Magazine Cinéma

[CRITIQUE] Birds of Prey

Par Elodie11 @EloFreddy

[CRITIQUE] Birds of Prey

Réalisé par : Cathy Yan

Avec : Margot Robbie, Mary Elizabeth Winstead, Jurnee Smollett-Bell…

Durée : 1h49

Genre : Action/Aventure

Date de sortie cinéma : 5 Février 2020

Synopsis :

Lorsque Roman Sionis, l’ennemi le plus abominable – et le plus narcissique – de Gotham, et son fidèle acolyte Zsasz décident de s’en prendre à une certaine Cass, la ville est passée au peigne fin pour retrouver la trace de la jeune fille. Les parcours de Harley, de la Chasseuse, de Black Canary et de Renee Montoya se télescopent et ce quatuor improbable n’a d’autre choix que de faire équipe pour éliminer Roman…

[CRITIQUE] Birds of Prey

Critique :

Après la déception de Suicide Squad, Birds of Prey laisse la scène entière à une Harley Quinn survoltée. En roues libres, la désormais ex-Madame Joker s’émancipe dans la violence et l’humour second degré. Raconté de son point de vue, la narration un peu brouillonne devient très vite un atout majeur de ce spin off déjanté. Rappelant par moment un certain Deadpool, la réalisatrice Cathy Yan joue sur le politiquement incorrect tout en restant un pieds à sa frontière. Même si la retenue se fait parfois sentir, le fun lui est bien présent et permet d’assister enfin à la naissance de la reine loufoque de l’univers DC comics.

Margot Robbie s’éclate et ça se voit ! Incarnant à la perfection le rôle d’Harley Quinn, elle en devient à la fois touchante et terriblement attachante. L’intrigue fait la part belle à l’héroïne mais aussi à sa girl squad. Contrairement à son prédécesseur qui se focalisait uniquement sur trois personnages, Birds of Prey choisit de donner de l’épaisseur à sa team. Les flashbacks peut-être un peu trop nombreux ont pour autant une grande utilité, celui de nous faire découvrir des filles bad ass qui n’attendent qu’une étincelle pour faire mordre la poussière aux vilains garçons. Loin du féminisme exacerbé de certains films, ce spin off nous offre tout simplement une brochette de femmes qui ne cherchent pas à devenir l’égal de l’homme : elles le sont déjà. Et elles le font savoir !

[CRITIQUE] Birds of Prey

Combats superbement chorégraphiées, photographie impeccable et costumes travaillés, tout y est pour nous faire passer un bon moment sans prise de tête au côté d’une narratrice qu’on rêverait d’avoir comme copine. Imagine : une pyjama party avec Harley Quinn et sa hyène Bruce, moi je signe tout de suite !

Un peu lent au démarrage, Birds of Prey se rattrape dans une suite loufoque, violente et délicieusement marginale. Harley Quinn trouve enfin un rôle à sa hauteur tandis que DC comics nous offre enfin un film politiquement incorrect à se mettre sous la dent. Même si l’ensemble reste encore bien sage, le résultat est là : on s’éclate à rouler aux côtés de celle qui prend enfin son trône dans cet univers de testostérone. Le Joker est tombé, vive la reine !

Votre dévoué Freddy

Note :

note 4


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Elodie11 4826 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines