Magazine Culture

Woodstock : le début de la fin ?

Par Pmazet

Woodstock : le début de la fin ?

Dans le désert médiatique du mois d'août, au moment où les médias en sont réduits à faire des reportages sur les aires d'autoroute, deux sujets font leur retour sur le devant de la scène :

- Les premiers pas de l'homme sur la lune ;

- Le festival de Woodstock ;

Ces deux événements ont eu lieu la même année : en 1969 à moins d'un mois d'intervalle. Hasard calendaire ? Sûrement ! Il est certain que les organisateurs du plus grand festival de musique du siècle ne se sont pas concertés avec les responsables de la NASA. Mais, ce n'est certainement pas seulement à cause du creux aoûtien que Woodstock refait surface. Au fil du temps qui enjolive les choses, Woodstock est devenu un mythe, une légende. Qu'en reste-t-il aujourd'hui ?

L'Amérique au temps de Woodstock.

Derrière ses avancées technologiques, l'Amérique domine culturellement le monde. La consommation de masse est un modèle que beaucoup rêvent de copier. Pourtant, derrière la façade, des craquements apparaissent dès le milieu des années cinquante. Les contradictions de la société américaine éclatent aux yeux du monde, véhiculées par les médias naissants que l'Amérique a créées. La première fracture résulte de la question raciale. Les pères fondateurs de la nation américaine ne l'imaginaient pas autrement que " blanche ". Les populations indiennes l'ont payé de leur vie et la population noire de son esclavage. Bien sûr, la guerre de Sécession a mis juridiquement fin à l'assujettissement des Afro-Américains, mais la ségrégation règne en maitre, elle est même institutionnalisée par le compromis de 1877. Cet accord, non-écrit, scella la réconciliation des populations blanches du nord et du sud. En vertu de celui-ci, le Nord retirait ses troupes et les Etats du Sud pouvaient pratiquer la ségrégation à leur guise. Pour autant, la population noire ne renonce pas aux droits que lui accorde la constitution des Etats-Unis. Le NAACP (National Association for the Advancement of Colored People)entame, dès 1909, des mouvements pour cette reconnaissance. Après la deuxième guerre mondiale, il y a, sur le plan du droit, des avancées significatives. En juillet 1964, Johnson signe le Civil Rights Act, qui interdit toute forme de discrimination. Ces avancées juridiques sont loin de satisfaire l'ensemble de la population noire qui reste, pour une grande partie d'entre-elle, à l'écart du progrès économique et social. C'est de cette situation que nait une contestation beaucoup plus radicale incarnée par les Black Panthers et leur égérie Angela Davis. Une autre fracture, née dans le milieu des années 50, traverse l'Amérique " blanche ". Un mouvement de contestation hétéroclite émerge. Les motifs de contestation de la société de consommation concernent aussi bien la dénonciation de cette société comme monde de l'insignifiance, du conformisme et de l'asservissement de l'individu que la guerre du Vietnam, la ségrégation raciale ou encore l'ordre social. Des intellectuels influencent fortement ce mouvement où les étudiants sont puissamment engagés. Les formes d'action et de contestation varient: manifestations et grèves générales (mai 68 en France), actions violentes ou vastes rassemblements comme à Woodstock en 1969.

Ce mouvement de contestation hétéroclite donne ensuite naissance à une contre culture. Aux États Unis puis en Europe, le mouvement hippie, né dans les années 1960, prône le rejet des conventions sociales, la non violence et le retour à la nature. Ce mouvement de jeunes issus des classes sociales favorisées (les baby boomers nés dans les années 30-40) sont les héritiers de la " beat generation[1] ",un mouvement en révolte contre le système et la société de consommation américaine des années 50. D'ailleurs le livre de Jack Kerouac, " Sur La route ",devient le livre culte pour toute une génération en rupture avec l'idéologie capitaliste dominante. Nés au lendemain de la guerre et souvent issus des classes moyennes et aisées, les hippies rejettent ainsi les valeurs de leurs parents. Ils multiplient les manifestations contre la guerre du Vietnam et ne jurent que par la non violence. L'ère du " Flower Power " est ouverte, les armes doivent laisser la place aux fleurs dans un monde pacifique. L'épicentre de ces manifestations et du développement de la culture hippie se trouve sur les campus des universités. Le mouvement hippie ne représente pas toute la jeunesse puisque les jeunes issus de classes sociales plus défavorisées n'aspirent pas à ce mode de vie qui leur semble lointain.

De Monterey à Woodstock.

Le concept de festival n'est pas né avec Woodstock. Dès la naissance du Rock, la musique vient vers le public et non l'inverse. Des bus entiers de musiciens dont les disques faisaient des "hits" sillonnaient l'Amérique en tous sens et s'arrêtaient pour un soir avant de reprendre la route. Dans les salles polyvalentes des universités, des soirées, animées par des DJ locaux, permettaient également de découvrir cette nouvelle musique. Les styles musicaux un peu plus anciens comme le folk ou le jazz par exemple avaient déjà leurs festivals. Peu à peu, les organisations évoluent. Bill Graham (directeur d'une maison de disques célèbre), restructure tout le concept du concert de rock et repense la façon dont cette musique pouvait et devait être présentée au public. Il s'est mis à organiser de longs concerts avec une ou deux têtes d'affiche dans des salles de taille modérée pendant deux ou trois jours. De cette formule au festival il n'y avait qu'un pas.

Ça commence par un rêve, dont la bande-son serait le " California Dreamin [2]"des Mamas & Papas. Ce tube du printemps 1966 symbolise la fascination qu'exerce alors la West Coast sur toute la jeunesse américaine. En juin de cette année-là se tient à Monterey, ville côtière à 150 km au sud de San Francisco, un festival de jazz, dixième édition. Une poignée d'allumés (Lou Adler, John Phillips des The Mamas & the Papas, le producteur Alan Pariser, et Derek Taylor) se met à imaginer son équivalent pop : Lou Adler déclare :

" Notre idée pour Monterey était de proposer le meilleur possible, dans tous les domaines - l'équipement sonore, l'hébergement, le ravitaillement, le transport - des services qui n'avaient jusqu'alors jamais été proposés aux artistes avant Monterey. Nous avions installé un centre de premiers secours sur le site, car nous avions bien imaginé qu'une surveillance médicale serait nécessaire et que nous devrions nous occuper des problèmes liés à la drogue qui y circulerait. Nous ne voulions pas que les gens ayant des problèmes de drogue soient laissés sans soins et sans assistance médicale. Comme nous ne voulions pas que ce type de problème ne gâche ou ne perturbe les autres spectateurs ou les artistes. Nos services de sécurité travaillaient avec la police locale de Monterey. Les forces de sécurité locales ne s'attendaient pas à s'entendre aussi bien avec les personnes venues sur place et avec les organisateurs. Ils ne s'attendaient pas à ce quecetesprit du music,love and flowers prenne le pas sur leurs convictions personnelles et les laisse se faire couvrir de fleurs par les participants. "

Entre la faction hollywoodienne, plutôt business et la contre-culture san-franciscaine, nourrie des poètes beats et politisés sur les campus, l'entente n'allait pas de soi. Mais il y a une cause commune, la tenue d'un événement sans précédent : trois jours de musique non-stop juste avant l'été, les 16, 17 et 18 juin 1967. La Monterey Pop Foundation sera à but non lucratif, les artistes seulement défrayés. La magie est en marche. Le festival a par la suite été acclamé et salué comme un prodige d'organisation et de coopération, devenant une norme que bien peu de grands festivals parvinrent à respecter par la suite. C'est à l'occasion de cette manifestation que Jimi Hendrix et The Who ont joué pour la première fois aux États-Unis et que le grand public a découvert des artistes tels que Janis Joplin et Otis Redding. Le Festival de Monterey a été le premier à incarner les valeurs et les idées de la contre-culture naissante et est considéré comme le signal de départ du fameux Summer of Love en 1967. Le festival de Monterey a été le premier grand festival de rock. Woodstock n'avait d'autre ambition que d'imiter, voire de dépasser Monterey.

De la boue, du spectacle, du sexe et de la drogue à foison

Le festival est né d'une idée commerciale. Michael Lang, jeune hippie ayant auparavant organisé le Miami Pop Festival, qui a réunit 100 000 personnes, voulait tirer de la recette d'un nouveau festival les fonds suffisants à l'achat de son propre studio d'enregistrement, Media sounds. Ce studio devait être construit à Woodstock. Aidé de son voisin le chanteur et parolier Artie Kornfeld, il convainc deux jeunes entrepreneurs, John Roberts et Joel Rosenman de la ville de New York d'investir avec lui.

Première surprise, l'évènement n'a pas lieu sur la côte Ouest, épicentre de la contre-culture, mais à Woodstock, petite ville de 6000 habitants, dans l'Etat de New-York. Elle a toujours accueilli une communauté active d'artistes au XIXe et au début du XXe siècle, notamment un grand nombre de peintres appartenant à l'Hudson River School, nommée la colonie d'artistes de Woodstock.Woodstock devint, dès les années 1920, le lieu de villégiature prisé par certaines élites New-yorkaises, soucieuses de trouver un havre de paix éloigné de l'habitation de la grande ville. Bob Dylan y vivait depuis 1966. La ville, peu désireuse de voir débarquer des milliers de Hippies, refusa les autorisations. Finalement, il eut lieu à Bethel, sur les terres du fermier Max Yasgur, aux Etats-Unis à une soixantaine de kilomètres de Woodstock. Quand bien même l'évènement s'est éloigné du lieu de résidence du musicien, les organisateurs ont gardé le nom de Woodstock à cause de tout ce qu'il évoquait d'artistique, d'artisanal et de bohème. Organisé pour se dérouler du 15 au 17 Aout 1969 et accueillir 50 000 spectateurs, le festival en accueillit finalement plus de 450 000, et se poursuivit un jour de plus, soit jusqu'au 18 Aout 1969 au matin. Il accueillit les concerts de 32 groupes et solistes de musique folk, rock, soul et blues. Le budget de rémunération des artistes atteignit au total 200 000 dollars. La mythification de l'évènement mit en avant la non violence et le climat de paix dans lequel s'est déroulé le festival mais elle oublia les conditions d'hygiène désastreuses, le manque de nourriture et la mauvaise organisation générale de ces trois jours. Cette publicité ne prévoyait ni le nombre de spectateurs (un demi million), ni les embouteillages colossaux qui en découlèrent, ni la pluie, ni la boue. La programmation en fut perturbée : Richie Havens ouvrit le festival à la place du groupe Sweetwater, bloqué dans la circulation, les artistes qui ne pouvaient accéder au site y furent finalement amenés en hélicoptère de l'US Army. Ceux-ci furent également utilisés pour pourvoir aux besoins de la foule en eau, nourriture et médicaments. La pénurie de nourriture est manifeste. D'ailleurs lors de son concert, Janis Joplin lance aux spectateurs :" s'il vous reste quelque chose à manger, le gars à votre droite est votre frère, et la fille à votre gauche est votre soeur, alors partagez en toute fraternité". Les conditions sanitaires s'avèrent catastrophiques. Les sanitaires, prévus pour un auditoire dix fois moins important, manquent cruellement. Les ordures s'amoncellent dangereusement. Enfin, pour couronner le tout, des trombes d'eau transforment vite le terrain en un gigantesque bourbier. Cependant les artistes se succèdent, parfois dans des conditions désastreuses. Il y a cependant quelques moments magiques :

- Joe Cocker, qui se révèle au grand public en interprétant " With a little help from my friend ";

- Carlos Santana, lui aussi encore peu connu lorsqu'il arrive au festival, a totalement subjugué le public par sa musique rock d'inspiration latine et son morceau " Soul sacrifice"

- Jimi Hendrix, qui joue le lundi matin, emballe les 30 000 derniers spectateurs avec sa guitare magique.

Cependant, hormis ces prestations époustouflantes qu'elles aient été politiques ou non, une grande partie des artistes présents n'ont pas été à la hauteur, même décevants. En effet, le mythe qui s'est crée autour de Woodstock a enjolivé les choses, car l'ensemble de la scène musicale était loin d'être performante. L'organisation du passage des artistes sur scène était tellement mauvaise que la plupart a du attendre plusieurs heures, parfois un jour, avant de pouvoir enfin jouer. Pendant l'attente, dans les coulisses de la scène les drogues et l'alcool tournaient sans arrêt et lorsque les artistes étaient enfin invitée sur la scène, ils se trouvaient pour la plupart dans un état lamentable et complètement déconnectés de la réalité. Woodstock fut certes un magnifique tremplin de carrière pour certain artistes comme Santana ou la confirmation d'artistes grandioses comme Jimi Hendrix mais cependant, pour d'autres artistes, Woodstock fut surtout le souvenir d'un concert désastreux lié à de très mauvaises conditions techniques et à la drogue qu'avaient consommé les artistes avant de monter sur scène.

Mais alors, pourquoi Woodstock est-il devenu un mythe ?

Woodstock, c'est le début de la fin : la récupération et la marchandisation de l'idéologie hippie. Les organisateurs du festival veulent profiter de la popularité de la contre-culture hippie pour faire un "bon coup", sur la côte Est des Etats-Unis. On est loin de San Francisco, berceau de la culture hippie, mais surtout loin des idéaux des premiers festivals hippies. Le festival est d'abord un fiasco financier. L'idée de ne pas payer fait partie de cette contre-culture. Face à près de 500 000 personnes, les organisateurs n'ont pas d'autre choix que de le rendre gratuit. Cependant, ils ont réussi à créer l'évènement et à s'assurer une importante médiatisation. Michael Wadleigh (le réalisateur du documentaire Woodstock, 1970) a eu la bonne idée de tout filmer. Il fait découvrir au monde ce "sommet de la contre-culture hippie". Woodstock devient un symbole, mais surtout une marque qui rapporte beaucoup d'argent par la suite.

L'objectif de Woodstock consistait d'avantage à rassembler la jeunesse aisée des environs de New York séduite par la mode hippie plus que par son contenu revendicatif. Preuve de la vocation en partie mercantile du festival, son entrée était payante. Les artistes les plus cotées on reçu un cachet substantiel: 18 000 dollars pour Jimi Hendrix par exemple. Alors qu'à Monterey chaque tête d'affiche était venue gratuitement, à Woodstock, les nobles préceptes hippies sur le matérialisme et le capitalisme ennemi ont donc bien été remis en question.

Un jour, les hippies se sont coupés les cheveux et ont été contraints de travailler. Pour ceux qui étaient à Woodstock entre les 15 et 18 août 1969, le festival était la promesse d'une ère nouvelle et radieuse. Mais le réveil fut difficile et, cinquante ans plus tard, il est difficile de savoir si Woodstock a changé quelque chose dans la société. Rich Hanley, expert en médias et professeur à l'Université Columbia à New York, estime que le concert fut en réalité le dernier souffle de la révolution culturelle des années 60.

https://www.dailymotion.com/video/x2d5hoy https://www.dailymotion.com/video/x36irk1 https://www.youtube.com/watch?v=AqZceAQSJvc Films

" En 1971, tout était fini, les manifestations étaient beaucoup moins nombreuses, la génération Woodstock a dû chercher du boulot et le boulot a mis un terme à la fête ".Et Hanley d'ajouter, ironiquement: "Aujourd'hui, les hippies sont tous devenus républicains, et au lieu de prendre du LSD, ils prennent du Viagra et perdent leurs cheveux".

Cet homme avait vu juste. En 1972, l'Amérique réélit Richard Nixon, qui n'avait rien d'un président " Peace and Love ".

Livres et magazines

Comme, malgré tout, il est pas interdit de se faire plaisir, on peut écouter quelques moments cultissimes

    Ang Lee - HOTEL WOODSTOCK - 2009 - 2h - Etats-Unis - Comédie dramatique / Film musical. Distribution: Universal Pictures International France
    Michael Wadleigh - Woodstock - 1970 - 3h04-Etats-Unis -documentaire et film musical. Distribution: Warner Brother
    Pierre Delannoy ,"L'aventure Hippie". Année : 1970, Edition : 10/18
    Jean Marc Bel, "En route vers Woodstock",édition Ramsay
    Pete Fornatale, "Retour à Woodstock", éditions Naïve
    Magazine Rolling Stone hors série collector n°4 juillet-août 2009 "Spécial Woodstock 1969-2009 40eme anniversaire"
    Magazine Rolling Stone N°12 juillet-août 2009 "Hippie Hippie shake, Les 40 ans de Woodstock"

[1]Mouvement littéraire et culturel américain qui a regroupé durant les années 1950-1960 des jeunes, des écrivains (A. Ginsberg, J. Kerouac -Sur la route, 1957-, W. Burroughs), des artistes peintres de l'Action Painting et un poète-éditeur (L. Ferlinghetti)

[2] https://www.youtube.com/watch?v=dN3GbF9Bx6E

Cliquez ici pour télécharger l'article


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pmazet 134 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines