Magazine Culture

Tu mérites un amour, le premier long métrage de Hafsia Herzi

Par A Bride Abattue @abrideabattue
Tu mérites un amour, le premier long métrage de Hafsia HerziUn pot de miel fermé ça ne sert à rien dit Ali (Djanis Bouzyani), le confident de Lila (Hafsia Herzi) dans Tu mérites un amour.

La réalisatrice est passionnée par le cinéma depuis très longtemps. Elle a été révélée à 18 ans dans La graine et le mulet (2007) d’Abdellatif Kechiche qui lui valut le César du meilleur espoir féminin, et a joué dans son dernier film Mektoub My Love: Intermezzo.
Elle est venue présenter son travail au cinéma le Sélect d'Antony, auprès de Christine Bauchemin-Flot, et avec Alexandra Maio qui assura auprès d'elle l'assistanat à la réalisation avec panache.
Tu mérites un amour est son premier film en tant que réalisatrice et ce petit bijou a été présenté à Cannes. Elle y joue le premier rôle mais la vraie performance est d'avoir réussi à tenir dans une enveloppe budgétaire de l'ordre de ce qu'on consacre habituellement à un court-métrage et que le film est auto-produit.
Elle s'est entourée de passionnés. De toute évidence c'est toute l'équipe qu'il faut féliciter car on devine l'ampleur des efforts de chacun. Il n'y a pas de poste maquillage, coiffure, décor, régie et tous les techniciens jouent dans le film. La galerie existait réellement et la comédienne y travaillait à temps partiel (la boutique n'existe plus depuis). La patronne du restaurant libertin exerce bien ce métier dans la vraie vie.
Le jeu des comédiens est très naturel mais ne vous y trompez pas : tout a été écrit et pensé en amont, sans laisser de la place à l'improvisation. Cependant la réalisatrice a tenu à privilégier un jeu naturel, en faisant les accidents, les bafouillements, et les fou-rires qui sont tous naturels. Et ce n'est pas parce que le tournage s'est déroulé en 3 fois 5 jours, avec des moyens financiers et techniques proches de ce qu'on connait dans le court-métrage, que le résultat n'est pas un chef-d'oeuvre.
Elle y traite le désarroi amoureux en adoptant le point de vue féminin si rare au cinéma et en ne craignant pas de montrer les émotions. C'est une fine observatrice des rapports hommes/femmes (qu'elle dit ne pas comprendre) et des tendances de notre société. Si un des personnages part se ressourcer en Bolivie c'est bien parce que cette destination est à la mode.
On remarque combien Hafsia Herzi est fascinée par la superstition. C'est parce qu'elle a trouvé souvent des publicités de marabout dans sa boite aux lettres qu'elle a songé à l'inclure, mais avec humour, dans le scénario.
Il n'empêche qu'elle est persuadée que dans la vie il faut éviter d'être méchant avec les autres, faute de quoi ça nous retombera dessus.
Les comédiennes sont jeunes mais leurs sentiments sont universels. Le titre du film est emprunté à un poème de Frida Kahlo, une femme libre, modèle de liberté et de volonté pour concevoir le scénario, dont je joins une copie à la fin de cet article. Cet intitulé combien le rationnel (tu mérites) et le contraire (car l'amour ne l'est pas). Cette femme mexicaine, dont elle a découvert l'existence par son professeur de français était surnommée le sourcil par ses camarades de lycée.
Certains spectateurs, un peu âgés, furent étonnés du pessimiste qui se dégage du film. Que la jeunesse ne vit pas d'issue leur a fait mal au coeur et c'est pourtant bien une réalité que Hafsia Herzi estime très juste (et je partage son point de vue). La prolifération des sites a fait basculer le rapport à l'amour. Se sentir bien est devenu la priorité bien davantage que fonder une famille.
Elle interprète le rôle de Lila qui va consommer pour oublier, ce qui n'est évidemment pas une bonne solution. Elle est incapable de prendre du recul et s'expliquera brutalement avec la nouvelle conquête de son ex. Par contre l'amitié demeure une valeur importante. Le personnage d'Ali incarne la tolérance. Il connait aussi bien l'âme masculine que l'âme féminine et représente une certaine sagesse.
Le message est tout de même que l'amour ce n'est pas d'accepter d'être trompée.Tu mérites un amour, le premier long métrage de Hafsia HerziTu mérites un amour de Hafsia Herzi
Alexandra Maio, premier assistant réalisateurAvec Hafsia Herzi (Lila), Djanis Bouzyani (Ali), Jérémie Laheurte (Rémi), Anthony Bajon (Charly), Sylvie Verheyde (Ava), Karim Ait M'Hand (Aymen), Myriam Djeljeli (Myriam), Alexander Ferrario (Sergio) ...

Poème éponyme de Frida Kahlo (1907-1954) 


Tu mérites un amour décoiffant, qui te pousse à te lever rapidement le matin, et qui éloigne tous ces démons qui ne te laissent pas dormir.
Tu mérites un amour qui te fasse te sentir en sécurité, capable de décrocher la lune lors qu’il marche à tes côtés, qui pense que tes bras sont parfaits pour sa peau.
Tu mérites un amour qui veuille danser avec toi, qui trouve le paradis chaque fois qu’il regarde dans tes yeux, qui ne s’ennuie jamais de lire tes expressions.
Tu mérites un amour qui t’écoute quand tu chantes, qui te soutiens lorsque tu es ridicule, qui respecte ta liberté, qui t’accompagne dans ton vol, qui n’a pas peur de tomber.
Tu mérites un amour qui balayerait les mensonges et t’apporterait le rêve, le café et la poésie.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


A Bride Abattue 10028 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines