Magazine Culture

Daniel Zimmerman " Dichotomie's " en harmonie au Studio de l'Ermitage

Publié le 05 décembre 2019 par Assurbanipal

Concert de sortie d' album

Paris, France

Le Studio de l'Ermitage

Mardi 3 novembre 2019, 21h

Daniel Zimmerman: trombone, compositions, direction

Benoît Delbecq: piano, claviers

Rémi Sciuto: saxophone basse

Franck Vaillant: batterie

" " Toad buffalo courtship dance ". Je n'avais pas compris le titre et n'avais pas cherché la traduction. Il s'agit de la danse nuptiale du crapaud buffle. Demandez à un crapaud ce qu'est la beauté: il vous répondra que c'est sa crapaude avec deux yeux ronds sortant de sa petite tête. " (Voltaire). Le saxophone basse fait la basse. Le batteur distille des notes funky. Le trombone joue la danse nuptiale du crapaud buffle. C'est énergique. Ca se calme avec une nappe de clavier. Batteur aux maillets. Trombone wah wah. De la démonstration virile, ils sont passés à la tendresse. Comment Dame Crapaude pourrait-elle résister? Retour à l'air funky du début. Le pianiste brode élégamment et énergiquement. Passage calme et la tension monte progressivement en quartet.

" Le monde d'après ". Après l'apocalypse consumériste, après que 80% de l'humanité se sera entretuée pour des ressources en énergie, eau, air et nourriture, voici ce qu'il restera. Un morceau paisible en fait. Benoît Delbecq trafique son piano pour le faire sonner comme un balafon. Trombone wah wah puis sans sourdine. Ca sonne comme un appel à la vie. Le batteur sonne la marche. Le sax basse ajoute sa pulsation. Puis ça défile joyeusement au pas cadencé mais sans rien de militaire. L'ambiance est à la fête, à la résurrection. Solo rageur du saxophone basse qui sort du rôle d'accompagnateur. Avec le trombone bouché, ça sonne joyeusement. Ils doivent avoir un troupeau de vaches sur leurs montagnes, ces survivants du jour d'après.

" Volatile ", un vieux morceau pour s'allonger dans l'herbe et regarder passer les oiseaux, explique Daniel Zimmermann. Effectivement, c'est cool. Ca ondule au son du sax basse. Le batteur martèle toujours. Il aime bien les marches. Un peu de balais ne ferait pas de mal. Pianiste au jeu aérien. Le trombone souffle les nuages qui passent lentement.

Daniel Zimmermann a le goût des titres et des annonces humoristiques. Un héritage de Martial Solal? " The butter and the money " dédié à ceux qui veulent tout et n'arrivent pas à choisir. Morceau énergique avec une pulsation implacable. Jolis tintements de clochettes pour ponctuer le solo de trombone soutenu par le sax basse. Ca énergiquement à 4 vers le final.

Retour au trombone bouché. Un autre morceau inspiré par la fin du monde. Des milliardaires américains se construisent des villas en Nouvelle-Zélande pour échapper à la fin du monde. C'est à l'université de Christchurch, soit le plus loin possible des nazis et des soviétiques, que Karl Popper enseigna de 1937 à 1945 et écrivit " La société ouverte et ses ennemis ". Toutefois, Christchurch est dans une zone sismique. Des attentats terroristes y ont été commis. Le refuge n'est donc pas sûr. " My little New Zealand bunker ". Trombone wah wah avec son trafiqué. Pas si calme que cela ce bunker. Je sens les secousses telluriques dessous.

Cette fois Daniel Zimmermann commence à jouer seul, sans annonce préalable. Benoît Delbecq trafique joliment le son de son piano avec un clavier électrique au dessus. C'est une ballade. Le saxophone basse marque le tempo gravement. Ah, enfin, Franck Vaillant joue aux balais! Solo de saxophone grave et nostalgique à souhait. Je suis bercé par la rythmique et un solo langoureux du trombone. Douce rêverie en musique.

Un morceau qui traite du lâcher prise, terme à la mode. Ca tombe bien, nous aussi, précise Daniel Zimmermann. Une pièce dédiée aux vacances à la montagne, aux Pyrénées françaises. " Summer in Barrancoueu ". Cf extrait audio au dessus et vidéo en dessous de cet article. Si j'avais écouté ma fatigue, je serais parti à la pause mais je suis resté pour ce morceau là qui m'enthousiasme. Barrancoueu, c'est où? Dans la vallée d'Aure, département des Hautes-Pyrénées, région Occitanie, en France. Commune de 34 habitants selon l'INSEE. Autant dire que vous n'êtes pas dérangé par les voisins. Justement, en écoutant Summer in Barrancoueu, j'ai envie d'y passer l'été, de monter et descendre les montagnes, de faire la fête avec des amis, de faire bonne chère. Bref, l'office de tourisme intercommunal des vallées d'Aure et du Louron devrait adopter ce morceau comme hymne local. La musique brille de mille feux, évoque l'été, les vacances, l'herbe verte, les fleurs sauvages, les amis, le grand air, les grands espaces, l'amour, les fêtes du corps et de l'esprit. Bref un antidépresseur non remboursé par la Sécurité Sociale mais pas cher et garanti sans effet secondaire. Benoît Delbecq s'amuse à trafiquer les sons entre piano et clavier. Sax basse et batterie maintiennent un tempo d'enfer. Le trombone bondit comme une chèvre dans la montagne. Le Paradis ici et maintenant.

Un morceau qui fout les jetons annonce le tromboniste. " Eclipse ". Musique lente, étrange. Dialogue dans le grave entre saxophone et trombone. Batteur aux maillets pour jouer le tonnerre sur les tambours. Franck Vaillant passe aux baguettes et ça attaque sévère. Le même thème mais répété en accéléré. Ca s'énerve sérieusement.

Un morceau débile puisqu'il en faut un, d'après le chef du quartet. " Les moutons de Panurge ". Sourdine Harmon. Les moutons courent comme des dératés se jeter dans le précipice. Peut-être ont-ils pris peur de l'ours des Pyrénées. Statistiquement, les ours et les loups tuent bien moins que les chiens errants.

" Vieux robot ". Effectivement, c'est le pas hésitant d'un robot qui manque d'huile dans ses rouages. Il danse encore pourtant. Pont vers un air plus simple, plus funky. Le vieux robot s'offre une deuxième jeunesse et se remet à marcher et à danser.

RAPPEL

Je me doutais que la musique de l'album " Dichotomie's " du quartet donnerait toute sa (dé) mesure sur scène. Le doute est levé. C'est bien là qu'il faut en profiter. Après avoir acheté l'album bien entendu.

Prochains concerts en France du quartet de Daniel Zimmermann

Jeudi 20 février 2020, 20h30, Cenon (33), Le Rocher de Palmer

Mercredi 18 mars 2020, 20h30, Amiens (80), Maison de la Culture


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Assurbanipal 3096 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines