Magazine Culture

Roman d'été : Le jour où la guerre s’arrêta – Pierre Bordage, fin

Par Bouchondesbois @Bouchondesbois

Roman d'été : Le jour où la guerre s’arrêta – Pierre Bordage, fin

Ajouter une légende

J’ai eu l’impression que dans ce roman, Bordage nous sert des lieux communs et enfonce des portes ouvertes à coup de bons sentiments et de grosse morale qui tâche. Oui l’humain peut se montrer lâche et vil, orgueilleux et buté. Comme il peut être bon et courageux, généreux et ouvert d’esprit (ouah, la découverte).
Le point intéressant que je retiendrai est la considération de la place et des idées des enfants dans notre monde. Ce ne sont pas des adultes, donc toute idée émise n’est pas recevable, parce qu’ils n’ont pas vécu. Et j’ai bien aimé le passage avec la baleine (mais c’est parce que j’aime les baleines d’amouur).
Au final, Le jour où la guerre s’arrêta se lit vite et bien. C’est… mignon. Mais la finalité du message (très clair) est ambigüe, vu ce que devient cet enfant ayant fait le tour des horreurs du monde. J’ai été parfois émue par le fond, mais paradoxalement j’ai trouvé que ce roman à manqué d’un souffle épique, d’une âme, pour porter le dit message. Ce que j’en ai compris, c’est qu’il ne faut pas compter sur les gouvernements et qu’il faut trouver la sérénité en soi même (un truc du genre « si tu veux changer le monde, commence par te changer toi-même »).
 Un roman peut-être plus à conseiller à de jeunes lecteurs, pour les aider dans leur réflexion sur le monde ?
En fait oui c'est un roman jeunesse

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bouchondesbois 312 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines