Magazine Amérique latine

Macri part en faisant tout ce qu’il critiquait chez Cristina [Actu]

Publié le 29 septembre 2019 par Jyj9icx6

Macri part en faisant tout ce qu’il critiquait chez Cristina [Actu]

Le ministre au peintre : "Dépêchez-vous, monsieur Coyote.
Nous avons besoin que ce tunnel soit terminé demain.
Ah oui ! Et puis, de la lumière au fond !"
Traduction © Denise Anne Clavilier


Pendant sa campagne en 2015, le président Mauricio Macri avait critiqué le contrôle des changes imposé par Cristina Kirchner pour forcer à abandonner la référence constante au dollar dans beaucoup d’actes de la vie : l’achat d’une voiture ou d’un bien immobilier, la valorisation d’une épargne ou d’un portefeuille d’actions, etc. Depuis un mois, l’Argentine connaît un contrôle des changes assez sévère qui conduit aujourd’hui à sanctionner des acteurs financiers qui auraient acheté trop de dollars pour sécuriser leur trésorerie.
Mauricio Macri avait déclaré que l’inflation, alors à 25 %, était le symptôme d’une incapacité à gouverner correctement. L’inflation frôle les 53 % pour ce qui correspond à 2019.

Macri part en faisant tout ce qu’il critiquait chez Cristina [Actu]

La une de La Prensa, le 25 septembre
En haut, Macri attendant d'intervenir à la tribune de l'ONU à New York
En bas, l'échafaudage effondré à Ezeiza
Cliquez sur l'image pour une haute résolution


Le gouvernement de Macri n’avait pas eu de mots assez durs contre son prédécesseur pour l’inauguration précoce du Centre Culturel Kirchner, le CCK, une magnifique infrastructure qui tient debout et qui fonctionne très bien à l’heure qu’il est. Mauricio Macri a fait accélérer plusieurs chantiers dans l’espoir de faire des inaugurations qui redore son blason avant le premier tour. Résultat : cette semaine, un échafaudage surchargé s’est effondré dans le futur nouveau terminal de l’aéroport international qui devait être partiellement inauguré demain. L’effondrement a fait un mort et treize blessés. Quelques jours avant, les 300 PME et leurs ouvriers qui avaient accéléré leur rythme de travail pour terminer un grand viaduc ferroviaire, dûment inauguré par le président-candidat à sa réélection, ont manifesté… parce qu’ils ne sont pas payés !
Alors bien entendu, à un mois du premier tour, Página/12 fait un résumé en dessin sur sa une ce matin…
Pour en savoir plus : lire l’article principal de Página/12 de ce matin lire l’article de Página/12 du 25 septembre sur l’accident de l’échafaudage à Ezeiza, dont toute la presse a parlé ce jour-là lire l’article de Página/12 du 24 septembre sur le viaduc de la ligne San Martín

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jyj9icx6 2740 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte