Magazine Autres musiques

Un si bel équilibre

Publié le 20 août 2019 par Philippe Delaide

La version du Membra Jesu Nostri de Dietrich Buxtehude que l'ensemble Ricercar Consort a enregistré sous la direction de Philippe Pierlot est un modèle d'équilibre.

Cette série si singulière de sept cantates, conçue comme une forme de déploration des blessures du Christ porté en croix, tient une place singulière dans le répertoire de la musique sacrée. Nombre d'ensembles ont enregistré ce corpus, avec des références comme la version du Concerto Vocale, sous la direction de René Jacobs, ou bien, parmi les versions les plus récentes, celle d'une belle densité, et d'une ampleur remarquable par le jeune ensemble italien RossoPorpora (coup de coeur 2015 du poisson rêveur ).

La lecture de Philippe Pierlot était forcément très attendue, compte tenu du caractère quasiment incontournable du Membra Jesu Nostri.

Membra jesu nostri Pierlot

Comme pour nombre de ses interprétations, l'ensemble Ricercar Consort, aborde ces pièces avec un souci d'équilibre et d'homogénéité entre l'ensemble vocal et l'instrumentation. Indéniablement, par rapport aux autres versions, celle-ci marque par la beauté de l'accompagnement instrumental qui soutient le récit et constitue un écrin idéal pour l'ensemble vocal.

Les sonates d'introduction de chacune des cantates instaure un climat qui affirme d'emblée le parti pris de l'ensemble sur la lecture de ces déplorations. Elles n'ont justement rien de dramatique mais (paradoxalement ?) elles incarnent une sérénité qui tranche avec la souffrance extrême du Christ que le texte doit transcrire.

Il semble que Philippe Pierlot ait pris la parti de s'inscrire dans une forme de rhétorique propre à la liturgie protestante, annonçant le "I habe Genug" d'une autre future cantate qui sera composée par Jean-Sébastien Bach, illustre disciple de Dietrich Buxtehude. Au delà des plaies qui atteignent le Christ au plus profond de son être, cette version semble déjà nous projeter dans la perspective de la résurrection.

Très belle version donc, avec une qualité remarquable de l'enregistrement et un ensemble vocal comme toujours exemplaire (magnifiques voix des sopranos Maria Keohane, Hanna Bayodi-Hirt, un Carlos Mena (cnotre ténor), toujours aussi émouvant, et belle prestation du ténor Jeffrey Thompson et du baryton basse Matthias Vieweg.

Coup de coeur du poisson rêveur.

Plus d'informations sur le site du Ricercar Consort.

Dietrich Buxtehude - Memba Jesu Nostri - Ricercar Consort - Direction Philippe Pierlot - Label Mirare.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Philippe Delaide 1912 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte