déplaisir. Quand il sombre dans l’absurde, il ennuie et décontenance. Pas dans le bon sens.

En Bref…

Serenity est un film malade. Une tentative certes louable mais vaine. Un thriller un peu prétentieux, ambitieux mais maladroitement écrit. Un film que ses acteurs ne peuvent pas totalement sauver et qui finit donc par sombrer, à force de prendre l’eau de toute part.

@ Gilles Rolland

Serenity-Anne-Hathaway-Matthew-McConaugheyCrédits photos : Netflix

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Onrembobine 57561 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines