Magazine Culture

Visa sonore #2 | Rencontre à Singapour avec Clément Chin

Publié le 20 mai 2019 par Le Limonadier @LeLimonadier

Après un premier focus sur la scène Hongkongaise, voici un nouveau numéro de notre série Visa Sonore, où nous partons à la rencontre de ceux qui font bouger les scènes musicales à l'étranger. Aujourd'hui, on vous parle de la scène électronique de Singapour.

Depuis plusieurs années, Singapour est réputée pour être l'une des villes les plus " safe " du monde. Cependant, cela n'est pas sans l'effet de brider sa vie nocturne. Avec une forte densité de population, l'île est restreinte en terme d'espace ce qui permet de contrôler aisément toute manifestation festive. La sécurité et la réglementation de l'île oblige le regroupement des clubs dans une zone définie, autour des quartiers de Clark Quay et Tanjong Pagar. Les licences étant difficiles à obtenir, il est rare de voir une fin de soirée se terminant après les 4h du matin.

Visa sonore #2 | Rencontre à Singapour avec Clément Chin (Clarq Quay, vue de nuit)

Ce sont les raisons qui justifient qu'à l'heure actuelle, les acteurs de la scène et les clubs de musique électronique se comptent sur les doigts d'une main. Mais cette bande d'irréductibles possède une appétence à faire grandir la scène émergente, en cherchant de nouveaux spots pour faire la fête et en invitant des artistes locaux, régionaux et internationaux. Son grand atout est de concentrer des talents aux " backgrounds " divers: une mixture multi-culturelle savoureuse que l'on saurait apprécier 🙂

Pour faire un point sur cette scène, nous sommes partis à la rencontre de Clément Chin, gérant de deux clubs de musique électronique sur place. Voici son histoire et son engagement pour faire grandir la scène locale.

Hello Clément ! Merci de nous accorder cette interview. Depuis quand organises-tu des soirées ? Comment en es-tu venu à créer deux clubs de musique électronique sur l'île ?

Salut! Alors en 2015, Eileen Chan (aussi connue sous le pseudo dj: Cats on Crack) et moi-même avons fondé " the Council ". The Council est un projet dont le but est de réunir les acteurs de la scène actuelle et faire grandir la communauté d'appréciateurs de musique électronique de Singapour. On a commencé par organiser quelques soirées sur Haji Lane et Circular Road et un jour, alors que nous nous baladions dans une rue animée du quartier de Boat Quay, nous sommes tombé sur une shophouse. A cet instant, nous avons réalisé que nous avions trouvé notre nouvelle maison pour nos soirées et c'est ainsi qu'est né The Headquarters.

Headquarters (HQ), c'est un espace que nous avons dépouillé de toute chose et remis à l'état le plus brut. Sur deux étages, le public peut venir écouter nos artistes qui explorent les univers de la house, de la disco et de la techno. Notre espace joue un rôle à la fois de plateforme et de tremplin pour nos talents locaux qui ont l'opportunité de montrer ce qu'ils valent. Depuis sa création, nous avons eu l'opportunité d'y accueillir des têtes d'affiches internationales de passage en Asie comme Answer Code Request, Amelie Lens, Kornel Kovacs, Rampue, Gerd Janson, Detroit Swindle, etc.

Suite à la creation de HQ, on nous a proposé en 2017 de gérer la direction artistique du premier pop-up club appelé: TUFF CLUB. La journée, c'est un restaurant cantonais tout ce qui y a de plus banal mais à la nuit tombée, il se transforme en night club. L'atmosphère vibrante qui y règne permet de s'immerger dans la musique grâce à un line-up de qualité qui référence les plus gros selectors de Singapour et d'Asie.

Quels ont été tes plus gros challenges pour lancer les soirées The Council ? Quels sont les souvenirs dont tu es le plus fier ?

Quand nous avons lancé le projet de " The Council " c'était difficile de trouver des lieux pour accueillir nos soirées, puis obtenir les permis et les licences requises pour faire ce que nous voulions. Depuis, nous avons parcouru du chemin en organisant des soirées sur des rooftops, dans un studio de danse complètement transformé à l'occasion d'une nuit de teuf avec Peggy Gou, accueillir Hunee en envahissant le parking d'un rooftoop, remettre en état un espace industriel pour une unique warehouse avec FJAAK ... Ce qui a été positif, c'est qu'on s'est petit à petit bâtit une réputation d'emmener la fête dans des endroits inconnus.

Un des bons souvenirs c'est lorsque nous avons aménager notre espace à HQ. On a été tellement pris dans les préparations pour monter le club que nous avons oublié de l'inaugurer avec une soirée hype de pre-ouverture.. Le premier weekend, toute la communauté a du nous chercher pour nous trouver car on avait placé aucune signalétique visible sur la shophouse. Ceux qui ont réussi à nous trouver ce soir là partagent le même amour pour la musique que nous, et depuis cet épisode, sont restés à nos cotés 😉 .

Quels sont tes projets à venir pour 2019 en termes de soirées et d'événements ?

Depuis fin 2018, nous commençons à produire des soirées dans d'autres pays de l'Asie du Sud-Est et nous continuerons à travailler cet objectif d'expansion pour 2019. Nous espérons créer des connexions dans la région afin de promouvoir nos talents et consolider le rôle de Singapour comme un acteur majeur de l'évolution de la scène électronique en Asie. Bien sûr, nous resterons fidèles à notre communauté ici et nous continuerons à inviter des djs de qualité, à booker des lives, pour l'amour de la musique et le plaisir de tous.

Quelles sont les évolutions que tu as pu constater par rapport à la scène électronique ces dernières années ? Quels sont les types de musiques électroniques qui ressortent actuellement ?

La scène évolue rapidement à Singapour. Chaque weekend, il y a de nouveaux promoteurs, de nouvelles soirées et de nouveaux clients qui passent dans nos lieux. La scène s'agrandit et nous travaillons dur afin de garantir une offre variée d'artistes au public, un large spectre de sons et de styles afin que notre communauté puisse découvrir toutes les facettes de la dance music. On observe dans le monde de la nuit des mouvements cycliques dans ce qui plait à telle ou telle période, mais nous croyions en une chose: c'est que la music house dans sa forme la plus pure ne peut pas se démoder.

Terminons sur une note tout en fraicheur avec notre traditionnelle question de clôture: si tu devais être un cocktail, que serait-tu ?

Un Club Mate Vodka, la boisson qui te sert à continuer la soirée !

ENGLISH VERSION HERE

Since a couple of years, Singapore has been recognized as one of the safest city of the world to live in. However, this aspect and the lack of spaces on the island constrains the nightlife to be localized mainly in the area of Clarq Quay / Tanjong Pagar. The licences to organise partys are limited and difficult to obtain, which explain that we can rarely see a party extending beyond 4am.

That's the reasons why there are still a limited number of actors present in the electronic music scene and clubs to party. However, the current actors are willing to grow the local scene and are not afraid to look forward innovative ideas to throw a party in hidden and unusual places, also to book regional and international Djs in their venues. Their biggest asset is that Singapore concentrate multiples talents from different backgrounds, which offer a multi cultural mixture to delight us without a doubt.

To realize this interview we went to meet Clement Chin, owner of two clubs of electronic music on the island. Here is his story and engagement to grow the local scene within the region.

Can you present yourself and the clubs you have in Singapore? Since how long did you started your own club (or to organise parties in Singapore) and what were your motivations at that time?

In 2015, my partner Eileen Chan (known to some as DJ Cats On Crack) and I founded The Council as a passion project to foster a community of punters and music heads that share our love for electronic music.

Upon coming across a shophouse along a vibrant street right next to the Singapore River called Boat Quay, we realised that we had found a new home for our parties and from there Headquarters was born; A space that has been stripped back to its rawest form, spanning two floors where punters can explore the realms of house, disco and techno. The space has played an important platform for local talents to showcase what they've got, as well as hosted international names including the likes of Answer Code Request, Amelie Lens, Kornel Kovacs, Rampue, Gerd Janson, Detroit Swindle, and many more.

In 2017, we were given the opportunity to take on the music programming for Singapore's first-ever pop-up club, TUFF CLUB. A Cantonese restaurant by day that transforms into a music venue by night, TUFF CLUB is a vibrant space that brings the focus back to the music with a lineup that features the best selectors from Singapore and around Asia.

What have been your biggest challenges to run a club? and what are the memories you are the most proud of?

When we first started The Council, it was difficult finding venues that we could host our parties/events at, and it was also difficult to secure the necessary permits and licenses required to do what we want to do. We've since come a long way, throwing a series of rooftop parties, transforming a dance studio into a full-fledged rave for one night only with Peggy Gou, hosting a surprise rooftop carpark invasion with Hunee, and even overhauling industrial spaces for exclusive warehouse parties with FJAAK; The Council has carved out a reputation for taking the party into unexpected spaces.

Upon finding our home base at the Headquarters, we became so caught up trying to set up the club that we had forgotten to strike up any pre-opening hype - this actually worked in our favour because the punters actually had to search for us, especially since the club had no obvious signboard. Those who managed to find the place shared the same love for music that we did and have stuck with us up till today.

What are your projects for 2019 in terms of events and parties?

The end of 2018, and for the whole of 2019 has seen The Council work towards doing more shows across Southeast Asia. We hope to be able to work with the scene within the region to showcase our homegrown talents and what they have to offer so as to grow the scene within the region, and put Singapore on the map as a force to be reckoned with. At the same time we will continue to bring in quality DJs and live acts that we love to share with the punters here.

For you, how is the evolution of the underground scene in Singapore since the last 5 years? What types of electronic music are the people looking for now?

The nightlife scene moves at a rapid pace in Singapore, we see new promoters and event concepts coming up all the time, and new punters coming through the club every weekend. The scene is definitely growing, and we have been working hard to bring in a variety of different acts that purvey a spectrum of sounds so that our community can explore the different facets of dance music. Nightlife trends will always be cyclical, but one thing we believe is that house music in its purest form will never go out of fashion.

Last but not least, the special question of the Limonadier : if you were a cocktail, what would you be?

Club-Mate Vodka - because we're the drink you need to keep on partying.

Thank you for this conversation & I wish you the best. Cheers !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Le Limonadier 23814 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines