Magazine Culture

#ArkéAube, la vie dans l’Aube du Néolithique à l’Age du Fer

Par Marine @Rmlhistoire

Lors de ma visite à ArkéAube, une exposition dans la ville de Troyes dans le département de l’Aube, j’ai pu découvrir que progressivement entre 5300 et 450 avant notre ère les hommes utilisaient des bois de cerfs pour creuser les mines de silex, les femmes portaient des perles venues d’Italie et tout le monde buvait du vin aux épices comme en Grèce. La région auboise était-elle une zone d’échange au cœur de l’Europe avant même les célèbres foires de champagnes médiévales ? Ça se pourrait bien !

arkeaube troyes

La colonisation de l’aubois au Néolithique, les premiers échanges

Si l’occupation des terres de l’Aube par les hommes nomades – chassant le gibier abondant dans les forets – depuis plus de 200 000 ans est attestée, l’exposition débute sur l’arrivée des premiers colons qui s’installent durablement durant le Néolithique et la disparition progressive des chasseurs-cueilleurs. Déjà peu nombreux, ont-ils été décimés par une épidémie ? Se sont ils mélangés avec les colons ? Impossible de le savoir à l’heure actuelle mais des points communs quand à la forme des flèches ou le goût des perles en dents de cerf laissent penser à une cohabitation, relativement pacifique.

L'arrivée des colons venus du Sud de l'Alsace et de la Moselle ont apporté leur savoir faire, notamment la céramique rubanée. Une technique jusque là inconnue dans la région. (Des rubans de terre cuite accolés pour former vases, jarres...)

L’arrivée des colons venus du Sud de l’Alsace et de la Moselle ont apporté leur savoir faire, notamment la céramique rubanée. Une technique jusque là inconnue dans la région. (Des rubans de terre cuite accolés pour former vases, jarres…)

A partir de 5200 avant notre ère, des colons aménagent des petits villages de trois ou quatre maisons, rarement plus, et développent l’agriculture et l’élevage et intensifie la production d’objets en silex grâce à l’exploitation de nombreux gisements. La fabrication d’outils et d’armes en silex favorise les échanges commerciaux et la démographie. Au fil des siècles, les meules sont de plus en plus grosses, tout comme les pots. Preuve en est qu’il y a de plus en plus de monde à nourrir !

WhatsApp Image 2019-06-19 at 21.15.31(2)

Dans les sépultures modestes, on enterre les défunts avec des objets (tout aussi modestes) de la vie quotidienne, notamment une pierre, venue des Alpes ou encore cette parure funéraire en coquillages, nouvelle preuve du troc entre les différents territoires durant le Néolithique !

Dans les sépultures modestes, on enterre les défunts avec des objets (tout aussi modestes) de la vie quotidienne, notamment une pierre, venue des Alpes ou encore cette parure funéraire en coquillages, nouvelle preuve du troc entre les différents territoires durant le Néolithique !

La révolution du Bronze et des échanges longues distances

L’association du cuivre et de l’étain donne un alliage solide : le bronze. C’est pratique mais dans l’Aube il n’y a ni cuivre ni étain… Il faut troquer ces matières. Entre 2000 et 1000 avant notre ère, grâce au bronze, on produit plus vite et mieux, c’est une grande évolution pour l’agriculture car les outils sont plus performants et plus solides. Le silex n’est pour autant pas complètement abandonné mais on s’éloigne des gisements pour construire des fermes familiales isolées.

 Un collier d'ambre (qui provient de la Baltique) retrouvé dans une sépulture de femme prouve une nouvelle fois les nombreux et lointains échanges entre les peuples.


Un collier d’ambre (qui provient de la Baltique) retrouvé dans une sépulture,  nouvelle preuve des nombreux et lointains échanges entre les peuples.

Sur les terres, on cultive des céréales comme l’orge, le blé ou le millet, des légumineuses, des fruits de saison et on fait de l’élevage : bœuf, porc, mouton… Mais on ne fait pas que manger le mouton, on le tond également, puis on file, on tisse et on utilise le textile comme monnaie d’échange. C’est à ce moment-là que l’artisanat du textile apparaît dans la région (pour ne plus jamais en partir !).

Petit à petit, les paysans deviennent des guerriers (si on n’a ni bouclier ni casque c’est parce qu’ils étaient en cuir et en bois, ça se conserve mal) mais il faut compter environ 150h pour fabriquer une cuirasse en bronze de 2kg ! S’il fallait une nouvelle preuve des nombreux échanges, les fouilles ont également permis de retrouver une épée de type Tachlovice (actuelle République Tchèque)…

L’influence méditerranéenne à Lavau

 WhatsApp Image 2019-06-19 at 21.15.30(1)Si l’Âge du Fer débute 800 ans avant notre ère, il faut attendre encore un peu dans l’Aube pour voir la ferronnerie prendre de l’importance pour les objets du quotidien alors le bronze perdure. Il est difficile d’apprendre à forger, alors on s’entraîne et on débute par les armes. Faut bien se faire la main ! Mais oublions la guerre, concentrons nous sur les plaisirs de la table et tout particulièrement du vin. Dans la région auboise, l’influence méditerranéenne est importante au Vème siècle avant notre ère, on mime les banquets comme à Rome et on boit du vin épicé à la grecque. Comment le sait-on ?

En 2015, alors qu’il est question de construire une zone commerciale dans le nord de Troyes, à Lavau, l’INRAP découvre une tombe inviolée ! Un incroyable site à quelques kilomètres seulement de la ville, c’est la tombe du Prince de Lavau.

 WhatsApp Image 2019-06-19 at 21.15.30

Le défunt est enterrée sur son char à deux roues, à ses côtés on découvre un chaudron (1m de diamètre)(ici une reconstitution à l’aide de l’impression 3d), un service de boisson et de nombreux autres prestigieux objets comme les bijoux du prince : un torque et deux bracelets… L’exposition présente plus de 200 objets dont certains sont des vestiges exceptionnels et de véritables témoignages historiques !

WhatsApp Image 2019-06-19 at 21.15.30(3)

WhatsApp Image 2019-06-19 at 21.15.30(2)

ArkéAube : Hôtel-Dieu-le-Comte, rue de la Cité, Troyes Horaires : Du mardi au dimanche, de 9h30 à 18h, sauf le 14 juillet. Visite guidée (sans supplément) tous les jours à 16h et visite famille le dimanche à 15h. Plein tarif : 4€ (ça vaaaaaa). Gratuit pour les – de 18 ans, étudiants jusqu’à 26 ans et demandeurs d’emploi.

Je vous encourage à vous y rendre avant le 29 septembre 2019.

Découvrez le site internet et la page facebook ! Merci au Département de l’Aube et à RPDigital pour l’invitation !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Marine 24393 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines