Magazine Cinéma

Donnant donnant

Par Gjouin @GilbertJouin

Donnant donnantThéâtre de Paris15, rue Blanche75009 ParisTel : 01 42 80 01 81Métro : Trinité, Blanche, Saint-Lazare
Une comédie de Fred ProustMise en scène d’Anne BouvierCollaboration artistique d’Anne Poirier-BussonScénographie d’Edouard LaugLumières de Denis KoranskyCostumes de Julia AllègreMusique originale de Raphaël SanchezAvec Marie Fugain (Lucie), Loïc Legendre (Romain), Arnaud Gidoin (Bastien), Juliette Meyniac (Isabelle)
Présentation : Tout juste parents d’un petit Léo, Romain et Lucie n’arrivent pas à joindre les deux bouts. Pour sortir la tête de l’eau, ils ont une idée : inviter à dîner Bastien, un vieil ami de Romain, un riche publicitaire, afin de le convaincre d’embaucher Romain dans sa boîte. C’est un ami, il ne pourra pas refuser ce service. Seulement voilà, Bastien et sa femme, Isabelle, ont également en tête une demande… très personnelle à formuler.Romain et Lucie sont pris de court. Qu’est-ce qu’on fait ? On accepte ? On refuse ?Donnant, donnant ?... Pas simple.
Mon avis : Donnant donnant est le type même de comédie douce amère que l’on aime aimer… A partir du moment où on a accepté le postulat de départ qui, si l’on y réfléchit bien, est un tantinet peu crédible, on n’a plus qu’à se laisser porter par l’enchaînement des situations et goûter le jeu, tout à fait emballant, des quatre comédiens.Le décor déjà, nous aide à pénétrer dans l’univers de Lucie et Romain. C’est une grande pièce à vivre nichée sous les toits dans laquelle règne un gentil désordre ; du linge qui sèche, des jouets qui traînent, un canapé mal en point… On remarque également côté cour l’existence d’une petite chambre qui abrite un berceau. Celui de Léo, l’enfant du couple.Dès leurs premiers échanges, on découvre les caractères respectifs de Lucie et Romain. Elle est volontaire, pragmatique, réaliste. C’est une battante. Lui, aspirant comédien sans emploi, est un doux rêveur. Il n’est visiblement pas armé pour un monde dur, impitoyable. Au contraire, il est fragile, naïf, pusillanime. C’est un velléitaire.

Donnant donnant

Photo Céline Nieszawer

Une fois ces deux profils dessinés, on peut prévoir quel sera leur comportement respectif face à leurs invités, Isabelle et Bastien. C’est qu’ils attendent beaucoup de ce dîner : Romain est censé demander à son vieux copain Bastien, qui a remarquablement réussi, de l’engager dans la boîte qu’il dirige. Mais ce serait trop simple. Et il n’y aurait pas de pièce si, de leur côté, Bastien et son épouse Isabelle, n’avaient pas eux aussi, un service à demander… Ce service, particulièrement déconcertant, va phagocyter l’entreprise de Lucie et Romain. 

Donnant donnant

Photo Céline Nieszawer

Donnant donnant, c’est important de le signaler, repose sur des dialogues percutants, incisifs et sur les quatre personnalités très différentes qui vont s’affronter. En effet, celle de Bastien est aux antipodes de celle de Romain. Lui, c’est un winner. Il est sûr de lui, cassant et, surtout, c’est un vanneur invétéré. Face à lui, Romain ne fait pas le poids… Quant à Isabelle, elle est douce, conciliante, sympathique mais, on s’en apercevra par la suite, elle n’est néanmoins pas dupe.
Habileté du scénario, certains prétextes sont judicieusement créés pour laisser parfois les deux femmes seules, puis les deux hommes. Ce qui permet des discussions, toujours savoureuses dans lesquelles chacune et chacun peut donner libre cours à son tempérament ou, dans le cas précis de Bastien, montrer toute l’étendue de son immoralité.

Donnant donnant

Photo Céline Nieszawer

Cette pièce, très bien ficelée, aborde plusieurs thèmes. Celui, très délicat, de la teneur du service que demandent Isabelle et Bastien ; les relations dans le couple ; et, enfin, la différence de classes, de milieu social… On est donc tous concernés. D’où notre attention à suivre leurs ébats et notre interrogation à savoir comment tout cela va se terminer… Grâce à de nombreuse répliques, cinglantes, délectables, efficaces, on rit souvent. Et de bon cœur. Or, valeur ajoutée qui apporte à cette comédie beaucoup de profondeur : il y a d’intenses moments d’émotion (particulièrement dans la deuxième partie) et parfois, une tension telle qu’on n’entend pas un souffle dans la salle. C’est impressionnant.

Donnant donnant

Photo Céline Nieszawer

Si, comme je l’ai précisé, les dialogues sont excellents, il faut également saluer l’interprétation des quatre comédiens. Chacun est parfaitement à sa place. Ça joue juste. Les deux femmes sont épatantes, attachantes, touchantes ; humaines, quoi !Arnaud Gidoin, éblouissant de cynisme, trouve en Bastien un rôle dans lequel on ne l’a jamais vu. Il joue un magnifique salopard. Il ne faiblit pas un seul instant. Tellement habitué à faire rire, viscéralement drôle, il doit jubiler intérieurement à incarner un personnage aussi déplaisant. Il est vraiment convaincant dans ce contre-emploi. Cela devrait pouvoir lui ouvrir de nouvelles perspectives.Mais la palme va à Loïc Legendre. Quelle prestation ! Il est attendrissement de gaucherie et d’ingénuité. Il faut voir comme il s’emmêle magistralement les crayons. Sa palette de jeu, sa finesse, sa gestuelle, ses hésitations, sa perplexité, sa maladresse, son manque d’assurance et, parfois, sa malice, sont remarquablement transposés. C’est un grand moment de comédie pure qu’il nous offre.
Gilbert « Critikator » Jouin

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gjouin 18712 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines