Magazine Cinéma

Tano "Idiot Sapiens"

Par Gjouin @GilbertJouin

Tano En tournée
Seul en scène écrit et interprété par Tano
Le 15 octobre dernier, Tano a présenté sur la scène de l’Européen son tout nouveau spectacle, entièrement inédit, au titre évocateur : Idiot Sapiens.Tano est en grande partie Corse. Et pourtant, il est drôle ! La seule arme qu’il possède est son débit-mitraillette et les seules exactions qu’il commette sont des attentats… à la pudeur.
Le Tano nouveau, estampillé 2019, est un grand millésime, un grand cru. Très cru même. La première demi-heure de son spectacle est tout bonnement étourdissante. A peine a-t-il surgi sur scène qu’il se met à balancer tous azimuts. Il attaque avec la politique, puis bénit les religions, fait un crochet par la chanson, s’excite sur les déviances sexuelles, etc… Enchaînant les punchlines (en français « phrases choc »), distillant ses vannes à jets (d’acide) continus, n’hésitant pas à utiliser des néologismes, pratiquant gaillardement la saillie, se vautrant joyeusement dans l’outrance, Tano nous cramponne les zygomatiques et ne nous lâche plus.Délicieusement vachard, adepte jouissif du trash test, Tano adore pratiquer le name dropping. Il y a dans Idiot Sapiens tout un lot de célébrités qui prennent cher.Tano
Dans la deuxième partie, tout en abordant des thèmes comme la vieillesse, la parité hommes-femmes, les Femen, les végan, l’automédication, le communautarisme, les minorités sexuelles, il nous offre en prime deux sketchs et deux chansons. Dans le premier sketch, il reconvoque pour notre plus grand bonheur le pittoresque Oncle Antoine à l’accent corse à couper au couteau Vendetta ; dans le second, il incarne une certaine Sophie, victime d’une épilation au e laser. Je ne vous en dis pas plus mais ce sketch, évidemment poilant, est à se tordre de rire… Quant aux deux chansons, elles méritent d’accéder au statut de « tubes ». L’une s’intitule « Le Rap de la BAC » ; quant à l’autre, qui clôt brillamment le show, je n’ai pas envie d’en déflorer le sujet pour vous en laisser la découverte. Elles sont toutes deux accompagnées d’une chorégraphie improbable, « spéciflic » pour le rap, et pour le moins désordonnée pour la deuxième.
Pour avoir vu Tano à ses tout débuts, puis à plusieurs reprises, j’ai pu mesurer son évolution. Il a fait de sacrés progrès tant sur le plan de la comédie pure que dans le domaine de l’aisance sur scène. Il n’a plus aucune retenue, plus aucune inhibition. Il se lâche complètement. Ce spectacle est bon du début à la fin. Tano est loin d’être « Idiot » et il n’est surtout pas « sapiens », c’est-à-dire ni sage, ni raisonnable. Heureusement pour nous.
Gilbert « Critikator » Jouin

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gjouin 18712 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines