Magazine Cinéma

[Critique] LITTLE MONSTERS

Par Onrembobine @OnRembobinefr
[Critique] LITTLE MONSTERS

Partager la publication "[Critique] LITTLE MONSTERS"

Titre original : Little Monsters

Note: ★★★½☆

Origine : Australie

Réalisateur : Abe Forsythe

Distribution : Lupita Nyong’o, Alexander England, Josh Gad, Nadia Townsend, Henry Nixon, Rahel Romahn, Diesel La Torraca…

Genre : Horreur/Comédie

Durée : 1h34

Date de sortie : 30 octobre 2019 (VOD)

Le Pitch :

Dave, un musicien raté, vient de se faire larguer par sa copine. Hébergé par sa sœur, il tombe sous le charme de Miss Caroline, l’institutrice de son neveu. Afin de tenter un rapprochement, le jeune homme se porte alors volontaire pour accompagner la classe de ce dernier lors d’une sortie scolaire dans une ferme voisine. Pendant ce temps, dans un centre d’expérimentation de l’armée, un virus capable de transformer les humains en zombies est accidentellement libéré. En très peu de temps, les morts-vivants envahissent le complexe, allant même jusqu’à dévorer tous les visiteurs de la ferme dans laquelle se trouvent Miss Caroline, Dave et tous leurs élèves. Piégés, ils vont devoir redoubler de trouvaille pour s’en sortir vivants…

La Critique de Little Monsters :

L’Australien Abe Forsythe n’est pas le premier à tenter le mélange comédie, horreur. Ce n’est d’ailleurs même pas le premier à faire intervenir des zombies dans un contexte comique. La référence du genre étant bien sûr le Shaun of the Dead d’Edgar Wright (Bienvenue à Zombieland n’arrivant pas très loin). Little Monsters, avec son institutrice plus badass qu’elle n’en a l’air et son gros loser qui ne demande qu’à se révéler face à l’adversité, ne tient bien sûr pas la comparaison mais parvient néanmoins à s’en sortir. Mieux en tout cas que beaucoup qui, depuis Shaun of the Dead, ont tenté de surfer, avec plus ou moins d’opportunisme, sur la tendance…

Jaune sang

Le début de Little Monsters est plutôt surprenant. Alors qu’on s’attend à d’emblée suivre le personnage campé par Lupita Nyong’o, clairement la star du film, vu qu’elle figure en plus sur l’affiche, c’est Dave que l’on retrouve. Dave, ce type certes attachant mais plutôt au fond du trou, irresponsable, vulgaire et passablement paumé. Dave s’engueule avec sa copine, Dave squatte chez sa sœur, Dave joue du metal en pleine rue pour gagner quelques dollars… L’intro du film étant finalement aussi audacieuse que réussie car plutôt rythmée et souvent drôle. Sans qu’aucun zombie ne pointe le bout de son nez ravagé par la pourriture. Lupita Nyong’o fait donc son entrée un peu plus tard, quand Dave fait sa connaissance et embarque avec elle et les enfants auxquels elle enseigne, pour une sortie scolaire qui va s’avérer plutôt saignante. S’il serait un peu exagéré de crier au génie, on peut dire que la façon dont Abe Forsythe (également scénariste) amène son sujet s’avère assez astucieuse. De quoi lui pardonner la suite, qui se range sans grande audace du côté des clichés du genre. Des clichés néanmoins bien exploités, avec générosité et sincérité.

Little-Monsters

Caroline of the dead

Car si Little Monsters est finalement une comédie horrifique somme toute classique, son exécution, l’amour manifeste pour le genre de son metteur en scène/scénariste et l’interprétation des acteurs lui permettent de constamment garder la tête hors de l’eau. Et si Alexander England, qui campe Dave, s’en sort très bien, parvenant à faire progresser son personnage sans que cela ne paraisse forcé, c’est bel et bien Lupita Nyong’o qui s’impose en effet comme la star du métrage. Une actrice qui semble prendre beaucoup de plaisir à décapiter de la goule à la chaîne, tout en gardant le sourire, entre deux chansons jouées au ukulélé devant des enfants qu’elle tente de préserver. Véritable rayon de soleil de Little Monsters, elle est aussi l’une des raisons principales pour lesquelles vous devriez vous laisser tenter.

Cours de gore

Beaucoup plus sage que des œuvres plus rentre-dedans et impertinentes comme Cooties, Little Monsters sait néanmoins se montrer suffisamment sanglant. Gore et drôle grâce à des dialogues plutôt bien écrits mais également assez émouvant tout compte fait. Surtout à la fin, lors d’une scène en particulier, qui confirme le désir du réalisateur de nuancer son propos alors qu’il aurait pu verser dans une horreur plus viscérale. Mais non, car Little Monsters, à de rares exceptions près, préfère mixer l’épouvante avec les rires, un soupçon de larme et certains éléments de comédie romantique. Un mélange qui au final fonctionne suffisamment bien pour nous faire passer un bon moment.

En Bref…

Comédie horrifique plutôt classique mais quand même assez gore, Little Monsters reste sans les clous mais fait néanmoins honneur à son sujet sans jamais tenter d’en faire trop. Illuminé par la présence au premier plan de la géniale Lupita Nyong’o, il s’avère également assez rythmé et drôle pour au final gentiment emporter la mise.

@ Gilles Rolland

Little-Monsters-Lupita-NyongoCrédits photos : Splendid Film GmbH

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Onrembobine 57561 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines