Magazine Culture

Hommage à Count Basie au cinéma Balzac à Paris

Publié le 18 mai 2019 par Assurbanipal

Festival Jazz et Images

Cinéma Balzac.

Paris

Vendredi 17 mai 2019. 20h30

Première partie: Grand Orchestre d'élèves du Conservatoire dirigé par François Théberge (trombone)

Un Big Band de 13 musiciens auquel il manque un 14e, la guitare électrique de Freddie Green, l'homme qui ne prenait jamais de solo, indispensable au son du Big Band de Count Basie (1904-1984).

Au programme, un hommage personnel à Count Basie composé par François Théberge. Pour commencer, une composition de Mercer Ellington, fils de Duke Ellington et membre de son orchestre, . Une ballade langoureuse jouée comme il faut.

Une composition de Mark Prior dans le style de Count Basie. " Tout doux or not too rough ". Les cuivres brillent comme il faut.

Puis " Bee Big ", composition de François Théberge en hommage à Count Basie.

" All of me ", joué selon l'arrangement (1940) de Benny Carter (1907-2003) pour l'orchestre de Count Basie. Léger, sautillant, élégant. Le son d'époque est bien reconstitué.

" A prelude to a kiss " (Duke Ellington). Trombones avec sourdine, moelleux à souhait. Le sax soprano s'emploie à remplacer Johny Hodges (1907-1970).

" Transition " ( John Coltrane). John Coltrane a certes enregistré un album sublime avec Duke Ellington, en petite formation mais il faudra m'expliquer le rapport entre Coltrane et Basie. Arrangement pour grand orchestre de François Théberge. Ca swingue bien.

" Sepia Panorama " (Duke Ellington). Là, ça swingue, nom de Zeus!

Un morceau hommage écrit par un élève, " Criminology ".

Bref, cet hommage à Count Basie ne comportait pas une seule composition du Count et plusieurs de Duke Ellington, le seul chef d'orchestre qui, dans la même génération et la même veine, est universellement considéré comme au dessus de lui. Les deux créateurs s'appréciaient au point d'enregistrer un album unissant leurs deux orchestres.

Deuxième Partie: Count Basie et son orchestre au Festival international de Jazz d'Antibes-Juan-les-Pins, France, 1961 & 1968.

Je vous laisse, lectrices Hip, lecteurs Cool, en compagnie de Count Basie et son orchestre sur la scène de la pinède Gould à Jazz à Juan en 1961 et 1968 filmé par Jean-Christophe Averty. Ca commence avec un Sommet du Swing. L'orchestre de Count Basie invite sur scène le trio Lambert, Hendricks & Ross et le chanteur de blues Ocie Smith pour un " Everyday I've got the Blues " d'anthologie. Que vous soyez musicien, chef d'orchestre, chanteur ou simple mélomane, cette interprétation est un modèle du genre.

Cf vidéo ci-dessous.

Prochaine séance de Jazz et Images à Paris au Cinéma Balzac vendredi 14 juin 2019 à 20h30. Jazz vocal au programme avec, sur scène, Chloé Cailleton, chanteuse déjà célébrée sur ce blog puis, à l'écran, Ella Fitzgerald, en concert à Paris, salle Pleyel, en 1968, rejointe en rappel par Duke Ellington.

Au plaisir de vous y retrouver, lectrices Hip, lecteurs Cool.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Assurbanipal 3096 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines