Magazine Cinéma

• Née quelque part…

Par Tobie @tobie_nathan
• Née quelque part…

Née quelque part… Un livre de Michèle Halberstadt, paru aux éditions Albin Michel en 2021…

Le dialogue commence ainsi:

TN : Je suis honoré de parler avec vous autour de votre livre et, d’abord, je vous remercie pour la confiance que vous me faîtes.

Vous êtes une personne multiple — sans doute le sommes nous tous plus ou moins, mais vous, vous l’avez réalisé dans votre vie, en quelque sorte. Vous êtes actrice, scénariste, productrice de cinéma, distributrice de films… On vous doit l’introduction du cinéma chinois en France. Vos films ont obtenu deux palmes d’or au festival du cinéma à Cannes. Vous avez produit les films de grands réalisateurs français, Paul Rappeneau, Alain Corneau et François Dupeyron… Vous faîtes ce qu’on peut appeler des films exigeants, souvent engagés… Vous êtes tout particulièrement préoccupée de la cause des femmes et vous faîtes partie du « collectif 50/50 », qui s’est fixé pour tâche de promouvoir l’égalité des hommes et des femmes et la diversité dans le milieu du cinéma.

Avant cela vous avez été journaliste, à la radio d’abord, sur Radio7, qui était une radio pour les jeunes, n’est-ce pas ? Vous avez aussi été pigiste pour Libé et pour Actuel, une revue très engagée, elle aussi, à l’époque, puis rédactrice en chef du magazine Première dédié au cinéma. Mais c’est pour une autre facette de votre personnalité que nous nous retrouvons ici, pour la romancière et tout particulièrement pour discuter ensemble de votre dernier livre, un roman — est-ce un roman ou une recherche de soi ?

C’est un livre documenté, très documenté, sensible, touchant. Vous écrivez bien, votre style coule harmonieusement. C’est un livre intrigant, aussi. Vous partez à la recherche d’un homonyme, un homme seulement connu des spécialistes de Freud : Max Halberstadt, son photographe, qui fut aussi son gendre. Chemin faisant, vous vous retrouvez face aux énigmes de votre famille paternelle, dont votre père vous a très peu parlé.

Vous avez semé quelques énigmes dans ce livre. Peut-être voudrez-vous les clarifier pour les auditeurs d’Akadem.

La première est dans le titre : Le livre s’intitule Né quelque part, reprenant le titre d’un tube de Maxime Le Forestier.

« Y a des oiseaux de basse cour et des oiseaux de passage
Ils savent où sont leur nids
Qu’ils rentrent de voyage ou qu’ils restent chez eux
Ils savent où sont leurs œufs
… »

Regarder la vidéo ici :

• Née quelque part… • Née quelque part…

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Tobie 15019 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte