Magazine Cinéma

La prisonnière du diable de Mireille Calmel

Par Anneju71 @LesMotordus

Fan depuis des années, si bien qu’une des ces héroïnes a inspiré un de mes tatouages, j’étais ravie de recevoir le 22ème roman de Mireille Calmel paru aux éditions XO.

Quand vengeance et sorcellerie s’entremêlent, seules demeurent la force et la passion

Mai 1494, en Égypte.
Une roue de pierre tourne, gardée par un ordre secret.
Lorsqu’elle s’arrête, le nom de celui qui doit mourir apparaît sur la tranche.
Celui dont le diable s’est emparé et qui sera exécuté par l’Ordre.
La volonté de Dieu…

Juin 1494, à Utelle, sur les hauteurs de Nice.
Hersande règne sur le sanctuaire de Notre-Dame.
Elle reçoit enfin le billet délivré par la roue.
Mais lorsqu’elle lit le message, elle vacille.
Jamais ce nom n’aurait dû apparaître…

Alors Anne-Ju, tu as rencontré le Diable ?

Je crois que l’on croise tous le diable un jour ou l’autre d’une manière ou d’une autre. Il est clair que dans ce nouveau roman, Mireille Calmel allie histoire, religion et satanisme. Cela fait un sacré mélange et donne La prisonnière du Diable. Alors j’avoue qu’au début, j’ai eu un peu de mal à accrocher et c’est bien la première fois. Peut-être que c’était dû aux évènements de ma vie privée. Mais je n’allais pas laisser tomber et j’ai poursuivie et je suis rentrée dans l’histoire petit à petit.

Il y a toujours d’abord cette égyptienne qui débarque à Utelle et qui intrigue tout le monde. Elle a un message à délivrer. Ensuite, il y a Myriam. Une jeune veuve enceinte, se retrouvant à devoir mener de front sa nouvelle vie avec ces enfants et la menace qui pèse sur sa famille. Utelle est régi par le Baron qui depuis que sa femme est morte ne semble plus tout à fait le même. Et n’oublions pas les religieuses, avec Hersande, un amoureux secret, Benoit,des morts suspectes, des coïncidences bizarres. Il faut rajouter à tout ça, un peut de magie, un soupçon de croyance et du satanisme.

On aurait pu croire qu’Utelle était un village de Provence bien tranquille et bien non !! Grâce à Mireille Calmel, ce petit village devient le village le plus mystique de Provence.

Encore une fois, l’auteure met en avant des femmes dans ces romans. Que j’aime son féminisme. Une femme qui parle de femme. Il y a des femmes fortes, faibles, que l’on peut aimer, admirer, détester. C’est toujours ça que j’ai aimé dans les romans de Mireille Calmel. Une femme qui parle de femmes. Ok il y a aussi des hommes et ils ont leur place, je vous rassure car on a aussi besoin d’eux. Mais voilà c’est sa « touch » à Lady Calmel :-).

Alors même si j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire, ce nouveau thriller continue à confirmer le talent confirmé de Mireille Calmel. C’est un réel plaisir de lire ses romans aussi bien construits, riches en données. Si vous ne la connaissez pas, c’est le moment de combler cette lacune.

La prisonnière du diable de Mireille Calmel – Editions XO – paru le 23/05/2019 – 19.90€


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Anneju71 13155 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte