Magazine Culture

Un jour, le rap de T9 dépassera les frontières germaniques

Publié le 19 septembre 2019 par Le Limonadier @LeLimonadier

Vous l'entendez, ce déluge de samples bien frappés qui résonnent à l'horizon ? Hé bien il s'agit des allemands de s'embarquent vers de nouvelles aventures hip hop à bord du navire Maestro Antipop, leur quatrième et mouvementé album depuis leur toute première collaboration en 2015. Ça défonce, donc on vous en parle. Cheers.

Cela faisait un petit moment qu'on ne vous avais pas donné des nouvelles du rap germanophone, pas vrai ? Ces dernières années, le mouvement s'est ancré grâce à l'ascension de nombreux beatmakers (Plusma que nous avions interviewé, Devaloop...) et rappeurs (Lord Folter, Kwam E. ...) de haute volée. Une génération pro-active sur les réseaux sociaux qui a su distiller cette énergie nostalgique qui fait leur patte, notamment grâce à des sonorités boom bap en plein coeur de leurs productions. Un rap alternatif sur des bases profondément old school qui flirtent désormais avec une modernité rafraîchissante.

Mais revenons-en au coeur de notre sujet. Le mois de Juin dernier se concluait par la sortie de l'énième projet hip hop du duo T9 , un quatrième album cinglant répondant au doux nom de Maestro Antipop. Derrière cette formation se cache un duo berlinois notamment connu pour les projets respectifs de ses membres, le producteur Torky Tork et le rappeur

Torky Tork avait attiré notre attention l'année passée sur le déchirant " Love of my Life ", et son clip black and white illustrant les pérégrinations en claquette chaussette d'un Lord Folter désemparé au flow plus sensuel que jamais. Une production taillée sur mesure pour la plume poétique du rappeur allemand.

De son côté DoZ9 s'était notamment illustré au sein du duo Schaufel und Spaten, projet monté aux côtés de DJ MetaZwo.

Tout ça pour vous introduire au fait que l'on s'est pris une claque avec ce Maestro Antipop, qui allie à ses tonalités old school un songwriting aussi désabusé que revendicatif. Les tracks s'introduisent avec la finesse d'un couperet, ici, pas le temps de niaiser. Les deux berlinois ne se perdent pas dans des interludes longuettes, et s'attaquent sans ambage à ce qu'ils savent faire le mieux : accrocher l'auditeur dès la première écoute. Un bel exemple de cette direction demeure le titre " Kanye West ", et son clip ponctué de plans ironiques parvenant à illustrer la critique narquoise de la star et surtout du système absurde dont il est le fruit. Pas besoin d'un niveau allemand LV2 tant le message est limpide.

On revêt ensuite notre plus beau survet' Adidas et on mouline des bras sur le morceau " Tiffmord ", empruntant ici le chemin de l'Egotrip chéri de l'époux Kardashian, avec encore et toujours cette même recette efficace, une prod percutante et un refrain (en)traînant balancé par la voix rocailleuse du rappeur. Et puis le clip est stylé, vous ne trouvez pas ? Vroum Vroum !

Torky Tork et DoZ9 insufflent un peu de douceur sur , dont la sensualité repose sur le timbre rauque et sexuel du rappeur originaire d'Erfurt, Sonne Ra, invité spécial de cette track.

Ici les punchlines et jeux de mots bien sentis semblent s'affranchir des barrières de la langue, et s'incrustent profondément dans nos écoutilles. Le choix de samples addictifs et acérés témoignent de la passion du digging des deux berlinois, oscillant ainsi entre territoires funky et électro, s'épanchant sur des doux beat montants et euphorisants tels des bulles de champagne sur " Einfacher Mann " ou les synthés eighties sur le très tendancieux titre.

Pas d'excuse pour apprécier la justesse du très abouti Maestro Antipop, les deux artistes ont su conjuguer les talents de lyriciste au flow saccadé de DoZ9 à la sélection de beats aiguisés de Torky Tork. On imagine sans mal les deux comparses s'abandonner à une dimension plus électronique dans un futur (très proche) tant l'album se révèle effervescent parfois, presque sixties, un potentiel dansant qui n'attend qu'à s'exprimer plus encore.

On se quitte sur le tout dernier clip du duo, le bondissant et faussement sexy " Prosecco Boogie " aux effluves aussi funky que kraftwerkiennes.

Le vinyle est disponible à la vente sur le site HHV.de


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Le Limonadier 23814 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines