Magazine Cinéma

[Dossier] 10 pires suites d’excellents films

Par Onrembobine @OnRembobinefr
[Dossier] 10 pires suites d’excellents films

Partager la publication "[Dossier] 10 pires suites d’excellents films"

On parle ici des numéros 2 et non des troisièmes ou quatrièmes volets. De ces suites parfaitement foirées de grands films ayant marqué leur époque. Un listing (et non pas un top, les films suivants ne sont pas classés) mettant en évidence le gouffre parfois immense qu’il peut y avoir entre un film et sa suite… Et oui, au fond, il y avait l’embarras du choix. Voici le meilleur. Ou le pire…

Speed 2 (Jan de Bont, 1997)

Alors que le premier volet rendait justice à son titre et filait à toute allure vers son tonitruant dénouement, le second se traîne pendant plus de deux heures. Aux manettes, Jan de Bont est de retour, tout comme Sandra Bullock (Keanu Reeves a eu le bon goût de lâcher l’affaire), mais rien n’y fait. L’action se passe sur un bateau de croisière, soit l’un des trucs les plus lents du monde, Willem Dafoe se shoote aux sangsues et l’ensemble ressemble à s’y méprendre à un épisode de la série Hollywood Nights.

via GIPHY

Basic Instinct 2 (Michael Caton-Jones, 2006)

Catherine Tramell est de retour mais entre temps, pas mal de choses ont changé. Paul Verhoeven n’est plus derrière la caméra et l’histoire qu’on tente de nous faire avaler est non seulement inintéressant au possible mais également aussi sulfureuse qu’un épisode de Melrose Place. Basic Instinct 2 ou comment imposer aux fans du premier film une méchante douche froide et par là-même bousiller l’un des personnages les plus emblématiques du cinéma américain des années 90.

via GIPHY

Dumb and Dumberer : Quand Harry rencontra Llyod (Troy Miller, 2003)

Bien sûr, les frères Farrelly n’ont rien à voir avec ce ratage intégral, ni drôle, ni audacieux, ni rien.

De toute façon, personne ne l’a vu et ceux qui s’y sont risqués, ont déjà tout oublié depuis longtemps.

Le Fils du Mask (Lawrence Guterman, 2005)

Jim Carrey n’a pas voulu s’impliquer là-dedans et on ne peut que le féliciter d’avoir eu le nez aussi creux. Le fossé entre The Mask et cette suite toute moisie est énorme. Terrifiant de nullité !

Grease 2 (Patricia Birch, 1982)

L’affiche le clame haut et fort : Grease 2, c’est sympa ! Spoiler : ça ne l’est pas. Du tout.

via GIPHY

Blair Witch 2 : Le Livre des Ombres (Joe Berlinger, 2000)

On oublie le côté found footage et on revient à un format plus conventionnel, avec une B.O metal dans l’air du temps. Rien ne va vraiment dans ce film. À côté, le récent Blair Witch de 2016 fait office de chef-d’œuvre.

via GIPHY

American Psycho 2 (Morgan J. Freeman, 2002)

Bret Easton Ellis n’a jamais écrit de suite à son roman American Psycho, adapté au cinéma par Mary Harron. Mais le cinéma lui, s’est chargé de le faire à sa place. Sans grand succès malheureusement. Mais il faut dire que ce truc difforme où surnage une Mila Kunis paumée, a tout de la bouse intergalactique à oublier sans autre forme de procès.

via GIPHY

Highlander, le retour (Russell Mulcahy, 1991)

Dans le jargon, on appelle ça un accident industriel. Paradoxalement, à l’époque, si beaucoup de spectateurs se sont montrés déçus par cette suite (à juste titre), aucun ne pouvait vraiment prévoir que la saga allait continuer à creuser pour toujours s’enterrer plus profond.

Starship Troopers 2 (Phil Tippett, 2004)

Phil Tippett, le géant des effets-spéciaux, en poste sur des films comme Indiana Jones et le Temple Maudit, RoboCop et Willow, n’a réalisé qu’un seul film, à savoir cette calamiteuse suite de Starship Troopers, le chef-d’œuvre de science-fiction contestataire de Paul Verhoeven. Étrange… En tout cas, Tippett n’a jamais récidivé.

The Crow 2 (Tim Pope, 1996)

Ce n’est pas le plus déshonorant de la liste mais il y a tout de même sa place. Déjà parce que Vincent Perez en Corbeau, c’est très moyen et puis parce que le film dans son intégralité est quand même très bordélique. Malheureusement pour la saga, le troisième sera pire.

@ Gilles Rolland


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Onrembobine 57561 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines