Magazine Cinéma

[Critique] BOOKSMART

Par Onrembobine @OnRembobinefr
[Critique] BOOKSMART

Partager la publication "[Critique] BOOKSMART"

Titre original : Booksmart

Note:
★
★
★
½
☆

Origine : États-Unis

Réalisatrice : Olivia Wilde

Distribution : Kaitlyn Dever, Beanie Feldstein, Lisa Kudrow, Will Forte, Jason Sudeikis, Billie Lourd, Skyler Gisondo, Molly Gordon…

Genre : Comédie

Date de sortie : 24 mai 2019 (Netflix)

Le Pitch :

Deux amies s’apprêtent à entrer à l’université. La veille de la remise des diplômes, elles réalisent tout à coup qu’elles n’ont absolument pas profité de leurs années lycée et décident de rattraper plusieurs mois de fêtes manquées en une seule nuit…

La Critique de Booksmart :

Booksmart est réalisé par Olivia Wilde. Oui oui l’actrice. Déjà remarquée au détour de courts-métrages, la comédienne a décidé de sauter le pas, chapeautée par Netflix, et de nous livrer un teen movie comme le cinéma américain les affectionne tant. Un film réussi, disons-le tout de suite, qui s’inscrit totalement dans la lignée de ses plus illustres prédécesseurs, tout en essayant d’apporter une touche de modernité à travers un discours bienvenu et incarné. On entre un peu dans les détails…

Supergrave bis ?

Booksmart-cast

Le schéma, on le connaît par cœur. Mais c’est aussi une bonne chose car on se sent vite à l’aise. Presque en terrain conquis. Deux amies qui s’adorent depuis leur plus tendre enfance sont à l’aube d’un changement radical : l’entrée à la fac ! Une dernière soirée avant le grand saut, histoire de rattraper tous ces longs mois de travail acharné ? En substance, et même si le profil des deux personnages principaux n’est pas tout à fait le même, Booksmart adopte la même dynamique, ou du moins le même postulat, que Supergrave, de Gregg Mottola (un champion du teen movie). La bonne nouvelle, c’est qu’Olivia Wilde et ses scénaristes, semblent en avoir pleinement conscience et plutôt que d’essayer de s’en démarquer à tout prix, travaillent plutôt à imposer peu à peu une tonalité propre. Une raison parmi d’autres qui fait que Booksmart est bien plus qu’une version « girly » de Supergrave. Non, car Booksmart raconte en filigrane son époque (une autre que celle de Supergrave donc) et la génération dont il illustre les questionnements et les doutes.

La folle soirée d’Amy et Molly

Au premier plan, les remarquables Kaitlyn Dever et Beanie Feldstein se montrent parfaitement complémentaires quand vient le moment d’incarner les différentes thématiques portées par le métrage. Des thématiques comme l’amitié, l’amour, l’accomplissement de soi, la nécessité de faire entendre sa voix quand on est une femme dans un monde encore trop dominé par les hommes… Conte initiatique d’une sensibilité à fleur de peau, Booksmart réussit donc à peu près sur tous les plans quand il s’en donne vraiment les moyens. C’est malheureusement un peu plus compliqué quand il se réfugie derrière des lieux communs bien pratiques qui, mine de rien, amenuisent la portée de son discours. Ainsi, on voit venir à 100 bornes la traditionnelle brouille entre les deux amies, et les mésaventures censées les amener à la fameuse fête à laquelle elles veulent absolument participer, manquent parfois cruellement d’inspiration. Tout compte fait, c’est lorsque Booksmart prend vraiment à bras le corps des thèmes forts relatifs aux questions évoquées plus haut, mais aussi à la sexualité et plus globalement au passage à l’âge adulte, qu’il touche le plus en plein cœur. Même si au fond, l’énergie déployée par les acteurs, avec en appui, des têtes connues comme celles de Lisa Kudrow, Jason Sudeikis et Will Forte, permettent de maintenir à un niveau acceptable l’attention. Pour résumer, oui parfois on s’ennuie un peu mais ça ne dure jamais bien longtemps.

En Bref…

Plus pertinent dans sa façon d’aborder des thèmes forts que vraiment drôle, parfois inspiré mais aussi un peu feignant quand il s’agit de dynamiter une structure somme toute hyper balisée, Booksmart a tout du premier film : Olivia Wilde n’a pas démérité mais le résultat ne convainc que partiellement. Même si au fond, le capital sympathie du projet et la puissance évocatrice de ses envolées lui permettent quand même de tirer son épingle du jeu et de se démarquer de la masse.

@ Gilles Rolland

Booksmart
Crédits photos : Netflix

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Onrembobine 57561 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines