Magazine Concerts & Festivals

Thomas Howard Memorial lors de La Morue en Fête à Binic, le 31 mai 2019.

Publié le 02 juin 2019 par Concerts-Review
Thomas Howard Memorial lors de La Morue en Fête à Binic, le 31 mai 2019.

Nous avons la chance dans les Côtes-d'Armor d'avoir de très bons groupes de rock (des falaises ... ou des vallées) qui nous gâtent et THM est sur le haut (de la falaise) avec une originalité toute particulière. Sa musique est lancinante et parfois mélancolique, tout en étant puissante et surtout remplie d'émotions. On la sent rampante et insidieuse comme un serpent capable de jaillir à tous moments surtout lorsqu'on s'y attend le moins. Elle prend aux tripes et à contre-pied laissant de côté les mélodies trop faciles et nous entraîne dans un dédale très personnel. Les musiciens en font une nouvelle démonstration ce vendredi soir à Binic lors d'une belle soirée baignée de douceur et de lumière. Les conditions sont idéales pour s'immerger dans le son de THM car oui, il faut savoir plonger et surfer sur la vague (même à marée basse) pour savourer pleinement ce voyage mélodique. 3 titres seulement du superbe 'In lake' sorti en 2016 (déjà! Sachant qu'il a été composé en 2014 ...) : l'hypnotique et rythmé 'Rupture' aux claviers angoissants, le profond 'Alive' si sombre au démarrage avec ses touches de piano qui fouraillent l'abdomen avant les envolées de guitare bien portées par une rythmique grondante basse/ batterie, 'Six feet under' à la triste et envoûtante ritournelle au son du piano. Les nouveaux morceaux aussi valent le détour ! 'Tunnel' 'New told lies' 'River of sands' 'The call' et 'Let it glow' s'enchaînent magnifiquement nous entraînant dans un monde plein de nuages décrit par des claviers atmosphériques, le tout avant une écriture in french 'Le moment', sans renier le style. Le côté obscur de leur force est toujours présent mais au milieu des nuages, jaillissent les étoiles et la lumière! Les montées crescendo invitent à planer bien haut (au dessus des nuages) comme la voix fragile de Yann. Encore une fois, les THM nous invitent dans leurs rêves incitant le public (et les mangeurs de morue) à s'approcher pour palper cette profondeur enveloppante. Les compositions sont fines et subtiles et interprétées avec beaucoup de conviction, de vigueur et d'intensité. THM a de la consistance et une vraie présence sur scène. On aurait aimé continuer avec eux encore un peu plus tard dans la nuit ... Le nouvel EP 'At the end of the yard', très beau, vient de sortir juste pour nous faire patienter jusqu'en Septembre et le nouvel album.Nul doute que les titres vont s'accrocher au fond de mon lecteur et de mes oreilles! Rappel du pedigree, le groupe est composé au chant, à la guitare et parfois aux synthés de Yann OLIVIER (ex batteur des géniaux feux Craftmen Club et membre du nouveau projet 'Stade'), de Elouan JEGAT aux chœurs, à la guitare et aussi aux synthés (ancien des oniriques Elk Escape et de Fingers and Cream, initiateur du très beau Skopitone Sisko finaliste du tremplin l'ampli de Ouest France et qui se produira à Art Rock 2019 et aussi partenaire de Yann dans 'Stade'), Vincent ROUDAUT à la basse et aussi aux synthés (ancien Elk Escape) et Thomas KERBRAT, à la batterie (ex. JMK et qui prend la place de Camille Courtes) .

Thomas Howard Memorial lors de La Morue en Fête à Binic, le 31 mai 2019. Thomas Howard Memorial lors de La Morue en Fête à Binic, le 31 mai 2019. Thomas Howard Memorial lors de La Morue en Fête à Binic, le 31 mai 2019.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Concerts-Review 35011 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte