Magazine Cinéma

[Critique] UN WEEK-END À NAPA

Par Onrembobine @OnRembobinefr

[Critique] UN WEEK-END À NAPA

[Critique] UN WEEK-END À NAPA

Partager la publication "[Critique] UN WEEK-END À NAPA"

Titre original : Wine Country

Note: ★★★½☆

Origine : États-Unis

Réalisatrice : Amy Poehler

Distribution : Maya Rudolph, Rachel Dratch, Paula Pell, Emily Spivey, Ana Gasteyer, Amy Poehler, Tina Fey, Maya Erskine, Jason Schwartzman, Greg Poehler…

Genre : Comédie

Date de sortie : 10 mai 2019 (Netflix)

Le Pitch :

Un groupe d’amies se rend dans la vallée de Napa en Californie afin de fêter le cinquantième anniversaire de l’une d’entre elles…

La Critique de Un Week-end à Napa :

Amy Poehler, l’une des comédiennes phares du Saturday Night Live, prend les commandes de cette nouvelle comédie produite et distribuée par Netflix et dirige un groupe d’actrices parmi lesquelles sa complice de toujours, l’inénarrable Tina Fey. Au programme, dégustation de vin dans la vallée de Napa, prises de tête, introspection et situations plus ou moins farfelues. À première vue, Un Week-end à Napa ressemble à une sorte de version féminine de Sideways. À première vue seulement…

Gueule de bois

Il est clair dès le départ qu’Un Week-end à Napa ne va pas révolutionner le monde de la comédie américaine. La bonne nouvelle, c’est que jamais il ne prétend à une telle chose. Très sincère quant à ses objectifs, ce film plein de bienveillance se « contente » de faire preuve d’honnêteté et de générosité tout en tenant à distance le cynisme afin de marquer des points tout du long grâce à quelques excellents gags et à cette ambiance dans laquelle il est facile de se laisser couler. Un Week-end à Napa ne s’adresse donc pas du tout aux spectateurs en recherche de quelque chose de nouveau ou d’audacieux. Là n’est pas le propos. Amy Poehler nous prend par la main et nous amène au cœur des fabuleux paysages du vignoble californien, en compagnie d’actrices toutes plus recommandables les unes que les autres et n’a pas d’autre prétention que de nous offrir une grosse heure et demi de rires et de bons sentiments, sans vulgarité. Et oui, parfois, ça fait du bien !

Un-week-end-à-Napa-Maya-Rudolph-Amy-Poelher

Alchimie

Mais au-delà des gags très drôles, de ceux qui le sont beaucoup moins, du schéma suivi à la lettre par le scénario en effet peu aventureux mais sincère quand il aborde la question au centre de la dynamique, à savoir le fait de vieillir, des paysages sublimes, des séquences émouvantes et des clichés plus ou moins digérés, Un Week-end à Napa se démarque grâce à l’alchimie de ses comédiennes. Des actrices toutes parfaites dans des rôles qu’elles maîtrisent sur le bout des doigts, sans forcer, avec beaucoup de naturel, qui se connaissent bien et profitent justement de cette connaissance de l’autre pour conférer au film beaucoup de naturel. En bonne chef de bande, Amy Poelher l’a parfaitement compris : pour qu’un film de potes soit crédible, il faut que les potes en question aient vraiment l’air d’être potes. Ce qui est toujours plus simple quand les acteurs ont déjà travaillé ensemble et/ou se connaissent par cœur. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien si la réalisatrice a convoqué son acolyte Tina Fey. Certes elle ne tient pas l’un des rôles principaux mais elle est là et mine de rien, sa présence contribue à l’atmosphère que le long-métrage parvient à imposer. De quoi effectivement faire oublier que l’histoire est prévisible. Ce n’est pas très grave.

En Bref…

Amy Poehler nous livre une belle comédie, efficace, drôle et tendre et en profite également pour disserter avec bienveillance sur le fait de prendre de la bouteille. Sans forcer le trait, elle parvient à exploiter l’alchimie de son beau casting. Pas mémorable mais très divertissant et rafraîchissant.

@ Gilles Rolland

Un-week-end-à-Napa-castCrédits photos : Netflix

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Onrembobine 57561 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines