Magazine Concerts & Festivals

Skøpitone Siskø, Père et Fils - Le Retour du Jeudi, Plouha, le 8 août 2019

Publié le 11 août 2019 par Concerts-Review
Skøpitone Siskø, Père et Fils - Le Retour du Jeudi, Plouha, le 8 août 2019

Le Retour du Jeudi, quatrième et dernière soirée en plein centre de Plouha.

L'équipe, ayant osé le pari de reprendre le flambeau trois mois avant les vacances estivale,s aura été récompensée, pas moins de 10000 curieux se sont déplacés dans la commune du Goëlo.

Au menu du jour, oui, il y avait des saucisses, des crêpes mais aussi du boeuf à la bière, liquide qui se déversait dans des récipients consignés, mais aussi de la musique: Père et Fils / Skopitone Sisko/ GIL JOGGING.

Venus de Boulogne-sur-mer, sans l'Esprit Sain(t), Père et Fils, de joyeux drilles, flanqués d'une rouquine, pas repoussante, devant accepter toutes leurs vannes pas catholiques, ouvrent les hostilités.

Line-up annoncé:cChant, ukulélé : papa, Bruno Margollé, tatoué sur toutes les parties du corps, sauf la langue qu'il a fourchue/ contrebasse : le fiston, Alex Margollé, presque aussi beau que le paternel/
guitare, banjo: Maxime Pincet, il pinçait les cordes de ses petits doigts souples/ guitare manouche : Julien Gribeauval/accordéon : Arnaud Fourmeau et clarinette, glockenspiel : Elsa Poinat, la seule qui ne soit pas passée à la solderie de Calais pour se procurer des sandales de plage à 80 cents la sandale, t'es pas obligé de chausser le gauche de la même teinte que le droit, pour les chaussettes, tu questionnes les touristes allemands....

Ce beau monde, sévit depuis une dizaine d'années, ils avaient débuté en duo mais ont conservé le label, il a pondu trois rondelles que tu peux emporter chez toi si tu leur refiles tes économies.

Bruno: il y a trois choses que je déteste: le jazz, les Bretons et le kouign-amann!

Ton voisin aurait voulu le lyncher, mais papa Margollé combat dans la catégorie mi-lourd vétéran!

'J'aime pas le jazz', un comble pour des gars pratiquant du manouche piquant.

Ils enchaînent sur Boris Vian, 'Je voudrais pas crever'.

A gauche, ils votent. Macron ils abhorrent, ils lui ont dédié ' En Marche', 40 000 vues sur YouTube, le titre préféré de Jean-Luc, qui le passe en boucle avant de faire sa prière vespérale.

Après ce rumba/zouk , le sextet nous propose ' Migrants' , car à Calais ou à Grande-Synthe, la jungle existe toujours.

Euh, on nous a dit qu'en Bretagne, il ne pleut que sur les cons, il doit y avoir beaucoup de cons... il est farceur, daddy cool!

'On ne peut pas plaire à tout le monde', allez, tu bats des mains, Plouha!

On écrit aussi des chansons tristes comme 'Si tu reviens', la suivante est pour les bouffeurs de graines, ils m'emmerdent, eux, ' La java des vegans'.

Ils ont le verbe haut, leur charme, c'est l'insolence et leur cocktail festif invite à la danse, Plouha se marre.

Faut pas nous prendre pour des branquignols, nous aussi on peut vous concocter une ballade à la Francis Cabrel, voici le nostalgique' Western' , décrivant le papa du papa et le fiston, devenu papa , devant l'écran His Master's Voice, en noir et blanc, diffusant un John Wayne flinguant quinze Apaches d'une seule balle.

Retour à Boulogne pour l'histoire du vieux docker errant sur le port, attendant vainement les chalutiers et le poisson, ' Le fantôme du port'.

Pour Humphrey Bogart, Popeye, Jean Gabin et tous ceux qui boivent pour oublier, voici la rengaine ' Le bar des anges saouls' .

Les fans de la marine, non pas de la Marine, terminent leur prestation avec ' Politiko', un pamphlet anarchiste, avant d'ajouter, ne partez pas on vous joue les rappels sur la rue, ils nous serinent l'Internationale reprise par toute la place, sauf par les poulets, avant de nous narrer une histoire de putes pour clôturer une prestation tonique ( le chef préfère le Picon).

Un mode d'expression différent avec Skøpitone Siskø, un combo pratiquant de l'indie/alternative rock dans la mouvance du Radiohead des débuts, de Vampire Weekend, Imagine Dragons, Everything Everything..... le groupe combine éléments pop, envolées psychédéliques, nappes de synth pop, fulgurances post punk, grandiloquence à la Muse et envolées de guitare lyriques... il n'est pas évident de lui coller une étiquette, forcément réductrice, tant son univers est riche.

Skøpitone Siskø est l'enfant de Elouan Jégat ( guitare, chant), un musicien actif au sein de Thomas Howard Memorial, Fingers and Cream ou Elk Eskape, il est secondé par Vincent Roudaut à la basse ( Thomas Howard Memorial, Fingers and Cream, Amzer Zo, Matmatah....), Baptiste Le Solliec à la battterie ( stade, Elk Escape) et Ugo Héon aux ckeys et programmation ( Skankaya).

Après le EP 'Ghost Songs', le groupe a sorti 'Kaleidoskøpe' fin 2018.

Un souci technique survenu pendant l'exercice de balance retarde la mise en route du concert.

Le mélodieux et aérien 'BRSTMM' ouvre le feu, la guitare tisse ses fils, les claviers dessinent une voûte céleste pleine d'étoiles, la basse et les drums apportant, en demi-teinte, l'élément groove indispensable pour faire de cette plage un hors-d'oeuvre subtil.

Les pépins de programmation persistent, ils ne gâchent pas la lecture du mélancolique ' Sad day'

Le titletrack 'Kaleidoskøpe' porte bien son nom, après une entrée en matière musclée, tes pavillons perçoivent une myriade de sons au dessus desquels la voix veloutée d'Elouan semble flotter.

Je t'écoute, Marielle... Coldplay, oui, le groupe de Chris Martin a sorti un EP intitulé ' Kaleidoscope', oui, à la rigueur, tu peux tracer un parallèle avec le morceau de Skøpitone Siskø.

Un battement de mains, les drums en action, l'obsédant ' In cage' est sur les rails, ton esprit ne demande qu'une chose, pouvoir fuir cette cage où il est enfermé pour vagabonder en toute liberté.

Le midtempo 'Aquarium' plaira à tous les Poissons recherchant une relation fusionnelle, pas de problèmes si tu es Capricorne, tu vas apprécier également. 'Marvin' s'avère tout aussi fluide et avec 'All the same' on retrouve une plage, démarrant par quelques frappes sur le drumpad, extraite du premier EP.

Si , en se fiant aux experts, la reine de la dentelle est originaire d'Alençon, la broderie fine proposée par le quatuor doit s'approcher des techniques utilisées par les élèves des sœurs de la Providence.

Le morceau le plus musclé du set a été baptisé 'Randomized', le jeu de basse aura beaucoup plu à J J Burnel, tandis que certains éléments Talk Talk nous rappellent au bon souvenir de Mark Hollis, décédé en février.

'The Pursuit' sur fond spatial termine un set fignolé dans les plus petits détails.

Le 12 août à Langonnet , prix libre / pay as you want! / priz hervezh hoc'h c'hoant.....

Skøpitone Siskø, Père et Fils - Le Retour du Jeudi, Plouha, le 8 août 2019
Skøpitone Siskø, Père et Fils - Le Retour du Jeudi, Plouha, le 8 août 2019

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Concerts-Review 35011 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte