Magazine Culture

Christophe Dauphin – Portrait du poète alité

Par Stéphane Chabrières @schabrieres

Christophe Dauphin – Portrait du poète alitéIl garde la solitude comme sa chambre le garde
comme l’obscurité garde le jour qui ne se lève jamais
Carcassonne les mille pages d’un alphabet de pierre

Il garde le rêve
comme le sommeil la main qui l’étreint

Le cri a pris ses yeux
il a épousé le langage

Il garde le langage
comme le tableau garde sa forêt aux cheveux d’îles bien peignés

Il garde l’imaginaire
comme la mer le fleuve et ses noyés

Ses yeux décalquent la nuit dans le mot souffrir
et les épluchures de paupière du réel

Il garde sa blessure
comme la lame sa plaie

Il cherche la vie
qui se cache dans ce qu’il est : l’amour

Il cherche la vie dans un sommeil sans préjugé
dont il fume les doigts d’opium

Une veilleuse brûle à la surface d’un lac
l’ortie de son corps endormi dialogue avec la douleur

La colonne vertébrale des étoiles explose dans sa chair.

***

Christophe Dauphin (né en 1968 à Nonancourt) – Poème ultime recours / Une anthologie de la poésie francophone contemporaine des profondeurs (Recours au poème Editeur, 2015), Matthieu Baumier & Gwen Garnier-Duguy


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Stéphane Chabrières 13365 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines