Magazine Cinéma

Amigo! Mon colt a deux mots à te dire

Par Tepepa
Maurizio Lucidi
Si puo fare... Amigo !
1972
Avec : Bud Spencer, Jack Palance
Résumé : Bud Spencer soupire, mange, grommelle, baffe à tout va, prend son air de chien battu et baffe encore.
« Les bas-fonds du western spaghetti ». L’auteur de cette critique expéditive lue sur Télérama ou autre n’a certes pas vu Les Ravageurs de l’ouest (à moins qu’il ait voulu dire « les baffes font le western spaghetti »). Pourtant on comprend bien ce qu’il veut dire. Amigo ! Mon colt à deux mots à te dire est un Trinita sans Trinita, un Terence Hill et Bud Spencer sans Terence Hill. Et malgré tout l’attachement que l’on porte aux films de Terence Hill et Bud Spencer, jamais on n’en viendrait à dire que les deux Trinita sont réellement de bons films ! Alors un Terence Hill & Bud Spencer avec seulement Bud Spencer, on en est encore plus loin.
Pourtant, pourtant, un charme ineffable - imperceptible des critiques de Télérama - opère, charme tout entier porté par la stature de Bud Spencer et la nonchalance de la mise en scène. Coburn (Bud Spencer) est en effet un brave type – bon, voleur de chevaux quand même – qui n’aspire qu’à une chose : qu’on lui foute la paix. Or, où qu’il fasse, quoi qu’il baille, on lui tire dessus, on veut le pendre, on veut le descendre, on lui refile un gamin à s’occuper, on veut le marier. Bud Spencer subit tout ça sans s’énerver, baffe qui en a besoin sans se fatiguer et soupire un bon coup à chaque fois qu’on veut le tuer. Bud Spencer imprime son rythme au film, là où Terence Hill imposait aux réalisateurs une mise en scène plus athlétique et plus nerveuse dans les autres films du duo. Et finalement, cette nonchalance, ce parti pris de la force tranquille du colosse font de Amigo ! Mon colt a deux mots à te dire un film attachant qu’il est impossible de complètement détester. D’abord à cause d’une musique de Bacalov qui fleure bon les années 70, cheesy et inadéquate au possible, mais qui bien sûr s’incruste dans votre tête tout au long de l’intrigue. Ensuite à cause d’une avalanche de bons sentiments rendus nécessaires par le public enfantin auquel s’adresse le film : Bud Spencer naturellement s’attache au gamin et en viendrait presque à vouloir s’installer avec lui dans la ferme des Mc Bains.


Mais bien sûr les méchants pas vraiment méchants viennent leur chercher des noises, méchants qui à la moindre occasion se retrouvent désarmés histoire de se prendre quelques baffes. Coburn, qui se déplace toujours désarmé est un être attachant, non violent sauf quand on le cherche, refusant tout net de faire partie de la société traditionnelle (le mariage), et la conclusion du film ferait presque penser à celle d’Alexandre le Bienheureux, lorsque Coburn se retrouve marié à une mégère impossible. Amigo ! Mon Colt à deux mots à te dire, film contestataire ? On en est loin, mais force est de constater qu’on aimerait pouvoir avancer dans la vie comme il le fait sur son cheval nommé « ronfleur » : tranquillement, sans se prendre la tête, sans stress et avec flegme.

Sinon, on a aussi droit à Jack Palance en train de saborder sa carrière avec ce rôle de meneur de jeunes filles en jupon qui veut sauver l’honneur de sa soeur. Palance se choppe un torticolis suite à une baffe de Bud Spencer, il cabotine en mâchouillant un porte cigare, mais n’atteint pas le niveau de médiocrité exacerbée de Te Deum sorti la même année. Et oui, mais même dans cette partie de sa carrière, on l’aime bien Jack Palance, sa trogne impayable et ses rictus caractéristiques en font le méchant sympathique le plus populaire de l’Ouest espagnol. Alors, Amigo ! Mon colt a deux mots à te dire est-il encore un de ces westerns fayots que les aficionados aiment tout en admettant qu’ils sont complètement nuls ? Et oui, c’est exactement le cas, mais celui-ci est tout entier tourné vers Bud Spencer – en général un peu sous-représenté dans les Trinita – ce qui en fait un western fayot un peu à part, fatigué, lent, au budget de misère, mais attachant tout de même à cause de son interprète principal et de son empreinte sur la vie. Très supérieur donc aux réels bas-fonds du western italien peuplés des Ravageurs de l’Ouest et autres Dollars plein la gueule.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Tepepa 37 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines