Magazine Culture

On Se Souviendra, Don

Publié le 12 novembre 2019 par Hunterjones
On Se Souviendra, Don On se souviendra de ton unique match comme joueur de la LNH, avec les Bruins, en 1955, en séries. Des zéros partout dans ta fiche de joueurs.
On se souviendra comme entraîneur ton absence de finale de la Coupe Stanley, comme entraîneur des Bruins, malgré les présences de Bobby Orr et Phil Esposito sous tes ordres, deux des meilleurs joueurs que la Ligue a vu évoluer dans son circuit.
Souviendra, On se souviendra de ta lâcheté quand tu as indiqué qu'un joueur était responsable de la pénalité de banc écopée contre Montréal, qui leur a permis de revenir dans le match, de battre ton club en surtemps, permettant à Montréal d'atteindre la finale que ton club aurait dû atteindre. Et de gagner la Coupe ensuite, que ton club aurait dû gagner. Un vrai Homme, un vrai Canadien, aurait accepté le blâme lui-même.
Lâcheté renouvelée quand tu as fait du gardien Hardy Astrom, un joueur d'origine suédoise, ta tête de turc dans le vestiaire surtout parce qu'il était Suédois.
On Se Souviendra, Don On se souviendra qu'ouvertement, et à répétition, tu qualifiais les Européens et les Québécois de mauviettes parce que, selon ton oeil de lynx, ils portaient tous une visière...David-Alexandre Beauregard a des raisons te trouver pas mal idiot là-dessus.
On se rappellera que tu critiquera le côté autochtone de Chris Simon, prétextant que son éducation dans sa communauté ne devrait pas expliquer son tempérament sur la glace. Et que Ted Nolan ne se trouvant pas un job dans la LNH ne rencontre aucun racisme.
On Se Souviendra, Don
On se rappellera de ta naïveté quand tu répètes année après année que la LNH ne trouve AUCUN joueur de la LNH prenant des drogues ou des substances interdites dans ses tests inopinés.
On Se Souviendra, Don On se souviendra de la valeur que tu accordes aux femmes, dont il était important selon toi de dire qu'elles ne seraient jamais notre égal,  et qu'aux matchs, elles sont responsables d'être attentives au match, sinon elles n'ont pas d'affaire dans la foule.
On se rappellera que tu qualifiais la gauche et ses journalistes comme des Pinkos de la gauche. que tu le répétais ad nauseam. Et que tu as dis que Rob Ford serait le meilleur maire que Toronto n'aura jamais eu.
On Se Souviendra, Don On se souviendra de ton fier climatoscepticisme en traitant David Suzuki de left wing kook et en ramenant le sujet à un Ron MacLean plus concerné par le problème climatique, mais n'étant pas payé pour en parler quand vient le temps de parler hockey, tu lui disais : "J'aimerais te demander à toi et à tes left wing pinkos friends, à propos du réchauffement climatique". Ron MacLean n'a pas mordu à l'hameçon. Tu as alors enchaîné fièrement, baignant dans tas bêtise "Je fais juste te demander, les cuckaloos disent toujours qu'il y a réchauffement climatique, on gèle à Toronto!"
On Se Souviendra, Don
On se souviendra que tu aies qualifié les anciens batailleurs Stu Grimson, Chris Nilan et Jim Thompson, qui ont tous connu de sérieux problèmes cérébraux post-carrière dans la LNH, de vomi et d'hypocrites pour avoir parlé contre leur ancien style de vie. On se souviendra aussi, parce que nous sommes honnêtes, que tu t'es excusé pour une unique fois, une semaine plus tard.
On Se Souviendra, Don Je me souviendrai avoir traversé une rue, à pied, tout juste avant d'être arrivé à l'Université de Montréal où je me rendais, et qu'au volant de ta voiture, en soirée, tu portais des lunettes fumées. Je me souviendrai, t'ayant reconnu, avoir alors gardé les yeux sur ta personne, et que tu me vois ou non (tu devais j'étais devant toi) avoir fait le geste des Romains quand venait le moment d'achever un gladiateur, en te pointant. Si calmement que mon sourire avait dû te paraître presque sympathique.
On se souviendra que quand le Canada te votera comme l'un des meilleurs représentant canadiens ever, on aura eu un autre argument massue en faveur de la souveraineté.
On Se Souviendra, Don
On se souviendra de tes plaintes contre les célébrations d'après but d'Alexander Ovevhkin, qui, si il avait été originaire de Thunder Bay, seraient passées inaperçues sur ton radar raciste.
Radar perpétuellement au travail puisque c'est lui qui mettra un terme au poison que tu es pour nos valeurs canadiennes avec tes propos toujours plus ignorants.
On Se Souviendra, Don Ce radar, tu l'a encore utilisé contre des immigrants qui, selon ton oeil d'expert, ne porteraient pas suffisamment de coquelicots en hommage aux soldats tombés aux Guerres qui sont le cancer de la terre.
Tu étais toi-même cancer de notre pays.
On Se Souviendra, Don Merci à Sportsnet de nous guérir de ce cancer et de l'avoir éradiqué.
Ta race de minable, nous, on en veux pas.
On se souviendra que tu n'étais pas nous. Jamais nous.
Et que le jour du souvenir, on a tiré la chasse avec toi, une fois pour toute.
Enfin!


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Hunterjones 432 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines