Magazine Beaux Arts

Jean Ray un écrivain prestigieux

Par Abdesselam @abdesselam

Jean Ray un écrivain prestigieux

Il y a chez Jean Ray comme chez Georges Simenon une telle facilité d’écriture qu’on pourrait parler de phénomène. En réalité, chez ces deux écrivains, il ne s’agit pas de phénomène, mais plutôt de génie. Lors d’un précédent article sur Georges Simenon j’avais dit que cet auteur avait la facilité des mots, de l’agencement des phrases , comme un compositeur sait harmoniser les notes et les mélodies. Pour reprendre cette analogie musicale, Georges Simenon ne serait pas un auteur de musique symphonique comme Beethoven ou Tchaïkovski ; Simenon serait un compositeur de musique de chambre intime comme Schubert Johannes Brahms. Toujours en poursuivant cette analogie musicale, l’écrivain belge Jean Ray serait un compositeur d’impromptu à la manière de Rachmaninov, à la manière de Schumann et certainement pas à la manière de Chopin.

L’une des grandes caractéristiques de l’écriture de Ray est d’aller droit au but. Ce n’est pas un écrivain qui va nous infliger, qui va nous asséner des pages et des pages pour finalement nous dire tout banalement que Emma s’est mariée. Aussi ceux qui aiment Gustave Flaubert, qui aime Sir Henry James passeront leur chemin. Cet écrivain n’est pas fait pour.

Jean-Ray a écrit sous plusieurs pseudos dont celui de Jean de Flandres. L’immense majorité de ces ouvrages a pour thème le fantastique et l’étrange. Mais il s’agit là d’un fantastique sophistiqué fantastique, raffiné parfois joyeux. En ce sens, il diffère de celui de l’écrivain américain Edgar Allan Poe. Mais honnêtement Jean Ray écrit à un niveau supérieur. Le seul écrivain à mon avis comparable à Jean Ray est sans conteste Philippe Howard Lovecraft. Mais ce dernier est une âme  torturée.

Jean Ray rentre directement dans le vif de l’écriture. Voici une de ces phrases que l’on trouve dans l’introduction Legrand nocturne :

J’ai horreur des préfaces et des préambules. Vivement les histoires dans lesquelles on rentre comme un couteau dans la chair. J’ai toujours aimé les petites bicoques qui dès la porte poussée, vous accueillent avec le sourire de leur feu, les regards de leurs habitants et les parfums de leurs casseroles. Les longs corridors qui sonnent faux comme un rire de femme, m’ôtent toute envie de voir le fumoir ou les vérandas qu’on a greffées de leur pylore.

À côté de romans et de nouvelles fantastiques, cet auteur a également écrit la série des Harry Dickson. Il s’agit d’un héros américain, une sorte de Sherlock Holmes vu par cet auteur belge ! Et même dans cette série policière, il y a de l’étrange et du fantastique.

Je dois reconnaître que Jean Ray est en train de sombrer dans l’oubli, du fait d’une écriture si particulière. Mais une écriture éblouissante, poétique, succincte et si délicieusement belle.

Aussi, si vous en avez assez de toutes ces lourdeurs qu’on nous inflige depuis ces dernières décennies, alors empressez-vous de demander les livres de Jean Rey au gérant de votre bibliothèque municipale. C’est là un moyen économique pour découvrir cette immense écrivain. Reste à dire que Jean Ray est né en 1887 est décédé en 1964.

À vous donc les joies de la découverte de la belle écriture avec le fantastique et  l’étrange avec  le grand nocturne, les contes du whisky, et tant d’autres ouvrages.

Œuvre de Jean Ray

Sous le nom de Jean Ray :

Sous le nom de John Flanders

#JeanRAY #Legrandnocturne #lescontesduwhisky # Visagesetchosescrépusculaires #harrydickson #LaCroisièredesombres


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Abdesselam 116 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte