Magazine Cinéma

La Boule Rouge

Par Gjouin @GilbertJouin

La Boule RougeThéâtre des Variétés7, boulevard Montmartre75002 ParisTel : 01 42 33 09 92Métro : Grands Boulevards
Jusqu’au 22 juin 2019
Livret et mise en scène de Constance Dollfus et Clément HénautMusiques et arrangements de Benoît DupontChorégraphies d’Eva TesiorowskiCostumes de Flore et Christine LeclercqDécors et accessoires d’Iris Yolal et Clara NoëlDirection musicale : Simon LehurauxDirection d’acteurs : Hervé LewandowskiAvec 17 comédiens-chanteurs-danseurs et 5 musiciens en direct
L’histoire : Un soir de novembre 1925, Charles et ses amis de toujours errent dans les rues de Paris. Une fois de plus, ils terminent leur déambulation au comptoir de la Taverne du Baron, fascinés par l’ambiance sordide qui y règne et son parfum de scandale. Les jeunes employés de ce piano-bar morose rêvent tous d’un avenir meilleur et d’un succès semblable à celui du Bœuf sur le Toit ou de la Rotonde, hauts-lieux festifs et emblématiques de cette époque hors du temps.Charles, allant à l’encontre des valeurs de ses parents conservateurs, se retrouve alors précipité malgré lui dans la plus grande entreprise de sa vie…Cette aventure sera avant tout celle de deux mondes a priori radicalement opposés que l’effervescence et la frénésie des années folles vont bouleverser.
Mon avis : Bon, il faut bien admettre que le scénario de ce spectacle musical n’est pas des plus originaux. En effet, ce type d’histoire a été traité des dizaines et des dizaines de fois tant au music-hall qu’au cinéma.C’est l’histoire d’un groupe de jeunes qui cherchent à donner un sens à leur vie… Charles et ses deux amis, jeunes bourgeois friqués et désoeuvrés, s’encanaillent à la Taverne du Baron, une cave un peu glauque fréquentée par des ouvriers et animée par de jeunes artistes. Ils y consomment de l’alcool, y vivent des amourettes naissantes… Mais tout cela n’est pas très exaltant. Ça tourne en rond et, fautes de clients, la Taverne périclite. On commence à envisager de mettre la clé sous la porte.
La Boule Rouge
En plus, le père de Charles, strict, autoritaire et austère, ne voit pas d’un bon œil les errements nocturnes et les fréquentations de son fils. Il va tenter d’y mettre un frein. Heureusement pour lui, Charles reçoit le soutien bienveillant de sa mère et la complicité active de Louise, la gouvernante. C’est d’ailleurs celle-ci qui imagine ingénieusement de donner un nouvel essor à la Taverne en la transformant en cabaret… Dès lors, porteurs d’un projet, Charles et ses amis vont mettre leur énergie et leur argent au service de cette folle entreprise.Ils sont aidés en cela par l’époque. Nous sommes en 1925, au cœur de cette décennie des Années Folles. Une nouvelle musique issue du jazz commence à déferler dans les boîtes de Saint-Germain des Prés, le swing, avec ces danses si spécifiques qui y sont associées, le charleston et le black bottom. Elle est synonyme de liberté, de joie de vivre, d’insouciance… Ce climat est parfaitement retranscrit dans La Boule Rouge.
La Boule Rouge
Comme je l’ai souligné en préambule, cette histoire, au scénario classique, est sans surprise. On sait dès le départ qu’on aura droit à une happy end. Mais on s’en moque vite car, ce qui compte, c’est le traitement de cette fable musicale.Ce qui m’a le plus plu, c’est le jeu absolument convaincant de TOUS les comédiens. C’est remarquablement interprété. On s’attache tout de suite aux personnages, même à ceux dont les rôles ne sont pas les plus sympathiques. Un humour permanent et beaucoup de tendresse nous accompagnent tout au long de ce spectacle.
La Boule Rouge
Grâce à des décors changés à vue, les scènes s’enchaînent sans temps mort. Il y a une demi-douzaine de tableaux vraiment réussis (l’arrivée du père dans la Taverne, le numéro de danse à trois, celui qui fait l’apologie de la femme, les variations cocasses sur Non, je ne regrette rien de Piaf, la mise en scène originale autour de Je suis malade de Lama, etc…), et les chorégraphies, très travaillées, sont impeccables. Enfin, atout non négligeable, la présence en live d’un orchestre de cinq musiciens apporte encore plus de rythme et de tonicité.
La Boule Rouge
J’insiste vraiment : l’état d’esprit et le jeu des comédiens-chanteurs-danseurs est irréprochable. Le public, véritablement conquis par autant de générosité et de fraîcheur, ne s’y est pas trompé en leur livrant spontanément une superbe ovation en fin de spectacle.
Gilbert « Critikator » Jouin

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gjouin 18712 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines