Magazine Cinéma

[Dossier] 10 acteurs qui jouent tout le temps le même rôle (et ce n’est pas forcément une mauvaise chose)

Par Onrembobine @OnRembobinefr
[Dossier] 10 acteurs qui jouent tout le temps le même rôle (et ce n’est pas forcément une mauvaise chose)

Partager la publication "[Dossier] 10 acteurs qui jouent tout le temps le même rôle (et ce n’est pas forcément une mauvaise chose)"

Jouer la comédie, ce n’est pas de la tarte. Alors quand on trouve un registre dans lequel on est particulièrement bon, il est forcément tentant de s’y réfugier. Et non, ce n’est pas toujours un mal. Voici donc 10 actrices et acteurs qui, dans leur carrière, ont réussi à imposer un personnage qu’il ont souvent rejoué, parfois jusqu’à l’overdose, au détriment de leur carrière, et parfois toujours avec un certain succès…

Steven Seagal

Le mec super balèze que personne ne peut tuer ou même blesser et qui garde son sang froid en permanence.

L’exception : il n’y en pas vraiment mais vu qu’il meurt dans Ultime Décision, on peut à la limiter dire que pour une fois, Steven a fait une entorse à son propre règlement.

Dès son premier film, le brutal Nico, Steven n’a pas joué la comédie. Il n’est contenté de se pointer devant la caméra et d’être lui-même. Depuis, rien n’a changé. Mais en même temps… Qui pourrait aussi bien jouer Steven Seagal que Steven Seagal ?

via GIPHY

Chuck Norris

Le mec expert en arts-martiaux, patriote jusqu’au bout de la barbe, increvable de surcroît et totalement imperméable à la peur.

L’exception : il n’y en a pas. Sauf peut-être dans La Fureur du Dragon où Chuck se fait méchamment démonter la gueule par Bruce Lee.

Chuck Norris non plus ne s’est jamais trop foulé. Comptant uniquement sur son charisme hors du commun et sur ses compétences martiales pour en imposer à l’écran, il s’est simplement contenté d’être lui-même : un type exceptionnel, fort et beau, capable de faire de l’ombre au soleil. Qu’il joue dans Delta Force, Portés Disparus, Top Dog ou Walker Texas Ranger

via GIPHY

Jennifer Aniston

Rachel Greene. Jennifer Aniston joue Rachel Greene tout le temps !

Les exceptions : The Good Girl et Cake.

Chaque fois que Jennifer est sortie de sa zone de confort, cela s’est avéré payant. Dommage qu’elle ne le fasse pas plus souvent.

via GIPHY

Katherine Heigl

La fille romantique et relativement inaccessible.

L’exception : Piège à grande vitesse. Dans cette suite de Piège en haute mer, Katherine joue la nièce de Casey Riback (Steven Seagal). Son personnage ne sert qu’à se faire kidnapper par les méchants mais elle s’avère assez badass tout de même.

Même dans son meilleur film, qu’elle a, au pasage, désavoué, à savoir En Cloque : Mode d’emploi, Katherine campe le même genre de personnage.

via GIPHY

Danny Trejo

Le Mexicain qu’il ne faut pas chercher de près ou de loin.

L’exception : RAS

Compte tenu de son passé, Danny Trejo a souvent joué des gangsters. Des types brutaux et pas vraiment nuancés. En fait, Danny Trejo a joué Machete bien avant de devenir officiellement Machete. Forcément, vu la somme impressionnante de rôles que compte sa filmographie, il a bien dû sortir de ce schéma de temps en temps mais là tout de suite, rien ne nous vient. Danny Trejo, c’est Machete et puis c’est tout. Même quand il joue Bad Ass, le papy qui tabasse des types dans des bus, il reste Machete. Même quand il vend des tacos dans ses restaurants à Los Angeles, il reste Machete. Le rôle d’une vie.

via GIPHY

Jason Statham

Le britannique super balèze et super cool. Il ne meurt jamais et finit toujours par l’emporter et tabasser tous le monde.

Les exceptions : Arnaques, crimes et botanique et Snatch.

Si Guy Ritchie l’a révélé et a finalement fait de lui cette figure ultra cool du British à qui on ne la fait pas, le Stath s’est vite réfugié dans un registre, l’action, pour au final toujours incarner plus ou moins le même type à l’écran. Mais vu qu’il fait ça super bien, pourquoi s’en plaindre ? Et puis, important, Jason semble tout à fait conscient de cet état de fait. Pour preuve son superbe rôle auto-parodique dans Spy.

via GIPHY

Seth Rogen

L’ado un peu attardé adepte de la fumette qui n’aime rien tant faire la fête avec ses potes mais qui, à un moment donné, doit prendre sa vie en main pour avancer.

Les exceptions : Steve Jobs et The Disaster Artist (où Rogen campe carrément un type responsable qui veut juste faire son boulot correctement).

Personne n’a aussi bien incarné le Stoner que Seth Rogen. C’est d’ailleurs pour cette raison que cette tendance à un peu toujours se réfugier derrière le même genre de personnage, n’est pas dérangeante du tout. Le seul potentiel soucis, c’est que Rogen nous a prouvé qu’il pouvait être excellent dans d’autres registres et qu’on aimerait peut-être qu’il prenne le temps d’explorer d’autres pistes.

via GIPHY

Adam Sandler

L’ado attardé un peu moqueur mais attachant, séducteur et jamais à court de vannes.

Les exceptions : Punch Drunk Love, Spanglish, Funny People, Sandy Wexler et The Meyerowitz Stories.

Finalement, Adam Sandler est assez souvent sorti de sa zone de confort. Le truc, c’est que quand il joue dans des films qu’il pilote (souvent réalisés par Dennis Dugan, Steven Brill ou encore Frank Coraci et Peter Segal), Sandler fait ce qu’il préfère faire : interpréter, avec brio, des adolescents attardés.

via GIPHY

Michelle Rodriguez

La fille badass capable d’exploser la tronche à n’importe qui.

L’exception : Les Veuves.

Michelle Rodriguez s’est faite connaître avec Girlfight, où elle met des gnons sur le ring. Par la suite, l’actrice a enchaîné sur Fast and Furious et depuis, elle ne s’est jamais calmée. Même dans Lost, où elle campe une naufragée pleine de remords, Michelle a quelque chose de résolument badass.

via GIPHY

l

Vin Diesel

Le mec baraqué au cœur tendre, attaché à sa famille.

L’exception : Jugez-moi coupable. Vin Diesel prête aussi sa voix à Groot, le sympathique arbre des Gardiens de la Galaxie mais ça ne compte pas vraiment non ?

En gros, Vin Diesel se joue lui même dans Fast and Furious. Vin Diesel = Dominic Toretto = tous ses autres personnages ou presque.

Il suffit de le suivre sur Instagram pour s’apercevoir que Vin ne force pas trop non plus et se contente bien souvent d’être lui-même à l’écran.

via GIPHY

Oui, il y en a d’autres on est d’accord !

@ Gilles Rolland


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Onrembobine 57561 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines