Magazine Cinéma

"Bons baisers de Bruges"

Par Mahee
  647804641.jpg   Vous en avez marre des films d’action classiques ? Bons baisers de Bruges est fait pour vous ! Vous n’aimez pas les réalisations déjantées et l’humour décalé ? Passez votre chemin.   Note : 1997579260.3.gif1997579260.3.gif1997579260.3.gif1643352736.gif1839803314.3.gif             Deux tueurs à gage, Ray (Colin Farrell) et Ken (Brendan Gleeson), se retrouvent à Bruges sur l’ordre d’un certain Harry (Ralph Fiennes). Ils n’ont strictement aucune idée de la raison de leur présence dans la cité médiévale belge. Chacun tue le temps à sa manière : Ray, en se lamentant d’être perdu dans le "trou du cul du monde" et en draguant la jolie Belge Chloé (Clémence Poésy) et Ken en s’émerveillant devant les trésors culturels de la ville. Un soir où Ray dîne avec Chloé, Ken reçoit l’ordre de le liquider. Débute alors un jeu du chat et de la souris complètement surréaliste.
In Bruges (plus parlant que Bons baisers de Bruges) est le premier film du réalisateur Martin McDonagh. Il a choisi un credo original pour débuter : les comportements des personnages sont absurdes (traduits par des dialogues tout aussi aberrants), ce qui prête vraiment à rire. Les tueurs se font des politesses, se prennent la tête sur des détails culturels, sont obsédés par les nains, évoquent une guerre entre Noirs et Blancs, bref, que du déjanté.
  Un seul exemple, afin de ne pas trop dénaturer le film : alors que Ken s’approche pour tuer Ray, il voit ce dernier un pistolet sur la tempe. Au lieu de le laisser faire, il le traite de tous les noms et lui demande comment il peut en être arrivé là !
On pourra seulement regretter le rythme un peu lent de l’histoire. Elle n’en est pas moins noire, de mélancolie, de tristesse et de culpabilité.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Mahee 165 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines