Magazine Culture

Label(le) Interview : Broken District

Publié le 19 septembre 2019 par Le Limonadier @LeLimonadier

Broken District, c'est ce genre de petit label qui sort de super various qui font extrêmement plaisir tant la cohérence entre les différents morceaux est flagrante !
Avec 4 disques à son actif, Broken District nous propose une direction artistique centrée autour du broken beat, du downtempo, de la petite deep bien cool et quelques surprises. Parmi les artistes connus qui ont sorti des tracks dessus, on retrouve le bordelaisLeon Revol, l'allemand Sam Irl ou Turbojazz et d'autres en devenir.

Avant d'écouter la track " Infinitives " de Jeppe Wolmer qui est sorti sur le nouvel EP du label, découvrez les êtres humains derriere Broken District. Vous pouvez aussi directement chopper ici l'EP " Brokenbits Vol.1 ".

Peux tu nous parler de la naissance du projet ? Comment ça c'est fait ?

Le projet Broken District est avant tout un projet entre copains, on l'a fondé à 3. Le label est arrivé de manière naturelle, après environ une dizaine d'années passées - chacun - dans le milieu de la musique. Stéphane est DJ/producteur/musicien depuis + de 10 ans, Antwan est à la tête du collectif et webzine Electrocorp, et Matthieu a un parcours similaire à celui de Stéphane, la partie DJ en moins mais c'est un mélomane et il joue du piano depuis toujours. Notre amitié s'est formée autour de la musique, alors un jour on s'est dit " tiens, et si on montait un label pour sortir des trucs qui nous plaisent. " Et voila, Broken District était né.

Qui fait quoi exactement au sein du label ?

On gère toute la direction artistique musicale, on approuve quasiment tout à 3. En plus de cette partie, Stéphane gère la DA graphique, Antwan la communication et la relation avec les médias, Matthieu s'occupe des événements et fait un peu d'administratif avec les contrats d'artistes, etc.

Label(le) Interview : Broken District

Pourquoi l'avoir appelé " Broken District " ? Quel est l'ADN (musical) du label ?

La traduction littérale de Broken District c'est le " quartier cassé ", ça veut pas dire grand chose. En fait c'est une genre de métaphore. On a appelé le label Broken District parce que on travaille avec des artistes qui cassent un peu les codes des grands styles musicaux. On sort pas de la house music, on sort pas du jazz, ni du hip hop ni du broken beat, mais on se trouve dans une zone floue qui englobe un peu tous ces " territoires ". On déconstruit pour reconstruire quelque chose qui nous est propre.

Si tu pouvais rêver un peu... Quels seraient les artistes que tu aimerais signer sur le label ?

Hahaha, allons-y, rêvons un peu : on signerait un album de Jamie XX, puis le prochain de The Cinematic Orchestra, entre les deux, pourquoi pas caler quelques EPs de Romare, Theo Parrish, puis un petit side-project du producteur Mndsgn, juste avant d'annoncer le come-back de Domu.

Vous aimez bien les Various EP ? Pourquoi privilégiez vous les various aux EPs avec un seul artiste seulement ?

En fait, c'est pas vraiment qu'on préfère ce format là. Ces Various étaient pour nous un moyen intelligent de lancer le label et qui permettait de poser les jalons de notre direction artistique musicale. Ca nous a permis de couler les fondations du label avant de travailler sur des projets artistiques plus matures, à l'instar du mini album " South Side " de SofaTalk qui sort chez nous le 18 octobre prochain.

La question du limo. Si le label était une boisson, ça serait quoi ?

Un cognac accompagné d'un bon " sandwich "

Suivez BROKEN DISTRICT


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Le Limonadier 23814 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines